Après avoir passé seize (16) mois à la tête du parlement nigérien, le président de l’Assemblée Nationale S.E Amadou Salifou a fait hier matin ses adieux, dans le hall de l’hémicycle aux personnels administratif, législatif et technique de l’institution au cours d’une cérémonie officielle qui consacre la fin de la première législature de la 7ème République. L’instant était solennel et plein d’émotion.

Intervenant au nom de l’ensemble du personnel de l’Institution, le secrétaire général du parlement M. Boubacar Tchiemogo a indiqué que ni un témoignage de satisfaction, encore moins un cadeau de quelque nature que ce soit ne peut illustrer la parfaite collaboration entre S.E Amadou Salifou et le personnel de l’institution.  »Nous nous sommes dit que l’essentiel est invisible pour les yeux ! Nous n’avons donc besoin de nul objet pour vous dire merci ! Merci pour avoir été proche de nous, merci pour votre accessibilité, merci pour votre grandeur d’âme, merci pour votre noblesse d’esprit ! Nous préférons parler avec le cœur, pour dire toute notre émotion à vous voir prendre congé de nous. Pendant ces seize derniers mois, vous avez été le meilleur allié de l’administration parlementaire ; pas une de nos doléances n’a été ignorée, pas une de nos suggestions ne vous a paru impertinente !

Vous l’avez dit, il y a quelques jours, que vous partiez avec le sentiment du devoir accompli, mais, excellence, partez également avec l’assurance de notre sincère reconnaissance, tous nos vœux vous accompagnent. Mais, la vie politique étant coutumière de retournements, entre nous ce n’est peut-être pas un adieu mais plutôt un au-revoir comme le dit la fameuse chanson », a dit M. Boubacar Tchiemogo à l’endroit du président Amadou Salifou.

Pour sa part, le Président de l’Assemblée nationale s’est réjoui d’avoir accompli un devoir, celui de servir notre pays. SE. Amadou Salifou a invité les Nigériens à bannir tout esprit identitaire. Il a appelé aussi appelé à l’union sacrée contre toutes les formes de menaces contre notre pays.  »Nous n’avons aucune alternative à l’union sacrée contre les menaces extérieures, la misère et le sous-développement » a-t-il déclaré.

Hassane Daouda(onep)
www.lesahel.org