Notice personnelle

Née à Zinder, Aboubacar Kassoum Fouréra que ses proches appellent Hél ène a fait toute sa scolarité au Niger.Elle obtient sa licence en sociologie générale à l’Université Abdoul Moumouni Dioffo de Niamey au Niger suivi d’une maîtrise en développement communautaire de l’université de Lomé.

Après un diplôme d’Etudes Spécialisées (DES) en Economie et sociologie rurales de Gembloux Agro-bio-Tech, elle devient agrégée des sciences sociales et humaines de l’Université Catholique de Louvain (Belgique).

Mme Fouréra-Hélène a travaillé à la ville de Gembloux comme chargée de projets communautaires. Cela a renforcé son engagement pour des questions liées au codéveloppement entre la Belgique et le Niger. Dans ce sens elle a entrepris plusieurs initiatives dans le cadre associatif et notamment via l’association nigérienne GaruEntraide où elle est la secrétaire générale.

Son action politique s’est donc nourrie aussi de cette fibre associative. Son passé de compétitrice conjugué à ses engagements associatifs lui ont inculqué un sens de l’effort et de l’altruisme. Cette aptitude à se remettre en question est aussi à l’origine d’une reconversion professionnelle réussie de sociologue au professeur des sciences sociales.

Elle  est très interressée par la problématique de la diaspora nigérienne dans le monde en général et celle résidant en Occident en particulier, elle en fait son cheval de bataille et continue à développer ses compétences dans l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens.

Ses voyages à travers le monde font d’elle une femme de référence pour les questions de la diaspora nigérienne.

12631539_1672552249651805_3650553517638538936_nJe résume ci-après les grands axes et fondements qui ont été retenus dans l’élaboration de notre programme et, que nous vous invitons à découvrir :

Volet Participation des femmes à la vie politique

Malgré la loi sur le quota, leur nombre reste encore très en déça de la moyenne.

Pour promouvoir l’égalité des sexes, il est important d’arriver à une égale participation des femmes au sein des partis et dans l’ensemble de la société. Nos propositions :

  • Combiner une reforme des institutions politiques et un appui ciblé
  • Aborder l’égalité des sexes dans les statuts de partis

Appliquer à la lettre et faire respecter le quota par sexe de candidats, afin de faire participer plus de femmes à être candidates à des fonctions électives.

Volet positionnement de la diaspora

En tant que diaspora nigérienne nous devons relever ces défis par notre participation au renforcement des capacités nationales et institutionnelles en y étant représentés, à la relance économique comme nous le faisons déjà.

Elue députée, j’interpellerai le gouvernement pour promulguer une loi sur un quota des membres de la diaspora dans différentes institutions du pays.

Chers camarades, je pense que cette politique est aussi possible pour le Niger et devons faire front commun pour gagner cette lutte. Il va de notre intérêt et de la génération future.

Entreprenariat de la diaspora

Pour l’émergence du potentiel entrepreneurial de la diaspora nigérienne, entant que député, j’initierai dans le domaine législatif des lois incitatives pour favoriser l’entreprenariat de la diaspora au Niger.

Je serai aussi constamment à l’écoute de la diaspora sur tous les problèmes qu’elle rencontrera  au Niger. Par exemple faire du lobbying.

Nous allons aussi proposer une loi pour la création d’un fond de soutien aux investisseurs issus de la diaspora nigérienne.

Au sein de chaque pays (Europe, Canada, Etats-Unis), nous travaillerons avec les ambassades concernées pour renforcer la collaboration avec les entreprises du Nord en leur proposant les gens issus de la diaspora nigérienne pour les aider à s’installer et à investir au Niger.

Projet « Vivier de Compétences »

Les nigériens de l’extérieur participeront dans l’exécutif et dans l’administration du pays. Nous allons veiller au respect strict des lois du Niger en matière d’accès au poste de nomination.

  • Pour cela nous allons initier et améliorer les lois existantes dans la lutte contre la corruption, les passe droits, le favoritisme. Nous sensibiliserons l’ensemble des députés pour que la république n’exclue aucun de ses fils au Niger.
  • La mise en place d’une base de données opérationnelle de compétences pluridisciplinaires à travers l’accès à des CV.
  • Nous veillerons à ce que chaque ministère mette en place une commission de sélection et de nomination aux postes techniques. Les nigériens lésés peuvent porter l’affaire devant l’assemblée nationale avant de saisir les juridictions compétentes. Tout cadre de l’état occupant une haute fonction reconnu coupable de corruption, passe droit et favoritisme doit être déchargé de  cette responsabilité. Une loi sera initiée et votée à cet effet.

Volet Education-Formation, et Jeunesse

Enseignement de Base

  • Restaurer l’attractivité du métier en mettant l’accent à la fois sur la formation et le statut socio-économique de l’enseignant.
  • Proposer des formules d’appui pédagogique pour le jeune enseignant, y compris dans le supérieur, pour celui qui souhaite se former aux nouvelles technologies.

Enseignement secondaire

  • Donner plus de possibilités quant au choix des filières, en instaurant par exemple, dans les lycées, une nouvelle série dans le domaine des sciences économiques et sociales.

Enseignement supérieur

  • Développer le partenariat entre écoles et entreprises d’un même secteur, basé sur un partage de moyens techniques et humains afin de mieux mailler la formation pratique aux besoins du secteur.
  • Renforcer la recherche et l’innovation dans les secteurs clés de la vie socio-économique du Niger en créant des pôles thématiques et en créant les conditions attractives pour des personnalités pouvant contribuer au rayonnement du Niger.

 

Aboubacar Kassoum Fouréra

Email : fayz42000@yahoo.fr