Le gouvernement nigérien a réaffirmé Mardi 15 Décembre sa ferme détermination a tenir les élections, notamment présidentielles et législatives aux dates prévues par la Commission Électorale Nationale Interdépendante (CENI) selon un projet de décret pris en Conseil des ministres. “Le présent projet de décret convoque le Collège Électoral pour le dimanche 21 février 2016. Il prévoit en outre, l’ouverture de la campagne électorale le samedi 30 janvier 2016 à zéro (00) heure et sa clôture le vendredi 19 février 2016 à vingt quatre (24) heures” a précisé le gouvernement nigérien au sortir du conseil hebdomadaire des ministres.

 Le président de la République M. Mahamadou Issoufou a en outre signé le même jour un décret convoquant le code électoral pour les élections législatives prévues pour se tenir en même temps que le premier tour de l’élection présidentielle a indiqué M. Marou Amadou, ministre de la Justice et porte parole du gouvernement précisant que  l’ouverture et la clôture de la campagne pour les législatives sont fixées aux mêmes dates et heures que celle de la présidentielle.  »Le gouvernement n’acceptera pas de conduire notre pays dans un vide constitutionnel. Les élections auront lieu le 21 février. Que ceux qui pensent qu’elles n’auront pas lieu se ressaisissent et cherchent les moyens de battre campagne” a prévenu M. Marou Adamou.

Outre le président sortant, M. Mahamadou Issoufou candidat a sa propre succession pour le compte du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNSD-Tarayya), plusieurs personnalités ont fait acte de candidature. Il n’agit notamment du chef de file de l’opposition M. Seini Oumarou (MNSD-Nassara, principal parti d’opposition) de l’ancien président de l’Assemblée Nationale M. Hama Amadou ( FA-Lumana) du médiateur de la République et ancien premier ministre de transition M. Cheiffou Amadou (RSD-Gaskiya), de l’ancien ministre d’état ministre de l’Aménagement du territoire M. Amadou Boubacar Cissé (UDR-Tabbat) et de l’ancien ministre d’état ministre de l’Agriculture M. Abdou Labo (CDS-Rahama). L’un des grands absent des présidentielle de Février prochain risque cependant d’etre l’ancien président de la République et ancien président du parlement M. Mahamane Ousmane exclu de son part, justement la CDS-Rahama.

Le président Mahamadou Issoufou s’est entretenu Mardi et cela pour la seconde fois en moins d’une semaine avec une délégation de la CEDEAO, conduite par l’ancien Président du Nigeria, le Général à la retraite Abdul Salami Abubakar. Cette délégation séjourne depuis jeudi dernier au Niger en vue de s’enquérir de l’état de préparation des élections prévues en 2016 au Niger, conformément au Protocole additionnel de la CEDEAO. Abdul Salami et sa délégation tentent notamment depuis leur arrivée a Niamey d’aplanir les divergences entre pouvoir et opposition en vue de parvenir a des élections apaisées.

Maaroupi Elhadji Sani

Kakakiniger.net