Nous avions déjà annoncé le retour au pays de Mahamane Ousmane alias Nafarko en tournée sans doute de rackette dans la sous/région auprès de certains de nos compatriotes ou d’officiels étrangers pour se constituer un trésor de campagne conséquent. Apparemment, la quête a bien marché, puisque Nafarko fait sa campagne en jet privé sur lequel était écrit en gros caractères son nom.

Une campagne à l’américaine donc, exhibitionniste et extravagante envers des populations modestes dont on vient quémander les suffrages. L’actuel favori pour l’investiture républicaine, le milliardaire Donald Trump, n’aurait pas fait mieux dans un tel exercice ostentatoire digne du jet set politique. Pendant que les autres candidats à la présidentielle du 21 février 2016 s’efforce d’animer des meetings populaires soit dans les stades régionaux, soit dans les arènes de lutte traditionnelle, faute de militants et de simples curieux, Mahamane Ousmane se défausse dans les Maisons de Jeunes, à la passerelle de l’avion pour transmettre ses messages de haine ainsi que ses états d’âme tourmentés !

Il repart toujours de ses meetings comme il était venu, semblable ainsi à un oiseau migrateur qui après une halte sur un toit, continue son chemin : il n’aura rien emmené d’utile, et il ne laissera rien de tel aussi. Son passage est un épiphénomène dans la journée des populations ! Il faut dire qu’au-delà du caractère extravagant de la campagne d’Ousmane, c’est surtout le contenu de celle-ci qui est sujet à débat. En effet, les observateurs de la chose politique au Niger ont été, pour la plupart, surpris par l’introduction de l’injure dans nos mœurs politiques par un personnage duquel personne n’attendait cela.

Mahamane Ousmane partagera au cours de cette campagne la palme peu honorable d’insulteurs publics numéro 1. On ne pouvait reconnaitre Nafarko : il parle avec force de gestes, il vocifère, il éructe, il lance des salves qui puent la haine à l’état pur, la bave aux commissures des lèvres, bref, à certains moments, il semblait possédé par un démon ! Sans les images télés, on aurait juré sur tous les saints que ce n’était pas Ousmane l’auteur de ces insanités abjectes. Le drame profond chez Mahamane Ousmane, c’est qu’il ne semble même pas se rendre compte qu’il ne fait que verser dans le ridicule en entretenant l’illusion d’une grandeur passée qui ne peut plus revenir.

Ousmane n’existe plus politiquement, et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle le Président Issoufou ne daigne même pas faire allusion à lui dans ses meetings populaires. En refusant obstinément de tirer toutes les conséquences de ses inconséquences politiques, en refusant désespérément d’accepter la volonté divine dans toutes ses manifestations et dans toute sa puissance, Ousmane semble prendre aujourd’hui la posture peu glorieuse du ”kafir”. Malheureusement, obnubilé par son carburant qui est la haine, Nafarko semble perdre totalement la simple raison et ne se laisse guider que par le ressentiment qu’il a toujours éprouvé contre le Président Issoufou au point que tous ses horizons se sont tristement assombris.

Nous ne nous répèterons jamais assez en lui rappelant cette vérité de nos campagnes : ”être terrassé dans un combat de lutte n’a rien d’infamant en soi ; mais être trainé dans la boue après la chute relève d’un manque cruel de partisans” Le constat est simple : personne ne fait plus cas de Ousmane et c’est ce qui est le plus insultant pour lui ! L’ensemble de nos compatriotes ont déjà acté sa mort politique : hier, en 2011, il était crédité de 08% d’électeurs, aujourd’hui, vomi par tous, on peut, d’ores et déjà, parier qu’il ne fera pas plus de 3% sur l’ensemble du territoire, c’est-à-dire moins que le nombre de bulletins nuls dans n’importe quelle région !

Le hic pour lui, c’est qu’il n’est plus mû par une quelconque ambition de reconquérir, un jour, le pouvoir, chose qu’il sait impossible désormais : le seul carburant qu’il lui reste avant la panne d’essence complète, est de faire tout son possible pour nuire, nuire gravement. Mais même à ce jeu sadique il est perdant , car Dieu veille sur les siens ! Finalement, chers lecteurs, le seul souhait que chacun doit faire au cours de sa petite existence c’est : ‘Allah yassa mukaré da imani” (Que nous retournions vers Allah en étant croyants !)

ZAK (OPINIONS N° 284 DU 15 FEVRIER 2016)