Le Mouvement Démocratique Nigérien pour une Fédération Africaine (Moden FA-Lumana Africa), la principale formation politique de l’opposition a transmis le 17 Mars dernier la liste des 25 personnes désignées par ledit parti pour occuper les sièges de député à la future Assemblée Nationale, liste qui avait été reçue et validée à travers l’arrêt n° 013/CC/ME du 17 Mars de la Cour Constitutionnelle, apprend-t-on

Dans son arrêt, la juridiction compétente en matière constitutionnelle et électorale a complété et rectifié l’arrêt n° 012/CC/ME du 16 mars 2016 en déclarant élu députés à l’Assemblée Nationale, les personnes désignées par le parti Moden FA-Lumana Africa.

Outre M. Hama Amadou, la liste du principal parti d’opposition comprend notamment l’ancien maire central de Niamey M. Oumarou Dogari Moumouni, l’ancien ministre de la Santé M.Soumana Sanda et le député sortant M.Nassirou Halidou. “Lumana a été victime du coup de ses alliés qui eux avaient transmis leurs listes à temps” a indiqué sans surprise un observateur.

Le 16 Mars dernier, la Cour Constitutionnelle avait reparti les sièges du futur parlement sur la base des listes transmises par les partis politique ou groupement de partis politiques à l’exception du parti MODEN FA LUMANA AFRICA, ce qui avait alimenté toutes les spéculations sur la participation de cette formation politique aux futures institutions.

Coup tordu entre alliés au sein de la COPA 2016

Ses spéculations avaient été ravivées par la décision de la Coalition Pour l’Alternance 2016, la principale coalition de l’opposition de ne pas reconnaitre “les résultats et les institutions issus des élections présidentielles et législatives” et de demander “une transition politique afin de permettre d’organiser de nouvelles élections démocratiques, libres, légitimes, transparentes et honnêtes”. Dans le même temps, la COPA a appelé ses militants et sympathisants a boycotté le second tour de élection présidentielle de dimanche, tout en maintenant la candidature de M. Hama Amadou face au président Mahamadou Issoufou candidat à sa propre succession pour un second et dernier mandat.

Après la désignation des personnalités du FA-Lumana, tous les partis politiques aussi bien de la majorité présidentielle que de l’opposition ont donc désigné leurs représentants au futur parlement et la liste des 171 députés est à ce jour complète. La question que l’opinion publique nationale et internationale se pose à présent est de savoir comment l’opposition entend ne pas reconnaitre les résultats et institutions issus des dernières consultations électorales, tout en s’y préparant activement à prendre part avec la désignation de ses membres.

Maaroupi Elhadji Sani

Kakakiniger.net