Le Premier ministre chef du gouvernement, SEM. Brigi Rafini, a présidé, lundi dernier, à Agadez, l’ouverture d’un forum communautaire de paix, axé sur le thème : «Contribution des communautés à la stabilisation de l’espace sahélo-saharien ».

C’était en présence de membres du gouvernement, de représentants du corps diplomatique et ceux des organismes internationaux, du représentant du président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, ainsi que des autorités administratives de la région, plusieurs chefs traditionnels, dont les Sultans de l’Aïr et de Zinder, les leaders religieux, et des responsables des Forces de Défense et de Sécurité.

La bande sahélo-saharienne, espace de fracture entre le monde arabo-berbère et le monde sub- saharien de l’Afrique noire où sévissent conflits et menaces terroristes, est cette zone semi-désertique faisant la transition entre le climat désertique et le climat tropical humide qui se distingue de la zone des savanes située sur son flanc sud, et du Sahara situé au Nord.

Dans son discours d’ouverture, le Premier ministre, SEM Brigi Rafini, a rappelé que, parlant de cet espace géographique, le Président de la République l’a subdivisé, dans une de ces déclarations, en deux zones distinctes, à savoir le Sahara occidental (Algérie, Mali, Mauritanie et Niger) et le Sahara oriental qui regroupe la Libye, le Niger, le Soudan et le Tchad.

De l’analyse faite par le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, dira le Premier ministre, il ressort que le Niger est à la croisée de ces zones, faisant de lui un pays en proie à toute sorte d’insécurité. Pour résoudre ce problème, il avait préconisé des solutions durables qui passent nécessairement par le retour de l’Etat dans cet espace, notamment dans ses dimensions administratives, sociales et sécuritaires, et un programme économique pour les zones pastorales.

forum-2« C’est dans cette approche qu’il a été élaboré et mis en œuvre la Stratégie Développement-Sécurité (SDS Sahel-Niger), un programme qui fait aujourd’hui école dans la sous-région. C’est dire combien le forum vient à point nommé en raison du contexte particulier qui caractérise en ce moment notre sous région, particulièrement l’espace sahélo-saharien », a dit SEM. Brigi Rafini. En effet, a-t-il poursuivi , les évènements intervenus en Libye en 2011 ont été le catalyseur d’une situation des plus dramatiques que vivent les communautés et les Etats de l’espace sahélo-saharien. Le Président de la République, Elhadj Issoufou Mahamadou a toujours réaffirmé sa volonté « d’unir et de rassembler tous les enfants du Pays pour faire notamment face aux menaces que le terrorisme et les organisations criminelles font peser sur la région sahélo-saharienne. ».
Il s’agit là d’un choix pertinent qui amène le Président de la République à dire dans la même lancée que« Le Gouvernement ne baissera pas la garde et restera attentif à l’évolution de la situation dans les pays voisins, notamment au Nigéria où la menace de Boko Haram persiste, en Libye où les milices s’affrontent et affrontent les autorités centrales du pays, et au Mali. »
Le Chef du gouvernement s’est réjoui de constater que cette vision du Président Issoufou Mahamadou, cadre avec la mission du Comité Régional de Paix d’Agadez qui s’en est approprié au point de l’intégrer dans ses préoccupations. Aussi SEM Brigi Rafini n’a pas caché sa satisfaction aux membres du Comité régional de paix qui n’ont pas attendu Niamey, pour prendre l’initiative de conjurer les conflits intra et inter-communautaires dans cette zone sahélo-saharienne que se partagent les communautés ethnolinguistiques qui y vivent en symbiose depuis la nuit des temps.  »Pour accomplir votre mission de citoyens nigériens désireux de préserver la paix et la sécurité, fort de la vision du Président de la République, vous n’avez cessé de multiplier les contacts avec les autorités libyennes qui ont souhaité une plus grande implication du Niger dans la stabilisation du Sud de ce pays », a indiqué SE. Brigi Rafini.
S’adressant toujours aux membres du Comité régional, le Premier ministre s’est dit réconforté : « vous avez également des efforts que ne cessent de déployer les uns et les autres pour renforcer les liens de fraternité et de solidarité entre les communautés du Sud libyen et celles du Nord nigérien, qui se sont retrouvées impliquées dans ce conflit et qui s’affrontent depuis plusieurs mois».
Au nom du Président de la République, SEM Brigi Rafini a tenu à les féliciter et saluer toutes les initiatives dont ils consolident aujourd’hui les fondations que le chef du gouvernement souhaite solides et inébranlables. En effet, conscient de la communauté de destin qui lie les populations de part et d’autre de la frontière nigéro-libyenne, a dit le Premier ministre, le Conseil Régional d’Agadez, conformément aux orientations du Président de la République, s’est résolument décidé à renforcer la cohésion entre les communautés nigériennes vivant dans le sud libyen et le Nord du Niger et, ensuite, initier des actions de sensibilisation en direction de celles actuellement impliquées dans le conflit en Libye. Il s’agit selon lui  »d’une lutte et d’une vraie lutte que nous soutenons de toutes nos forces, car le renforcement de la dynamique de paix dans l’espace sahélo-saharien mettra les communautés en confiance et en harmonie pour leur permettre de concentrer les efforts sur la bataille du développement ».
Le Premier ministre a ajouté que, conformément à l’engagement qu’il a pris, le 5 août 2015, lors de la remise des recommandations des ateliers de Genève et de Niamey, le Gouvernement restera toujours aux côtés des acteurs pour la consolidation de la paix. Aussi, a-t-il saisi l’occasion pour saluer les efforts méritoires de nos partenaires qui accompagnent le Niger dans sa marche vers la consolidation de la paix. En terminant son discours, le Premier ministre, a exhorté les participants à être assidus tout au long de ces moments de réflexions et d’échanges afin que perdure la paix entre frères partageant l’espace sahélo-saharien.
Auparavant, le Gouverneur de la région d’Agadez, le Colonel-Major Mamadou Fodé Camara, a déclaré que malgré la persistance des foyers de tensions, l’Etat a pris toutes les dispositions pour doter les Forces de Défense et de Sécurité pour mener à bien leur mission dans la région d’Agadez .Aussi le Gouverneur d’Agadez a adressé tous ses vifs remerciements au Président de la république SE Issoufou Mahamadou et au Premier ministre chef du gouvernement pour leurs appuis au développement socioéconomique de la région d’Agadez .
Quant au président du Conseil Régional d’Agadez M. Mohamed Anacko il a indiqué que les conflits libyens et maliens ont eu des conséquences drastiques sur la vie socio économique et culturelle des populations de la région d’Agadez. Ainsi en dépit des accords de paix issus des rebellions de 90 et 2007, l’immensité et la porosité des frontières, le développement locale s’amorce irréversiblement.
La paix, a poursuivi M. Anacko, « est un comportement individuel et collectif de tous les jours. Ainsi, a-t-il poursuivi, pour aider le pays à retrouver une paix juste et durable, il importe à nous tous d’adopter une démarche globale et intégrée, qui exploite et renforce la synergie dans les actions tant politiques sociales et sécuritaires. Ce sont là d’ailleurs des aspects pris en compte dans le cadre du Plan de Développement Economique et Social (PDES), une déclinaison des axes du Programme de Renaissance de SE Issoufou Mahamadou, Présidant de la République. M. Anacko a souligné que le Conseil Régional d’Agadez à travers sa « Commission Spécialisée Paix, Sécurité, Emploi », a largement contribué à la consolidation de la paix au plan régional.
Pendant deux jours de travaux les participants au Forum d’Agadez auront à : approfondir la réflexion sur les voies et moyens de renforcer la paix dans l’espace sahélo-saharien ; renforcer la coexistence pacifique entre les communautés qui y vivent, prévenir l’extension du conflit et des violences qui sévissent dans le sud libyen.
lesahel.org