Dans un courrier en date du 25 Février 2016 adressé au Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), le chef de file de l’opposition M.Seini Oumarou a demandé la “suspension provisoire du site de la CENI dont les informations au stade actuel paraissent propagandistes” aux yeux de la Coalition Pour l’Alternance (COPA 2016)

Mais de quel droit le chef de file de l’opposition va-t-il demander la suspension de ce site? La CENI, n’est-elle pas une structure indépendante comme son nom l’indique? Pourquoi refuser le droit à l’information à l’opinion publique nationale et internationale et surtout au peuple nigérien? Peut-on concevoir aujourd’hui un seul instant une Commission Électorale Nationale Indépendante sans web site? La création de ce site, ne répond t-elle pas à l’une des recommandations des experts de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) venus à Niamey sur insistance de l’opposition pour contribuer à la transparence des consultations électorales?

En tout cas, la demande de l’opposition s’apparente purement et simplement à une censure inacceptable pour l’opinion nationale et tous les internautes qui surfent sur le web de la CENI à la recherche des informations, notamment les résultats de l’élection présidentielle couplée aux législatives.

Aucune raison ne peut cette demande et la CENI ne doit en aucun cas accepter une quelqconque entrave dans la publication des résultats en temps réel. C’est tout simplement une exigence des temps modernes qui ne saurait souffrir d’aucune ambigüité.

Il n’est donc pas surprenant apres le courrier de M. Seini Oumarou de voir le web-site de la CENI (ceni-niger.org ) attaqué, piraté ou fermé dans les prochains jours par “des hackers’’ au service de l’opposition avec l’intention de refuser le droit à l’information au public, un droit pourtant constitutionnellement reconnu.

MES

Kakakiniger.net