Dans un pays comme le Niger, bien qu’étant dans une république démocratique, nous ne pouvons pas nous permettre le luxe d’être dans les pamphlets, les invectives, les camouflages et les combines politiques ad vitam æternam.  Nous devons avoir  un temps pour les compétitions électorales, un temps pour l’attente et la proclamation des résultats et un temps qui doit être permanent, c’est celui que chaque citoyen doit toujours consacrer au pays pour son bien-être. « La patrie passe avant le parti « . La communauté internationale nous observe, c’est à nous de crédibiliser notre pays dans le concert des nations.

Les élections ont pris fin. La victoire de Issoufou Mahamadou est nigérienne,  il est réélu comme Président de la République du Niger, c’est le président de tous les Nigériens. Le moment est venu pour nous de regarder tous  dans la même direction, celle de créer les conditions et d’œuvrer pour un développement harmonieux de notre pays. C’est un nouveau chapitre de cinq ans qui s’ouvre mais c’est la Renaissance du Niger qui  continue.

Notre pays a besoin du savoir, du savoir-faire, du sérieux, de l’abnégation et de l’engagement de toutes ses filles et ses fils. A l’instar des autres pays, le Niger doit aller de l’avant, il doit passer de la renaissance à l’émergence et de l’émergence à la quintessence du développement économique et social. Nous ne pouvons arriver à ce niveau qu’en nous départissant  de certaines tares dans nos réflexions et comportements de tous les jours. Les tendances bassement méchantes, les actions de sape et les manœuvres sournoises destinées à nuire à son prochain et à son pays par excès de narcissisme et d’extrémisme ne peuvent que plomber le développement économique et social de tout le Niger.

Les propos et comportements qui tranchent d’avec le vivre ensemble et qui sont à l’antipode de la démocratie et de la république doivent cesser. La paix,  la stabilité,  la sécurité et le bien être des Nigériens ne peuvent être assurés que par les Nigériens eux-mêmes.

Pour réussir notre pari de toujours faire du Niger un havre de paix, il  ne faut ménager aucun effort pour inculquer les valeurs du vivre ensemble, du civisme et du patriotisme à nos concitoyens intoxiqués, endoctrinés et  égarés. Nous devons rester vigilants. Il y’a des Nigériens récalcitrants et jusqu’au-boutistes qui prônent la violence, la pyromanie, le vandalisme et l’incitation à la haine et aux troubles sociaux.  Ils sont belliqueux et allergiques à toute initiative tendant à renforcer notre cohésion sociale. Ceux-là doivent  tout simplement,  comprendre et accepter , « que seul l’Etat a le monopole de la violence physique légitime ».

Il n’y a rien de plus paisible que de se déplacer sans crainte ni inquiétude dans son propre pays. A quoi ça sert et qui ça sert d’entraîner certains de nos compatriotes dans des mésaventures avec leur cortège de malheurs et de désolations et qu’ils finiront par regretter? Pourquoi certains « Super Nigériens » veulent que notre pays livre au reste du monde des spectacles effroyablement désolants? » Nous préférons  la force des arguments aux  arguments de la force ».

Aujourd’hui, plus que jamais nous avons besoin d’institutions stables, fortes et respectables. Autant nos institutions méritent tout le respect,  autant elles doivent être à la hauteur des missions confiées à elles par le peuple nigérien.  C’est le lieu ici, d’insister sur l’Assemblée nationale pour dire aux représentants du peuple  que nous voulons d’une Assemblée responsable.  La majorité comme l’opposition siègent dans ce qu’on appelle temple de la démocratie. Pour mériter le respect et l’attention des Nigériens, les comportements de nos députés dans l’hémicycle  doivent être exemplaires, leurs débats doivent être qualitatifs et nous éviter  le brouhaha et le pandémonium auxquels ils nous ont habitués.

Les Nigériens ont beaucoup d’estime pour leur président de la république. Ils savent qu’il est un rassembleur et un fédérateur et ils l’ont prouvé en lui réitérant leur confiance. Ils reconnaissent qu’il a fait des réalisations concrètes et indéniables. Ils sont confiants qu’il fera plus et mieux. Cependant, nos concitoyens  l’attendent sur des aspects  liés à la bonne gouvernance et à la culture de l’éthique politique, le casting y compris. Nous n’avons aucun doute que le président de la république saura aborder courageusement ces questions avec doigté. Plaise à Dieu, son nom sera gravé en lettres d’or dans les annales politiques de notre pays.

Quid de nous autres citoyens lambda? Nous sommes l’alpha et l’oméga de la gouvernance. Nous avons librement choisi nos dirigeants et représentants à différents niveaux de la gestion démocratique de la cité. C’est à nous de nous assumer et de jouer notre partition. Oublions nos petites personnes, mettons en avant l’intérêt général et ayons constamment à l’esprit que la souveraineté appartient au peuple.

Abdourahaman ZAKARIA