Peut être vous faites partie de ces centaines de milliers de jeunes nigériens qui vont voté pour la première fois à l’occasion des élections générales du 21 février 2016 ? D’une certaine façon vous avez de la chance car l’élection présidentielle est, avec les élections législatives, la plus prisée des Nigériens. Elles sont considérées comme le scrutin de proximité par excellence.

Tous les citoyens connaissent leur président mais peu connaissent les députés qu’ils ont élus. Et ce sont toutes ces raisons qui vous amènent peut être à vous poser des questions sur la nécessité de voter ou non ou peut être vous êtes un citoyen qui se pose simplement des questions sur le fonctionnement de la démocratie au Niger, sur le rôle du président de la République et du député, leurs rapports avec le citoyen ?

Je m’intéresserai le long de la période électorale à ces questions pour vous permettre d’être édifiés et partant de pouvoir vous décider si vous êtes encore indécis. L’objectif étant de vous permettre de connaître l’essentiel de ce qu’il faut savoir avant de déposer un bulletin dans l’urne. Bien évidemment il vous appartiendra ensuite de lire les programmes des différents candidats qui se présenteront à vous suffrages, de discuter avec eux et de vous forger une opinion personnelle. Il vous faudra aussi juger du bilan de l’équipe précédente si elle se représente : ce qu’elle a fait pour votre régions, votre département voire votre commune et ses habitants, ce qu’elle aurait pu faire, ce qu’elle n’a pas pu faire simplement parce que cela n’était pas inscrite dans ses priorités ou parce qu’elle les circonstances conjoncturelles ne l’ont pas permis.

Mais d’abord et sans vouloir vous ennuyer, quelques conseils sur les attitudes à adopter au regard des candidats, ce qu’il faut exiger d’eux :
– La politique est une science, c’est la manière d’exercer l’Etat et donc de gérer les affaires publiques. A ce titre un candidat à toute l’élection est un soumissionnaire a un appel d’offre dont le maître d’ouvrage serait le peuple. Il se doit donc d’impressionner donc de se démarquer des autres s’il veut être élu.

– La campagne électorale est l’entretien d’embauche du candidat. C’est le peuple qui doit l’étendre et c’est à lui de faire ses preuves, Il faut donc refuser l’inversion des rôles. C’est pourquoi son attitude devrait être correcte, irréprochable ; sa tenue doit être décente ; sa vision devra s’inscrire dans une perspective de développement de la société, donc du pays qui constituent ici l’entreprise et le peuple l’unique actionnaire. Tout candidat qui tentera de surfer sur l’argument identitaire ou régionaliste, doit être écarter pour manque d’initiatives et tentative de corruption, donc absence de bonne moralité.

– Éviter catégoriquement les petits cadeaux des candidats car cela s’appelle de l’achat de conscience. Un candidat qui s’adonne à ces pratiques n’entend pas diriger de la plus juste des manières, il faudra donc s’en éloigner. Ces genres de candidats se présentent en investissant sur l’achat des votes sont nuisibles pour l’entreprise, donc pour la société, car s’ils y parviennent, ils tenteront de créer la division au sein de l’entreprise Niger.

– Exiger des candidats une attitude correcte, exigée d’eux plus de face à face, d’entretien individuel, de discussions en comité restreint et une permanence régulière pour chaque candidat ainsi qu’une adresse officielle où il peut être joint par les citoyens. Car le fort des candidats se sont les réunions publiques dans lesquelles les promesses irréalistes sont tenues dans des discours sommaires, l’essentiel du meeting est consacré à l’animation culturelle.

– Enfin exiger du candidat une profession de foi. Cela pourrait être une forme de charte de bonne conduite dans l’entreprise et dont le non respect supposerait aussi des sanctions.

Sachez que, pour vos besoins prioritaires, la campagne est le moment idéal pour les soumettre à votre candidat en l’obligeant à y accéder soit directement à la demande où en l’inscrivant dans ses engagements électoraux. Voilà ainsi défini, la première attitude que vous devriez attendre des candidats.

Très prochainement, une tribune sera consacré au rôle du président de la République, ensuite au rôle du député. Puis nous suivrons jour après jours les déclarations des candidats et leur programme que nous décryptons ensemble.

Maître Bachir ( Facebook Contributeur)