Il y a exactement 26 ans (09 février 1990 – 9 février 2016) que des étudiants de l’Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey à savoir, Alio Nahantchi, Issa Kaïné et Maman Saguir, étaient tués sur le Pont Kennedy suite à une marche Pacifique organisée par L’USN.

La manifestation visait à attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la dégradation continue des conditions de vie et d’études des scolaires nigériens et sur le rejet par ces derniers des mesures contenues dans le Programme d’ajustement structurel (PAS) que le régime du moment s’apprêtait à mettre en application. Entre autres mesures, l’USN s’opposait particulièrement à la mise en œuvre du projet éducation III avec son système de double flux à l’école. Suite à la tuerie des trois scolaires, les revendications des scolaires prirent une tournée politique, avec l’entrée en scène de l’Union des syndicats des travailleurs du Niger (USTN) qui, avec l’USN, va non seulement demander la lumière sur les tragiques événements du 09 février, mais aussi exiger l’instauration du multipartisme au Niger.


C’est ainsi la conférence Nationale, puis la constitution de la troisième (3) république et une longue attente qui dure, que nous qualifions d’injustice, car une justice qui refuse de venir, quoique l’USN soit à la base du multipartisme et de la démocratie au Niger.

Maman ( Blogger)