« …Nous sommes convaincus que  la victoire au premier tour est certaine Incha Allah ! »

Le Directeur de campagne du PNDS Tarayya parti du candidat Issoufou Mahamadou nous a accordé un entretien relatif à la campagne électorale actuelle qui bat son plein. Du bilan du candidat du parti à l’élection présidentielle jusqu’aux perspectives concernant le Programme Renaissance 2 en passant par les chances de passage au premier tour, Ohoumoudou Mahamidou a donné des réponses avec parfois des chiffres pour étayer ses propos. Les accusations de rupture d’égalité entre les candidats et l’utilisation de moyens de l’Etat dans la campagne ont également été évoquées par le directeur de campagne du PNDS Tarayya. Voici l’intégralité de l’interview.

 

Comment se porte la campagne électorale au niveau du parti PNSD tarraya ?

La campagne du PNDS tarraya se déroule bien parce que dès le départ nous avons très bien préparé la campagne ; nous avons fait  une cérémonie de lancement ici a Niamey au niveau de notre siège et  dès le lendemain  le candidat a présenté à la presse et à la communauté internationale et nationale son programme, et immédiatement les équipes ont été déployés sur le terrain ;  en tout cas a l’heure où nous sommes tout les échos que nous recevons sont des échos favorables ; la campagne se déroule très bien et il y a un large engouement du peuple pour le  PNDS tarraya et son candidat.

Quelles sont les grandes lignes du programme de la renaissance 2 ? En quoi est-il différent de l’autre ? Est ce que c’est une nouveauté ou une continuité ?

Le programme de la renaissance 2  est une suite logique du premier programme. Vous savez qu’on ne peut pas construire un pays juste en 5 ans ; on ne peut qu’ébaucher des activités et faire le maximum qu’on puisse faire. Donc en ce sens c’est une continuité du premier programme.  Mais c’est n’est pas le premier programme parce que chaque programme a sa période d’exécution, son plan d’exécution. Alors au cours de cette période de quinquennat qui va débuter notre intention  c’est de présenter  un nouveau programme et c’est  ce que nous avons fait. Ce programme va consolider des acquis des actions que nous avons entreprises au cour de la premier période et les renforcer. C’est ainsi que dans les axes prioritaires qui ont été définis dans le programme de renaissance 2 il ya un seul axe qui est totalement nouveau c’est l’axe de la renaissance culturelle.  Les autres axes sont des axes qui ont déjà été considérés comme des priorités dans le premier programme. il s’agit notamment  en dehors de l’axe de renaissance culturelle dont je vous ai parlé tout a l’heure, de l’axe de renforcement des institutions démocratiques ; de l’axe de la sécurité ; de l’axe de la securité alimentaire ; de l’axe d’hydraulique villageoise et rurale ; de l’axe de l’infrastructure ; de l’axe de secteurs socio éducation et santé ; et de l’axe emploi ; donc c’est les mêmes axes qui étaient là mais cette fois si  nous allons  renforcer et venir avec beaucoup plus de moyens. Parce que en terme des moyens le premier programme avait un budget estimé à 6000 milliard f CFA et  ce programme Renaissance 2 a un budget estimé à 8200 milliard f CFA.  Donc en termes d’ambition le programme 2 est encore plus ambitieux que le premier programme.

Par rapport à la gouvernance, dans le programme de renaissance le président a promis de bâtir des institutions démocratiques crédibles et solides. Aujourd’hui on peut dire qu’il a réussi. Les indicateurs internationaux qui permettent de mesurer dans ce domaine sont là.  Quand vous prenez par exemple  la liberté de la presse : du temps de l’ancien régime le Niger était a un rang largement éloigné au delà de 100.  Aujourd’hui nous sommes 47ème  au niveau mondial et 7ème  au niveau Afrique. Et même de 7ème  on peut avoir un rang encore meilleur si y’avait pas eu certaines dérives du coté de la presse elle-même.  Quand vous prenez la lute contre la corruption : à notre arrivée le Niger était classé 147ème  aujourd’hui nous sommes 99ème . Si vous prenez le classement des différents pays africains vous verrez qu’aucun pays n’a fais autant de progrès que le Niger dans ce domaine. Là donc le Président a tenu sa promesse  de renforcement des institutions démocratiques. il a tenu sa promesse d’en faire des institutions crédibles et solides ainsi que l’atteste les indicateurs internationaux évalués par les expert totalement indépendants. Du reste le gouvernement américain a un instrument d’assistance au pays qu’on appelle le millenium challenge. Le millemuim challenge se base sur une évaluation d’un certain nombre  d’indicateurs  que ça soit l’indicateur qu’on appelle Gouvernance   que sa soit l’indicateur qu’on appelle Doing Business. Que ça soit l’indicateur qu’on appelle liberté individuelle,  que sa soit l’indicateur qu’on appelle la sécurité des personnes et des biens l’éducation ainsi de suite.  Et compte tenu du fait que la plupart des indicateurs sont verts pour le Niger, le gouvernement américain a considéré que le Niger est éligible au financement de Millenium Challenge.  Ainsi le Niger va recevoir une assistance financière  d’environ 500 million de dollar pour la réalisation des projets au Niger et cela dès 2016.  C’est un exemple de réussite de notre pays en matière de gouvernance.

L’opposition parle de rupture d’égalité entre candidats en faisant allusion à l’incarcération actuellement de Hama amadou à la prison de Filingué. Que répondez-vous ?

Il n’ya pas de rupture d’égalité sur cette question qui est un débat à la fois juridique mais qui est aussi politique.  Comme vous le savez  ils ont fait un recours  auprès de la CEDEAO  pour demander a ce que le candidat Hama amadou soit  libéré.  Mais ce recours là n’a pas aboutit car la CEDEAO a estimé que il est en prison pour une affaire totalement extérieure à sa candidature à la présidence. De même ils ont fais un recours auprès de la Cour constitutionnelle et là également la cours constitutionnelle  a déclaré que il n’y pas de rupture d’égalité sur cet aspect. Donc qui mieux que le juge peut qualifier la rupture ou l’absence de rupture d’égalité ? Donc pour notre part nous ne rentrerons pas dans les détails de ses démêlés judiciaires. Mais comme vous le savez il savait en rentrant au Niger qu’il allait en prison puisqu’il  avait un mandat d’arrêt qui était  émis contre lui.   La justice ne fait qu’exécuter le mandat d’arrêt  qui était émis contre lui. En plus par rapport même a la procédure de son dossier comme vous  le savez ses avocats vont de recours en recours  au lieu que le dossier puisse être vidé très rapidement. Les différents recours de ces avocats ne   font que retarder  la décision de justice sur cet aspect. Au delà également on ne peut imputer la  faute ni à la justice ni au gouvernement. Du reste comme vous le savez au Niger  nous somme un pays où il y a une séparation nette de pouvoir entre le judiciaire et l’exécutif  et ça c’est un des axes de programme de renaissance 1. De façon indéniable on peut remarquer que effectivement cette séparation est très nette telle qu’elle transparait d’ailleurs a travers les différents procès qui se déroulent.  Comme vous le voyez des individus portent plainte contre l’Etat et ils gagnent  souvent leur procès. L’Etat porte plainte contre des individus et il perd  ces procès et de fois il gagne.  Donc la justice nigérienne est totalement indépendante  on ne peut pas l’accusé d’être une justice aux ordres.

L’opposition accuse le  candidat Issoufou Mahamadou et le parti au pouvoir d’utiliser le moyens de l’Etat  dans  le cadre de la campagne, que répondez vous ? 

Ce qu’on peut leur répondre  c’est que ce n’est pas la première fois  qu’un président en exercice est candidat à une  élection présidentielle. Les textes sont très claires : le fait que le Président de la République soit candidat, ne  lui ôte ni son immunité ni  ses attributs.  Donc en tant que président de la république il a droit a la sécurité et cette sécurité  le protège non pas en tant que candidat mais en tant que Président d’une institution de la république.  Et il est fondamental que même  sa sécurité soit même renforcée pendant cette période de campagne électorale.  Donc ce n’est pas une rupture d’égalité. C’est une  tradition que nous avons connu  depuis toujours et il est tout a fait normale que  la sécurité du  président soit assurée et qu’il voyage dans les conditions qui lui permettent de rester toujours président de la république parce qu’il l’est.

Lors des meetings de président candidat il parle de un coup KO en termes clairs un passage au premier tour. Quels sont les arguments qui militent en faveur d’un passage au premier lors des élections du 21 février ?

Sur cette question nous n’avons pas des doutes pour un certain nombre de raisons que je vous ai invoqué  quelques unes  sans cela ne soit limitatif. La première raison ce que voila un candidat qui a un bilan et un bilan fortement positif. Ce candidat quant il s’était présenté en 2011 avait présenté un programme  que d’ailleurs certains avaient considéré comme irréaliste.  Mais en faite ce programme n’est pas irréaliste puisque il l’a réalisé. Lors du bilan on a vu que sur le plan même financier ce programme a été exécuté à 94% et sur le plan physique  en terme d’infrastructure  nous avons vu  des innovations importantes ici au Niger  notamment. On a vu le train  arriver au Niger.  Il l’avait promis  dans son programme et personne ne pensait que cela  allait pouvoir être possible. On a vu des échangeurs dans les villes et il les avait promis. On a vu des routes Bitumées comme il l’avait  promis. il l’avait promis d’assurer la sécurité alimentaire a travers  l’initiative 3N  et faire en sorte que sécheresse ne rime plus avec la famine.  On a eu trois mauvaises années de saison de pluie  et cela n’a pas amené la famine  parce que les dispositions ont été prises  pour que l’agriculture  que nous appelons communément de contre-saison devienne une réalité et prendre le pas progressivement sur l’agriculture pluviale. Donc  il a réalisé cet objectif là et  dans tous les autres domaines c’est la même chose. En matière de sécurité  il est indéniable que  les forces armée nigérienne n’ont jamais été aussi bien équipés dans la période actuelle  il est indéniable que la population nigérienne  n’a jamais vécu dans un sentiment de sécurité comme actuellement et il est indéniable que les frontières du Niger n’ont jamais  été aussi protégé que durant son mandat. Du reste il faut souligner que le dernier classement du pentagone sur les armées africaines paru en 2015  place le Niger à la 10ème place. Donc il part avec un bilan hautement positif dans le domaine de la sécurité et dans tous les autres domaines. J’ajouterai même sur le plan diplomatique le Niger n’a jamais rayonné comme il rayonne actuellement tant il est impliqué dans toutes les décisions importantes qui concernent la sous région. Un autre aspect qui fait croire à la possibilité d’un coup KO  c’est le fait que nous sommes venu avec un programme et ce programme qui est donc une suite  logique du programme dont je vous ai parlé des résultats satisfaisantes tout à heure ;est un programme qui est chiffré a 800Omilliare donc encore beaucoup plus ambitieux. Et étant donné que  le président a exécuté correctement son premier programme, les nigériens peuvent lui faire confiance pour que le deuxième programme soit également exécuté dans les meilleures conditions. Le troisième argument c’est le fait que le président Issoufou est le candidat d’une large coalition. Il a le soutien de 43 partis politiques  et parmi ces partis politique il y’en a qui pèsent lourd. Retenez que en 2011 le PNDS Tarayya qui le portait candidat avait obtenu 36 % au premier tour.  Il était le premier parti a Tahoua il était le premier parti a Zinder. A Tillabéry il était 2eme. Bref dans l’ensemble du Niger  la où il n’est pas premier il est deuxième. Et cette fois si il revient avec la même détermination de ces militants et aussi avec le soutien d’autre alliés : si vous prenez un allié comme ANDP Zaman Lahya tous le monde sait que c’est un allié assez sérieux, assez solide qui a régulièrement un score qui dépasse les 5% quand vous prenez le parti Jamahuriya nouvellement crée tous le monde sait qu’il est issu du parti MNSD dont il a tiré l’essentiel de la sève.  Le MNSD qui reste n’est qu’une coquille vide. Or le MNSD vous le savez était le 2eme parti  aux élections présidentielles passés avec un score de l’ordre de 19%.  Aujourd’hui si vous faite le décompte en tout cas faite un simple sondage,  vous allez constater que la majorité de ces 19% est parti avec le MPR Jamhuria. A cela vous ajoutez les différentes dissidences de Lumana  telles qu’Amen Amine, ADN Fusaha qui sont également des partis qui sont entrain d’émerger.  Plus les partis traditionnels comme le RDP Jama’a qui sont toujours là et qui nous soutiennent plus maintenant tous les autres parti de moindre gabarit qui ont leur influence  ne serait-ce que de façon régionale. Prenez un parti comme  le PNA Al Oumma. Tout le monde sait que ce parti là est un parti crédible dans sa zone d’influence.  Quand vous prenez l’UPDS Amana   tout le monde sait que c’est un parti également crédible dans sa zone d’influence etc … alors simple arithmétique comme disent les mathématiciens « toute chose égale par ailleurs » la victoire est certaine. L’autre élément aussi qui nous incitent a pensé que  la victoire est certain au premier tour  c’est aussi la faiblesse de nos adversaires.  Au  lieu de faire une coalition au premier tour ; ils n’ont pas pu s’entendre ils vont en ordre dispersé. Et en allant en ordre dispersés ils espèrent pouvoir faire une coalition pour un deuxième tour hypothétique. Mais les électeurs ne se laisseront pas abuser. vous savez que les électeurs font  leurs pronostic et en règle générale les gens évitent de se placer du coté des perdants. Les électeurs iront du coté de celui dont on pense qu’il a plus de chance de gagner les élections et celui qui a plus de chance de gagner les élections  c’est le candidat Mahamadou issoufou Incha Allah. Voila les raison qui font que nous sommes convaincus que  la victoire au premier tour est certaine Incha Allah.

Quel appelle avez-vous à lancer à l’endroit des nigériens  concernant les votes qui vont avoir lieu le 21 février ?

 L’appelle que nous lançons aux nigériens c’est d’abord qu’il faut sortir massivement et allez voter.  Dans l’immédiat ils n’ont qu’à tout faire  pour récupérer leur carte d’électeur ; le deuxièmes appelle que nous lançons ce que la démocratie c’est comme le sport ; c’est comme les jeux c’est une affaire de fraternité de canarderie. Donc il faut éviter les bagarres,  il faut éviter les querelles.  il faut aller aux élections de façon sereine. De toutes les façons ici au Niger  nous avons une tradition d’une CENI indépendante.  Nous avons une tradition d’une cour constitutionnelle indépendante et systématiquement les résultats sortiront des urnes selon les résultats qui seront proclamés. Donc nous appelons nos électeurs à resté sereins  à rester mobilisés et à faire en sorte que le scrutin se déroule normalement sans tension et dans une tranquillité parfaite.

propos réceuillis par Garé Amadou ( L’Evènement )