Cette  question  mérite  d’être  posée  parce qu’elle  se  trouve  au coeur  des préoccupations des  pays  «  dits  en voie de  développement . » En  effet,  depuis  1960,  au  lendemain  de  nos  indépendances   « acquises»  selon  le  comportement  des  Etats  en  question,  négociées  ou  arrachées,  nous  rêvions du  bonheur. Disons les  dividendes  et  la manne  de  ce  nouvel  statut.  Nous  applaudissions  et  chantions  à  nous  couper  le  souffle  nos  hymnes  nationaux  nouvellement  rédigés,  à  l’image  de  la  glorieuse Marseillaise . Pendant  ce  temps  nos futurs  dirigeants  découvraient  une  joie sans fin  dans  leurs  belles  voitures  noires (marque  du  pouvoir)  luxueuses  dans  les  Palais  des  anciens  Gouverneurs,  devenus   Conseillers  Techniques.  A  chaque  sortie  une  haie  de  motard,  des  populations  qui  chantent,  se  trémoussent  dans  des  danses  traditionnelles.  Symbole  de  notre  retour  aux  sources.  Avec  des  applaudissements  toujours  nourris  et  comme  slogan  « Bravo ,  Vive le  Président,  Vive  l’Indépendance…  Vive  le  Niger  quand  il  s’agit  de  notre  pays  . »  C’est  tout  si  on n’ ajoutait   pas  «   Vive  la  France !  »  Cependant,  c’était  bien  « Vive  les  relations  Franco  Africaines. »  Parce  que la   marque  y  est  toujours ,  indélébile  comme  une  encre  de  Chine .  Le  citoyen,  ne verra  que  du  feu.  Cela  dure  encore  en  2016.  Peut  être  toute  l’éternité  si  nous  continuons  à  avaler  cette  couleuvre  en  nous  contentant  des  beaux  discours  et  des  promesses  issues  des  pompeuses  théories  Des  grands  spécialistes  qui  nous  pompent  la  cervelle  avec  des  formules  à  l’emporte  pièces comme  l’Indice  de  Dévéloppement,  pays  colonisés,  sous  dévéloppés,  en  voie  de  dévéloppement  .

          Depuis  un  certain   temps,  comme  pour  cacher  leurs  ostantatoires  échecs,  des  dirigeants  Africains,  se  gossent  fièrement  de  la  formule  magique  de  « Pays  émergents » Emergents  en  quoi ?  Comme  si  nous  avions  changé  de  planète    de  siècle  ou  de  mode  de  vie.  Dieu  soit  loué  comme  disent  nos  frères  chrétiens.  Heureusement que certaines consciences  averties  se  sont  penchées  sur  cet  aspect  de  la  dette  consentie  aux  pays  en  voie  de Dévéloppement.

VISION  D’FRIQUE  ET  LE  PROBLEME  DE  L’AIDE   AU  DEVELOPPEMENT

Pour  associer  tous  les  acteurs  autour  de  ce  important  thème,  notre  Tribune    africaine,  a  bien  voulu  consacrer  une  journée entière autour  d’un  débat,  afin  de  donner  la  parole  à  tout  le  monde  . Le  sujet,  d’actualité  est  également  d’une  importance  capitale.    Car  si  les  uns  sont  pour l’octroi  de  cette  dette  aux  pays  concernés,  d’autres  pensent  qu’elle  doit  etre  supprimée  Entre  les  deux  positions  il  y  a ceux  qui  pensent  qu’on  pourrait  continuer  à  l’offrir  mais  sous  certaines  conditions.  Durant  toute  une  soirée,  un  Panel  de   spécialistes  face  à  un  auditoire attentionné  et  conscient  du  sujet,  avait  exposé  ,  échangé  et  sérieusement  débattu  du  thème . Organisée  le  20  janvier 2016  à  l’Université  Jean Moulin  Lyon 3  à  la  manufacture  des  Tabacts ,   par  une  équipe  de  Vision  d’Afrique  avec  à  sa  tête  le  Président  , Mr  FADIGA   Oumar . Cettre  rencontre  a  incontestablement  ouvert  la  voie  à  la  conscientisation  des  africains  sur  cette  « arnaque »  inventée  par  les  pouvoirs  occidentaux  et  autres. En  vue  de  soustraire  nos  richesses  pour  leurs  propres  besoins  Et  comme  le martèle  notre  frère  Malien   dans  son  émission  «  Rites  et  Traditions »  « n’ayons  pas  peur  de  le  dire »

Oui,  nous  n’avons  pas  peur  de  le  dire  et  de  le  repéter «   l’AIDE  » tue  nos  richesses  alors  que  nos  économies  sont  exportées  au  bonheur  des  autres ,  au  nez  et  à  la  barbe  de  nos  peuples.  Ce  qui  a  amené  notre  frère  Malien,  Abdoulaye  NIANG  économiste  de  son  Etat  à  dire  que  l’Afrique  est  « Riche  mais  que  les  africains  sont  pauvres.  » Alors  à  qui  la  faute ? Suivez  mon  regard .  La  première  responsabilté  nous  incombe , à  nous  africains  pour  avoir  facilement  accepté  de  signer  des  accords  de  Coopération  sans  mettre  des  «   garde  fous ». Et  naturellement  lorsqu’il  y a  un  corrompu  en  face  il  y  a  le  corrupteur.  Les  deux  se  valent. Et  la  raison  est  toute  simple :  Les  africains    n’ont   souvent   pas confiance  les  uns  aux  autres  alors  que  nous  ne nous  écoutons  pas  en  refusant  de  défendre  nos  intérêts  communs  face aux  prédateurs  qui  ont  trouvé  un  terrain fertile   pour  récolter  les  fruits  de  ce  que  nous  avons  semé.  En effet , c’est l’adage  « il  y a  un  qui  sème  et  un  autre  qui  récolte ». Les  Conférenciers  avaient  remonté  au  dépéçage  de  notre  Continent  en  abordant  un  autre  douloureux  problème  celui  du  Franc  CFA.  Mais,   Comment  peut on  composer  sérieusement  avec  partenaires  dont  les  pouvoirs  se  succèdent  en  cascades  avec  des  tentions  et  des renversements  des  régimes   où pourtant  les  dirigeants  ont  été  selon  la  formule  consacrée  « démocratiquement  élus ». Les  populations  au  nom  desquelles  l’aide  est  octroyée  sont  loin  très  loin  de  la  table  de  négociations  où  se  joue  leur  destin. Comment  peut  on  discuter avec  une  famille désorganisée  où personne  n’écoute l’autre  et  où  chacun  fait  bande  à  part  en  dépit des  alliances  ou  des  contrats  qui  lie  cette  communauté.  Ce  qui  naturellement  nous  amène  à interpeller  notre  organisation  Panafricaine  hier  l’OUA  aujourd’hui  l’UA  et  plus  exactement  la  CEDAO ,  l’UEMOA  et  que  sais  je encore  censées  être  l’interface  entre  les  partenaires  et  les  Etats  en  question ?  Afin  de  défendre  nos  intérèts,  surtout  économiques. Alors  la  dernière  question  qui  s’est  posée  au  cours  de  cette  Conférence  est  la  suivante  « pourqoui  ce  qui  réussit  avec  l’Union  Européenne  et  les  Instances  Européennes   échappe  à  nos  Institutions  Régionales  et  Panafricaines ?  A  quand  notre  Union,  notre  Unité,  notre  Solidarité ?  Une  question  qui  aura  encore  de  beaux  jours  devant  nous  si  nous  continuons  à  adopter  le  profil  bas  face  à  des  partenaires  qui  appliquent  la  loi  du  Talion  «  les  Etats  n’ont  pas  d’amis,  ils  n’ont  que  des  intérets  » formule   reprise  à  son  compte à  par  le  plus  illustre  des  Généraux  de  France  De  Gaulle  . Cette  Conférence  Débat  avait  réuni  des  qualités  dont  l’Attaché  d’Ambassade  de  Guinée  Mr  Kabèle  SOUMAH,  le  Doyen  Léonce  LEBRUN  Pésident de  Relais  GOREE ,   Dr  Seidou  TRAORE Spécialiste  des  Sciences  de  l’Education  à  Lyon Mr  Amadou  DIALLO expert  et  spécialiste  en  économie,   Mr  Adam  OUMAROU  Président  du  CONSEIL  des  Nigériens  de  France  ll  avait  bien  voulu  apporter  son  éclairage  comme  les  autres. lls  ont  bien  voulu  effectuer  le  déplacement  de  Paris  pour  apporter  leur  contribution  à  cette  Conférence -Débat  On  notait  également  la  présence  de  la   Présidente  de  l’Association  des  Nigériens du  Rhone  Alpes  et  des  Amis  du  Niger  ANAN  Mme   Fatima  HASSANE  DIALLO  A  ses  côtés une  délégation  de  Nigériens   dont  Mahamadou  MAIGA  et  Boubacar  HAMEY  (  également  membre  de  Vision  d’Afrique).et    Omar   DIALLO venu  de  Grenoble .  Plusieurs  personnalités  françaises, dont  Mr  CAILLOT  Philippe  ami  de  l’afrique  et  africaines  avec  surtout  une  bonne  brochette d’étudiants  de  Sciences  PO,  ces  futurs  Cadres  de  demain.  Qui  auront  en charge    entre  autre  les  problèmes  de  la  dette.  Cette  Conférence   s’était  poursuivie  autour  d’un  buffet  où  les  échanges  avaient davantage  continué.

                  A  bon  entendeur :   Salut  et  merci  à  Vision  d’Afrique  qui   a  réussi  à  nous  réunir  autour  de  ce  sacré  problème  de  l’Aide  qui nous  dérange  beaucoup. Ce  n’est  qu’une  première.

 Dr  Abdoulaye  HASSANE  DIALLO , Politologue.