La mission d’observation du Comité Interparlementaire de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (CIP/UEMOA) a animé hier dans la matinée à l’Hôtel Gawèye de Niamey, un point de presse pour informer l’opinion publique de ses conclusions sur l’observation du processus électoral du 21 février et formuler des recommandations à l’endroit des acteurs concernés.

A l’entame de son propos le vice président du CIP/UEMOA M. Amadou Diop également chef de la mission a d’abord rappelé que cette forte délégation d’une quinzaine de membres composés de députés ressortissants de sept (7) pays membres de l’UEMOA et de cadres administratifs a, au cours de son séjour, rendu une visite de courtoisie au Premier Ministre Brigi Rafini. Elle a aussi mené quelques activités dont notamment des rencontres avec la CENI, les acteurs politiques, des organisations de la société civile, le NDI etc. Ces rencontres ont permis à la mission de collecter des informations sur le processus électoral et de s’imprégner de certaines réalités.

La mission a également pris part aux rencontres organisées par la CENI à l’intention de tous les observateurs internationaux. Elle a aussi été informée des mesures et dispositions prises dans le cadre de la préparation du scrutin du 21 février 2016. Selon M. Amadou Diop les activités de la mission ont également porté sur des audiences ou des rencontres avec les responsables de l’administration électorale, des candidats et des animateurs politiques de campagne et ceux de la société civile. La mission a enfin participé aux rencontres initiées par les Chefs des missions de l’Union Africaine (UA), de la CEDEAO, de l’OIF et de la CEN-SAD pour échanger des informations et harmoniser les points de vue sur le processus électoral en cours.

Revenant sur le scrutin, le chef de la mission a dit que la mission a pu observer le déroulement du vote notamment à Niamey, à Dosso, à Tillabéry, à Konni, à Torodi et à Balleyara. Ainsi, à l’issue de cette observation du scrutin des constats ont été faits par les différentes équipes du CIP/UEMOA. Il s’agit au titre des insuffisances de l’ouverture tardive de certains bureaux de vote pour manque de matériel électoral ; certains électeurs munis de leurs cartes ne retrouvaient pas leurs noms sur la liste, le problème lié à la date de naissance; l’insuffisance des bulletins des partis politiques, etc. A ceux-là s’ajoutent la préparation insuffisante de certains agents électoraux à l’exercice de leur mission et l’absence de délégués de certains partis politiques ou candidats à l’élection.

Au titre des aspects positifs, la mission relève que le vote s’est effectué dans un climat de sérénité et d’apaisement ; la participation massive des populations au scrutin ; la sécurité assurée au sein et à l’extérieur des lieux de vote ; l’affluence des électeurs a été constatée dans tous les centres de vote visités surtout l’après-midi ; le dépouillement et le décompte effectués en présence des délégués dans les bureaux visités ainsi que l’existence d’un dispositif institutionnel inclusif notamment le Conseil National de Dialogue Politique. La délégation a, en outre, apprécié à sa juste mesure l’élan patriotique qui a conduit les électeurs à accomplir leur devoir civique. Elle s’est réjouie du déroulement dans le calme et la sérénité du scrutin et considère que malgré les imperfections notées, les élections peuvent être considérées comme libres, démocratique et crédibles.

La mission de l’UEMOA a enfin lancé un appel aux candidats pour que tous acceptent le verdict des urnes et les exhorte à continuer à être animés d’un esprit de retenue et de dialogue en privilégiant en toute circonstance le recours aux voies légales. Cependant la mission a formulée quelques recommandations à l’endroit de l’Etat et de toutes les structures impliquées dans l’organisation des élections notamment la consolidation de l’état civil ; la mise en place d’une CENI permanente dont la composition permet une action efficace ainsi que sa responsabilisation pour tout le processus électoral, la confection et la distribution des cartes d’électeurs, le traitement des candidatures ; le renforcement des capacités des agents électoraux et l’adoption du bulletin unique pour les élections législatives.

lesahel.org