Dans l’entretien accordé aux candidats, Seini Oumarou a dit au moins trois choses qui ne  riment pas avec le politiquement correct. C’est pourtant un message préparé d’avance et assez attendu par l’opinion puisqu’il est censé vendre le candidat aux yeux des électeurs. Nous relèverons ces bévues des différents candidats tout au long de cette campagne et même mieux nous procéderons au fact checking des discours des différents candidats. Pour revenir aux bévues de Seini Oumarou, nous avons noté :

la première bourde: c’est qu’il dit qu’il ne modifiera en rien le programme de l’ancien président Mamadou Tandja. Il procèdera tout au plus à la mise à jour de ce programme qui apparait à ses yeux comme l’alpha et  l’oméga ou disons une panacée aux problèmes du Niger. Certes le message politique vise à insinuer qu’on est toujours « tandjiste » jusqu’à la moelle. A faire allégeance à Tandja. Mais par ricochet, le postulant oublie que ceux qui lient entre les mots décoderont comme message qu’en réalité le candidat n’a pas de programme. Le candidat Seini Oumarou va-t-il jusqu’à rééditer le tazarce comme héritage de Tandja ?

A lire aussi…UNE BOURDE DE SEINI OUMAROU À L’AMBASSADE DU NIGER AUX USA

La 2ème bourde : à la question du journaliste Fogué Abouboucar à savoir quelle est la priorité de ses priorités, Seini Oumarou a dit que la question du journaliste en elle-même dit qu’au Niger tout est prioritaire. Autrement dit, précise-t-il, le régime sortant n’a rien fait. Là aussi, c’est une fuite en avant, une divagation face à une question pourtant claire et distincte. Et ceci expliquant cela, on peut dire que logiquement un candidat qui n’a pas de programme ne saurait dire la priorité de ses priorités. Du moins, pour être plus courtois, disons simplement que Seini Oumarou n’a pas répondu à la question du journaliste. Seini Oumarou a-t-il réellement compris la question ? Fogué devait s’assurer de cela en posant autrement cette même question.

La troisième bourde : « Vous ne pouvez pas parler de bonne gouvernance à quelqu’un qui a faim », dixit Seini Oumarou dans le même entretien. Cette idée rappelle bien cette opinion rétrograde et surannée du genre « le peuple n’est pas mûr pour la démocratie ». En fait, toute la question est de savoir qu’est-ce qu’entend le candidat Seini Oumarou par bonne gouvernance ? Pourtant Seini Oumarou parle de lutte contre la corruption alors faut-il attendre que la faim soit éradiquée définitivement pour commencer à lutter contre la corruption ?

Tiemago Bizo