Le programme de renaissance du Niger acte 2 vient d’être dévoilé par le président Issoufou Mahamadou candidat à sa propre succesion , ce dimanche 31 janvier 2016 au palais des Congrès de Niamey. Axé sur neuf (9) points, le financement de ce programme se chiffre à 8200 milliards dont 5400 milliards sur fonds propres.

Dans un exposé magistral, le candidat Issoufou devant ses nombreux partisans et alliés avait d’abord procédé par faire l’état des lieux de l’exécution du programme sur la base duquel il a été élu depuis cinq ans. Un bilan qu’il estime positif avec des chiffres à l’appui.

En effet, sur un objectif de 6000 milliards, le gouvernement a mobilisé 5 838 milliards dont 72% sur fonds propres de l’Etat. La mise en œuvre du programme de renaissance c’est 15 000 classes en matériaux définitifs contre 20 000 classes en cinquante ans ; la croissance économique maintenue à 6% sur un objectif de 7% ; 50 000 emplois et d’importantes infrastructures et réalisations sur fonds propres.

A propos du programme de renaissance acte 2 on retrouve les priorités du programme mis en œuvre telles que la sécurité, les institutions fortes, la bonne gouvernance politique et économique, l’éducation, la santé, l’emploi et formation mais cette fois-ci à la tête des priorités le candidat du PNDS a bien voulu placer la renaissance culturelle.

Il pense que c’est la renaissance culturelle qui est à la base des révolutions industrielles et techniques ailleurs. C’est pourquoi, le président candidat estime agir dans ce sens pour un Niger émergent. Il entend faire en sorte que le rail et l’énergie puisse considérablement permettre de lutter efficacement contre la pauvreté.

Le président Issoufou considère si déjà sans expérience, son gouvernement a su mettre en œuvre un programme avec une performance extraordinaire, il va de soi que l’expérience aidant, le programme de renaissance acte 2 sera exécuté avec plus de certitude.

Sur le plan politique, devant les 40 partis alliés qui le soutiennent dès le premier tour, le candidat Issoufou estime, nul doute, qu’il passera dès le premier tour. Et cet espoir s’appuie selon lui sur trois atouts : 1) il est candidat d’une large coalition, 2) il a un bilan positif et 3) il a un nouveau programme. Et le candidat Issoufou soutient si avant personne n’a pu passer au premier tour des élections au Niger c’est parce les partis politiques ont toujours attendu le second tour pour tisser des alliances.

Aujourd’hui la situation se présente autrement, estime-t-il, en ce sens que non seulement « la disposition des forces politiques est différente » mais aussi il n’a pas attendu le second tour pour tisser une alliance qui lui permettrait de rempiler dès le premier tour. S’inspirant de l’art de la guerre, le candidat Issoufou a dit que « le bon politique c’est celui qui sait gagner la guerre avant de la déclarer » comme compliment à ses alliés qui bien que présidentiables avaient voulu renoncer pour assurer sa réélection dès le premier tour pour le bien du Niger.

Dans ce sens, prenant la parole Sanoussi Tambari Jackou au nom des 40 alliés de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN), après avoir rappelé les qualités de bon leader d’Issoufou, il a réaffirmé solennellement leur vœu de réélire le président sortant dès le premier tour. Et Sanoussi Jackou de préciser, lui il ne dit pas un coup KO mais « kayen tsaye mai ban hauchi » s’inspirant de la lutte traditionnelle c’est à dire une manière très élégante de terrasser son adversaire.

Concernant la présente campagne électorale, le président Issoufou a appelé ses partisans d’élever le niveau du débat politique en procédant au débat d’idées c’est-à-dire programme contre programme avec les adversaires. Très satisfait de la précision et de la vision de son candidat, le député Assoumana Malam Issa a dit à l’endroit du président Issoufou : « Pendant que les autres pensent aux futures élections, vous pensez aux futures générations ».

Elh. M. Souleymane