Quitus a été donné au  bureau politique du MPN pour soutenir Issoufou Mahamadou au second tour de l’élection présidentielle du 20 mars prochain. En effet, une source bien autorisée nous a confié après avoir été contacté par les deux candidats finalistes, le parti d’Ibrahim Yacouba avait mis en place un groupe de travail pour proposer quel candidat soutenir entre Hama Amadou et Issoufou Mahamadou au second tour.

Selon notre source, une majorité s’est dégagée en faveur du candidat Issoufou Mahamadou. Et le groupe de travail donne quitus au bureau politique pour finaliser les consultations. Mais il n’y a aucun doute que même si le parti n’a pas encore fait de déclaration, son choix pour soutenir Issoufou Mahamadou au second tour est en passe d’être entériné.

Selon notre source, le MPN tient au respect des institutions,  c’est pourquoi le parti attend la déclaration des résultats provisoires globaux par la Cour constitutionnelle pour dire officiellement et sans ambiguïté sa position. C’est dire que si le suspens continue encore au niveau de Kiinshin Kassa c’est par respect à un principe républicain à savoir laisser la Cour Constitutionnelle exercer sa prérogative.

Une attitude circonspecte,  pourrait-on dire et qui force l’admiration quand on sait que la Cour constitutionnelle a la latitude aussi d’infirmer ou confirmer les résultats à elle transmis par la CENI.

Il faut dire que  ce choix du MPN Kiishin Kassa est attendu car avec ses 4,34% à la présidentielle et 5 députés, ce jeune parti contribuera à faire pencher sensiblement la balance électorale du second tour.

Si le bureau politique venait à confirmer l’option de soutenir Issoufou Mahamadou, ce serait une très belle leçon d’apprentissage démocratique pour ce parti des jeunes. En effet, cela traduit simplement que l’adversité politique n’est jamais un obstacle qui puisse empêcher aux fils d’un même pays de retrouver pour servir la cause commune.

L’autre leçon de maturité du MPN, c’est aussi le fait de gérer ces consultations de manière démocratique car, apprend-on, tout ne s’est pas passé sans frictions. Cela doit être mis à l’actif du leader de ce parti,  Ibrahim Yacouba qui a bien su laisser les différentes sensibilités s’exprimer dans un libre jeu démocratique.

En ce qui concerne Ibrahim Yacouba en personne, nous ne sommes pas surpris car ancien collaborateur d’Issoufou, on lui reconnait d’avoir soutenu l’argument selon lequel dans certains domaines, Issoufou a fait plus que tous  les autres régimes réunis. Autant dire qu’Ibrayac (comme l’appellent ses partisans) n’a fait qu’une sorte… de retour au bercail.

Elh Mahamadou Souleymane