Notre  pays  va  aux  élections  dans moins  d’un  mois.  Ce  qui  nous  permet de  renouveler  le  mandat  de  notre  Président  de  la République  et de  procéder  à  l’élection  de  nos  députés .  La  CENI  a  validé  après  toilettage , du fichier  électoral  avec  le  concours  de l’Organisation Internationale  de  la Francophonie  avec  l’accord  de  toutes  les  parties .

  La  Cour  Constitutionnelle , ayant de  son  côté   arrêté  la  liste  des  Candidats  à  15  dont  HAMA Amadou,  sur 16 dossiers, les  concurrents  sont  entrés  en  campagne.  Chacun y va  avec  ses  arguments   et  ses promesses  électorales  comme  nous  y  avions  été  habitués.  Sur  la  ligne  de  départ  le  Président  sortant    ISSOUFOU  Mahamadou   qui  compte sur  son  programme  de  la  Renaissance  mis  en  place  depuis  son  arrivée  au  pouvoir  il  y  a  5 ans.

Ceux  d’en  face   comptent  lui  ravir  le  second  mandat qu’il tient à reconquérir.  Le président sortant  va parachever  l’œuvre  entamée à laquelle  il  compte  ajouter  des  actions  dans  les  domaines  non   encore  défrichés . Et  Dieu  seul  sait  qu’il  en  reste  beaucoup   dans  un  pays  qui  souffre  de tant  de  problèmes sur  sa  vaste étendue  de 1  267  OOO  km2   qui  couvrent  le  Territoire   National   d’ailleurs,  enclavé  et  aux  ¾  désertiques.

 Un  travail  de  titan  si  l’on  sait que  le  pays  connait  depuis  un  certain  temps  des  soubresauts  provoquées  par des agitations  sociales,  grèves  tous  azimuts.  Auxquelles  s’ajoute  une  tentative  de  coup  d’Etat  déjoué il  y  a quelques  semaines.  Une  situation  qui  a  conduit  à l’arrestation  de  plusieurs  Officiers  et  militaires .

Le  cas  de  HAMA  Amadou  en  détention  mais  autorisé  par  la  Cour  Constitutionnelle  à  prévaloir  sa  candidature   demeure  aussi  une  inconnue. II  y  a  un  candidat  impliqué  dans  l’affaire  « des  bébés »  mais en  liberté  provisoire  et  candidat  autorisé  qui   bat  campagne  sans  inquiétude . En  face  du  Président  candidat ,  se  tient  une  brochette  d’anciens  amis,  devenus  désormais  adversaires  et  qui  sont :  un  ancien  Chef  d’Etat,  M Mahamane  OUSMANE,  deux  anciens  Premiers  Ministres  et  anciens  Présidents  du  Parlement  Messieurs  Hama Amadou  et  Seini  OUMAROU.  On  retrouve  aussi  Amadou  Boubacar  CISSE  ancien  Premier  Ministre  ancien  Ministre  d’Etat   et  Haut  Fonctionnaire  de  la  BID . Avec  quelques  autres  candidats  chefs  de  partis.

           Le  Président  ISSOUFOU,  lui  aussi  a  ses  amis  qui  sont  candidats  et  d’autres   Chefs  des  Formations  Politiques  comme l’ANDP  ZAMANLAHI , le  parti  de  Moumouni Adamou  DJERMAKOYE  piloté  par  le  Colonel  Moussa Moumouni  DJERMAKOYE,  le   RDP   le  Parti  du  Président  Ibrahim  BARE  MAINASSARA   Présidé  par  le  Dr  HAMID  Algabid  et  d’autres  formations également.

 Nous avons  également  les  non  affiliés  qui  ont  sans  doute  leur  sensibilité  mais  attendent  au  soir  des  désistements  et  des  alliances.   Pour sauver  les  meubles en cherchant  à  s’agripper  à la  marmite de  la « soupe »  Je  pense  qu’ils  ont  raison  parce  que lorsqu’on  n’est  pas  fort  il  vaut aller  participer  au  partage  du  butin parce  que  5ans  de  traversée  du  désert  n’est  pas facile.

  Ainsi  va  le  Niger  parce  que  de  mémoire  de  Nigérien  aucune  formation  politique n’a  jamais  obtenu  sa  majorité  toute  seule.  II a  fallu  des  alliances  au second  tour. Nous  retiendrons  surtout  qu’aucun  parti  n’a  vu  son  candidat  élu  dès  le  premier  tour.   Et  cette  fois  ci  à moins  d’un  miracle  ou  d’une  nouvelle  donne pour  qu’une  formation  politique  arrive à raflé  la  mise au  premier  tour.

Tout  est  prévisible  dans  ce  monde  politique  où  chaque  élection  devient  école.  Si  un  candidat  passe  dès  le  premier  tour , ce  serait  une   avancée  démocratique  si  tout  se  déroule  dans  des  conditions  souhaitées  et  souhaitables,  au  bonheur  de  la  maturité  et  de la  vivacité  de  notre démocratie  nigérienne .Mais , si tel est  le  cas, le  parti  aura  assez  travaillé.

Nous  savons  tout  simplement  que  rien  n’est  encore  acquis  avant  les  élections  où  chaque  parti  va  compter  ses  points. En  attendant , nous  souhaitons à  notre  peuple  de  faire  le  bon  choix  et  aux  candidats  de  se comporter sur  le  terrain  en  bons  gentlemen  parce  qu’ils  auront  besoin  des  uns  et  des  autres pour  gouverner  dans  la  paix  et  la  tranquillité . Parce  que  nous  avons  en  face  un  grand  ennemi à savoir cette  horde  sauvage  de  terroristes  qui  tuent  et  détruisent  nos  biens . Nous  devons  aussi  garder  en  mémoire  que  nous  sommes  unis  dans  un  seul combat  celui  de  la  construction  et du  développement  de  notre  pays,   le  Niger  notre  unique  bien  commun.

DR  Abdoulaye  HASSANE DIALLO