Mes chers compatriotes
Le scrutin présidentiel du 21 février prochain intervient, après cinq ans de gestion chaotique du pouvoir d’Etat, exercée par le régime sortant. Notre ambition pour notre bien-être, à nous tous, est formulée dans un programme de gouvernement, pour lequel nous demandons votre suffrage. Nous sommes convaincus que la première condition pour assurer le développement économique et social de notre pays est de rassembler tous les Nigériens autour des valeurs de paix, de tolérance, en un mot, du « vivre-ensemble», toutes choses susceptibles de consolider durablement la concorde nationale.
Nous engageons les Nigériens à rompre définitivement avec l’ère de la pensée unique etde la défense des intérêts égoïstes et mesquins, pour cultiver la cohésion sociale et canaliser l’effort de l’ensemble des Nigériens vers la recherche du bien-être collectif. Vous êtes en effet, nombreux, mes chers compatriotes, à avoir été victimes, au cours de ces cinq dernières années, d’exclusion, de harcèlements, de persécutions, d’arrestations arbitraires, en somme d’épuration politique, parce que tout simplement, vous avez une opinion différente de celle des tenants du pouvoir. Jamais de mémoire de Nigériens, notre cher pays n’a connu une telle dérive dictatoriale. A l’heure où nous vous adressons ce message, les geôles du pouvoir regorgent encore, de prisonniers politiques.

En nous accordant votre suffrage, vous optez pour la fin du régime de la terreur, de l’oppression, de la gabégie, du détournement des deniers publics, de l’impunité et de la corruption et vous optez pour l’instauration de la justice sociale. Le préalable nécessaire à toute œuvre de construction nationale est de refonder la gouvernance démocratique au Niger, à travers notamment le renforcement du dialogue politique et du dialogue social et la recherche permanente de l’adéquation entre l’action publique et les besoins fondamentaux des citoyens.

Mes chers Compatriotes, tenant compte de ces conditions préliminaires, notre programme de gouvernement se décline en sept points de repère :

1. L’amélioration de la sécurité alimentaire et de l’état nutritionnel de l’ensemble des Nigériens, ainsi que leur accès à l’eau potable.
Notre démarche à ce sujet est simple et pragmatique et elle se veut une approche intégrée, combinant la préservation du capital productif, le renforcement des capacités de production des exploitations rurales, le développement des filières porteuses et la création d’opportunités d’emplois en milieu rural. Nous concentrerons sur la réalisation de 2.500 points d’eau modernes par en en milieu rural et extension de la desserte en eau en milieu urbain, la réalisation de 270 chantiers par an, pour des travaux à haute intensité de main d’œuvre de récupération des terres, d’aménagement des mares et cuvettes et de micro-barrages, offrant par ailleurs près de 27.000 emplois temporaires annuels pendant 6 mois, l’appui à la création de 4.050 unités artisanales sur 5 ans et 63 unités industrielles de transformation, offrant ainsi 20.250 emplois permanents, soit 4.350 par an.

2.La santé, le bien-être social, le sport et la culture.
En matière d’infrastructure notre programme prévoit la création de 6 hôpitaux de district et 20 nouveaux Centres de Santé Intégrée par an, ainsi que la généralisation des cases de santé dans tous les villages, la réhabilitation de l’ensemble des hôpitaux régionaux et de district, la poursuite de la gratuité collective des soins, ciblée sur les femmes et les enfants de moins de 5 ans, la protection de la femme et de l’enfant, le développement du sport de masse et du sport d’élite et la promotion de notre héritage socioculturel, dans sa richesse et sa diversité.

3.L’éducation et la formation technique et professionnelle.
Sur le plan des infrastructures, 3.000 classes du primaire et 800 classes du secondaire seront construites chaque année et, pour l’enseignement supérieur, la construction d’amphithéâtres, de salles de cours, de laboratoires, de campus universitaires, ainsi que la construction d’infrastructures sportives et de spectacles. Pour la formation professionnelle et technique, nouss viserons le rehaussement de l’effectif des centres d’apprentissage et des écoles de formation professionnelle publiques et privées, la modernisation du secteur informel de formation professionnelle et l’amélioration du niveau d’instruction et de formation professionnelle des artisans.

4.Le logement, l’urbanisme et l’assainissement
Il s’agira pour nous d’engager un vaste programme de construction de 5.000 logements sociaux par an, l’élaboration d’une politique de développement urbain et de schémas directeurs d’aménagement urbain, pour tous les chefs-lieux des départements et communes et la création d’infrastructures adéquates d’assainissement dans tous les centres urbains et semi-urbains.

5.L’emploi, le travail, la jeunesse et la promotion de l’entrepreneuriat
Nos actions, dans ces domaines, consistent à créer annuellement, pour l’ensemble des régions : 5.000 emplois permanents issus de la création de 2.000 nouvelles petites et moyennes entreprises, 20.000 emplois temporaires issus des travaux à haute intensité de main d’œuvre et 100.000 opportunités d’activités génératrices de revenus.

6.Les infrastructures, la communication, les télécommunications et l’énergie
Nous viserons la construction de 500 km de routes bitumées et 1.000 km de routes en terre et pistes par an, ainsi que la redynamisation des mécanismes de financement pérenne de l’entretien routier, la couverture intégrale du territoire national en téléphone, radios, télévisions et Internet et le renforcement des unités de production minière, y compris l’appui au développement des PME dans ce domaine. En ce qui concerne l’énergie, nous créerons les conditions pour une exploitation optimale des importantes potentialités hydroélectriques du fleuve Niger, la fourniture de l’énergie électrique à tous les ménages des zones urbaines et périurbaines et dans les gros villages

7. La sécurité, la justice et la gouvernance démocratique
Il s’agira donc, pour nous, de consolider l’administration de proximité et les structures de défense et de sécurité, en procédant à un meilleur maillage et à leur dotation en moyens matériels et humains adéquats sur l’ensemble du territoire national. En matière de justice, la simplification des procédures, l’assainissement de l’appareil judiciaire, la lutte contre la corruption et les pratiques malsaines, le renforcement des moyens matériels et humains des juridictions et établissements pénitentiaires s’imposent comme des impératifs majeurs. Dans le domaine de la promotion de la bonne gouvernance, nous œuvrerons pour l’enracinement de la culture démocratique et pour le respect des droits de l’homme. De même, nous prendrons des mesures urgentes et énergiques pour la dépolitisation de l’Administration Publique.

Vive la démocratie.
Que Dieu bénisse le Niger et son peuple.

lesahel.org