En  cette  fin  d’année 2015,  on  peut  penser à un  bilan. J’ai  aussi  pensé  à  parler  de  notre  pays  le  Niger  à  quelques   mois  des  consultations  électorales  alors  que  nous  traversons   une  période cruciale . Celle  de  quelques  tensions  sociales  et  politiques qui  vont  de  l’affaire  des  «  bébés  achetés »  à  une tentative  de  coup d’Etat.  Un  pays  qui  a  besoin  de toute  sa  lucidité  et  de  toutes  ses forces  pour  poursuivre  sa  marche  vers  son  développement.

         Les  jours ,  les  mois  et  les  années  se  succèdent   et  se  complètent . Nous  avançons  aussi   avec  le  temps  qui  nous gère  et  nous  dicte  sa  loi . Nous  sommes  ainsi  pris  en  otage  dans  un  tourbillon   comme  dans  une  nasse. Et  lorsque l’année tire à  sa  fin , nous  procédons  à  nos comptes en  tirant  une conclusion   sur nos  actions.

         En  tant  que  citoyen ,  nous  nous  interrogeons  sur  notre sort,  sur  notre  vie,  en  nous  demandons  ce  que nous  avons  apporté  aux  autres et  vis-versa . Nous  nous  demandons  ensuite  ce  que  nous  avons  obtenu  de  notre pays au  cours  des  divers  mandats  des  dirigeants.  Dans  24 h  nous  aurons  égrené  365  jours et  ouvrirons  une  nouvel le  page , ce  saut  dans  l’inconnu  Mais,  en  famille  aussi  on  fait  le  bilan  et  on  s’organise  pour  affronter  l’année  qui sonne à la porte.

L’ETAT  ET  NOUS

         Nous profitons justement  de cette étape  pour parler  de notre  pays. Nous  devons   nous  interroger  sur  la  destination  que  nous  prenons  à  quelques mois des  élections , compte tenu  de l’atmosphère  inquiétante qui  prévaut. Sinon comment   peut on  comprendre  que  depuis  la  Conférence Nationale  Souveraine  du  Niger , que  la  marche   démocratique  de  notre  pays , soit  entravée  par  des  irruptions  de  la  grande  muette  dans  la  vie  Nationale ?  Si  nous  nous  rappelons  que  ce  sont  les  forces  vives  de  la  Nation,  celles  qui sont  aux  affaires  aujourd’hui  qui  avaient  participé  pour  briser  la  pensée  unique ?   Comment , après  cette  rencontre  de  famille  au  cours  de  laquelle  nous  nous  sommes  « engueulés »  , pouvons  nous  accepter  de  revenir  à  chaque  fois  à  la case de départ  ?  Comment  après  voir  lavé  en  cette  circonstance,   notre  linge en  famille , que  nous  empruntions  le  chemin  en  sens  inverse ?  Comment , après  avoir  fait  le serment  de  nous  consacrer à  la  construction  de  notre  pays , que  nous  en  soyons  au  médiocre  résultat  de  9  Présidents,  7 Républiques,  4  Coups d’Etats et  tout  récemment  victimes d’ une tentative de déstabilisation   ?  Un  triste  recors  dont   nous  en  sommes  tous  responsables.  Comment  depuis  1991  que  nous avons embrassé  la démocratie , que  celle  ci  nous  drible  à  l’approche  de  chaque fin  de  législature  pour  nous ramener  au  cycle  infernal   de  Transition …  militaire   ?  II  y  a  quelque  chose  qui  cloche ,  disons qui  ne  va  pas   et  que  nous  devons  examiner  la  tête  froide  avec  lucidité  afin  de  trouver  la solution .  Même  s’il  est  vrai  que  notre  pays est  devenu  par  la force  des choses , un  véritable  laboratoire  d’expériences  politiques .  Un  pays qui  a  connu  des régimes  de  parti  Etat,  d’Exception,  d’Alliance contre – nature,  de Cohabitation  ,  de  Transition  civile  et  Militaire .  Un  tel  palmarès  devrait  nous  amener  à  nous  éloigner  des  politiques  et des  gestions  de  « navigation  à  vue »  pour  respecter  la direction  de  la  boussole  qu’on  tient. Celle  que  le  peuple  a  façonnée  et  tendue  à  la  direction  du  pays.  A  qui  amputer  la  faute ?  Certainement  pas au  pacifique  peuple  et  au citoyen  « lambda ». Pourquoi  des  pays   qui  regorgent  des  Maréchaux,  des  Généraux  de  tous  ordres,  des  militaires  de  carrière  comme  chez  nous   ne sont ils  pas victimes  des   coups  d’Etats  en  dépit  des  empoignades  de la  classe  politique ?  Nous  devons  assumer  notre  échec  en  remettant  en  cause  tant    de  comportements  et  de dérives  qui  parfois  risquent  de faire tanguer notre très  chère  République . Une  République  que  nos  ainés et devanciers  ont  édifiée  avec  sueur,  sang  et intelligence .

          Nous  devons  avoir  le  courage   de  nous  assoir et de  tout mettre  sur la  table puis  de  revoir  ce  qui  nous  empêche  d’avancer  dans  la  construction  de  notre cher  pays. Nous  ne  comprenons  pas  que,  pendant  que  des  nigériens  se  sacrifient  pour  donner  le  meilleur  d’eux  que , d’autres  se  complaisent  dans  la  destruction. Ce  n’est  nullement  une  affaire  de majorité  et  d’opposition  ni  de  pouvoir   et  de  ceux  qui  ne  l’exercent  pas. II ne  s’agit  pas  de  telle  groupe  contre  un  autre  parce  que  notre  pays  est  un  et  indivisible.  Et parce que les  nigériens  tous  confondus  aiment  leur  pays  II  s’agit  de  justice  tout  court ,  cette  denrée  indispensable  à  la  bonne  marche  de  chaque  groupe  ou  communauté. Un  pays  comme  le Niger  où  nous  disposons  de  toutes  les   institutions  aussi  bien traditionnelles  qu’Etatiques  et qui  fonctionnent,  nous  n’avons  pas  le  droit  de  tourner en  rond.

LE  NIGER  EST  NOTRE  BIEN  COMMUN

            A  la veille  de  cette  nouvelle  année,  nous  souhaitons   tous  paix  et  prospérité  à  notre  pays  et  que  les  hommes   politiques  s’entendent  pour  le  bien  de  nous  tous. Et  qu’ils  en  prennent  bien  soin  II  nous  faut  terminer  l’année  et  entamer  la  nouvelle  avec  espoir  et  assurance pour  accéder  à  des  consultations   électorales  justes,  inclusives, libres  et  transparentes, en 2016 comme  notre  pays  a  toujours  su les organiser .  Nous  voulons  la  paix,  la  tranquillité  et  la  stabilité   pour  entamer  encore  une  année  pleine  de  bonheur .  Nous  souhaitons  surtout  que  cette  législature  s’achève  normalement  afin  que  notre  pays  entre  aussi  dans  les  grâces  de  la  véritable  démocratie. Et  que  le  meilleur  gagne.  Pour cela  nous devons  taire  nos  inutiles  querelles qui nous  éloignent  de  nos  aspirations.  Nous  voulons  être  des citoyens  d’une  République  où  les  pouvoirs  et  les  régimes se relaient   à  travers  le  suffrage  universel,  selon la volonté  du  peuple. Nous  devrons  nous  tendre  la  main  en  posant  chacun  notre  brique  sur  le  mur  de  la  construction  nationale . Parce  que  rien  ne  peut  se  faire  de durable  si  nous nous  ignorons  ou  ramons  à  contre courant.  Ce  qui  équivaudrait  de  tresser  sur  des  poux. Nous  devons  nous  pardonner    et  pourquoi  pas , nous  présenter  des  excuses  parce  que   les  pouvoirs  et  les  hommes  passent  alors  que  le  peuple  ne  se souviendra  que  de  leurs  actes  et  actions. Parce  que  le peuple  n’a  pas  la  mémoire courte.  Et  parce qu’il  est  inimaginable  que  nous  allions  à  des  élections   dans  quelques  mois , sans  une  paix  sociale . Nous y gagnerons tous si  nous  organisons  des  consultations  sereines .

UNE  DIASPORA  RESPONSABLE

          Je  vais  terminer  ma  réflexion  en  adressant  toutes  mes  félicitations à  la  Diaspora  Nigérienne  de  France  réunie  en  Conseil  des  Nigériens  de  France.  En  effet,  de mémoire  de Nigérien  résidant  en  France  c’est  la  première  fois  depuis  des   décennies   que  cette  importante  Communauté  a consacré à  travers  deux  évènements  en direction du  pays. D’abord  elle a  organisé  une  journée culturelle pour  consolider  ses  liens  avec  notre  Ambassade  et  pour  s’impliquer  ainsi  dans  la construction  du  pays. A cette journée culturelle du Niger à Paris, on notait la présence de SEM  MAYAKI  Abdrahamane.  Une  journée  qui a  vu  la participation  des  nigériens  de  toutes  les  Régions de  France avec  des danses,  des  chants,  des  conférences  sur  notre  pays .  Ce  fut  un  échange  fructueux  entre  les  nigériens  et  leurs  partenaires  français.   Un  message  qui  est bien passé

        Enfin  le  19  Décembre  2015  le  CONIF  avait  organisé  un  Forum  à  Paris  auquel  au  moins   200  personnes  avaient  participé comprenant  des délégations  de  toute  la  France  et  celles  d’Europe. L’ambassadeur  du  Niger en  France  SEM  ADO  Elhadj Abou   avait  participé  en  apportant  ainsi  le  soutien  de l’Etat  à  une Communauté  organisée  et  qui  entend  occuper  toute  sa place  dans  la construction  et le  développement  de  son  pays.  Le  Président  du  CONIF   Mr  Adam   OUMAROU  avait   appelé  tous  les  nigériens  à  se  rassembler  et  à  s’impliquer   entièrement  dans  la  lutte contre  le  sous-développement  de  notre  pays. Un  exemple dont  devrait  s’en  inspirer  toute la Diaspora  Nigérienne  éparpillée  à  travers  le monde et dont les Délégués avaient plaidé pour la création d’un Haut Conseil des Nigériens de l’Extérieur à la Conférence Nationale Souveraine en 1991. Un Haut Conseil dont la Conférence Nationale avait autorisé la création par l’acte XXIII.  Reste  que  le  chemin  est  long  mais  il  faut  l’emprunter  avant  d’arriver  à  bon  port. C’est  une  question  de  volonté , de  bon  sens  d’engagement et  surtout  de  patriotisme.

                                         Dr  Abdoulaye  HASSANE DIALLO, Politologue