De nombreux observateurs de la scène politique nationale ont remarqué ces derniers temps les absences de l’ancien président M. Mahamane Ousmane aux différentes activités de la Coalition pour l’alternance (COPA 2016). Ainsi font-ils remarquer, le candidat du MNRD-Hankouri n’avait personnellement pas signé les premiers accords de la COPA 2016, absent qu’il était de la capitale Niamey.

En outre signalent-ils, l’ancien chef de l’état et son parti n’étaient pas signataires de la dernière requête de l’opposition adressée à  la Cour Constitutionnelle sur la question controversée du vote par témoignage. Mahamane Ousmane avait tout simplement pris ses distances avec ses alliées sur cette question.

Mieux, on l’a entendu récemment tenir sur les ondes d’une radio internationale, des propos modérés allant dans le sens de l’apaisement et de la paix sociale, une façon estime-t-on de se démarquer des propos va-t-en guerre de certains leaders de l’opposition.

De plus en plus des pressions de la jeune génération

En fin, personne n’a vu l’ancien chef de l’état à la déclaration de soutien de la COPA 2016 relative au second tour de l’élection présidentielle entre le président Mahamadou Issoufou et Hama Amadou. Le président Ousmane est tout simplement resté se reposer dans son Damagarem natal.

Selon certaines informations qui nous sont parvenues, l’ancien président subirait d’énormes pressions de la part de ses partisans pour opérer le bon choix et changer de cap lors du deuxième tour de la présidentielle.. “Mahamane Ousmane a 70 ans, donc presque à la retraite. Il faut songer à l’avenir et préparer la relève” indique une source qui a préféré garder l’anonymat. “ Il (Mahamane Ousmane), ses partisans et le jeune parti qui l’a parrainé ne peuvent pas se permettre le luxe de vivre dans l’opposition pendant 5 ans encore. “ Le temps est donc venu pour Ousmane de faire la paix avec le président Issoufou et éventuellement de le soutenir au second tour “ ajoute notre source.

Pour l’instant, l’ancien chef de l’état reste muet sur ses intentions. Va-t-il changer de cap ou rester à la COPA 2016 malgré les pressions? Attend-t-il la main tendue du président Issoufou pour se décider? On ne tardera pas à le savoir dans les prochains jours voire heures. “En politique, il ne faut jamais dire jamais” disait feu Moumouni Djermakoye Adamou.

MES

kakakiniger.net