Le  Dimanche  20 Mars  2016,  notre  pays  ira  au  deuxième  tour  pour  accomplir  un  devoir   :  élire   le Président  de notre  République.   Celui  qui  va  diriger  notre  peuple  pendant  5  ans   Pendant  5  bonnes  années,   il   va  d’abord  former  un  nouveau  gouvernement,  ramener  les  compteurs  à  zéro . Avec   l’installation  d’un parlement  nouveau  et  des  instutions  républicaines  qui   seront  étoffées  des  divers structures  de  l’Etat. Mais,  ce  geste  citoyen  se  subdise  en  4  catégories  . ll   y  a  ceux  qui    votent  pour  élire  le  candidat,  qui  font  un  choix  parmi  les deux   prétendants  Mais  en  général,  votent  pour  un  donner  un  quitus à  celui qui   prendra  la  direction  du  pays  avec  une  feuille  de  route   Cette  catégorie  de  citoyens  croit  en  la  capacité  de  l’homme  choisi.  Pendant  5  ans  ils  jugeront  et  auront  le   loisir  de  vérifier le  choix  effectué.  Quitte  à  changer  d’avis  en  cours  de  chemin.

 La  deuxième  catégorie  vote «  NON »  pour  n’avoir  pas  été  safisfaite   au  cours  du  précedent  mandat  C’est  le  vote  sanction    L’électeur  se  reportera  inévitablement  sur  le  second  candidat  pour  tester  ce  dernier  s’il  est  élu  .Cette  frange  d’électeurs  pense qu’un  changement  qualitatif  est  possible   Autant  prendre  le  risque  de  voter  autrement.

Nous   avons    ceux  qui  votent  « blanc ».  Ceux  ci  sont  neutre  et  mettent  les  candidats  dos  à  dos .  Ils  n’y  croient  en  aucun  d’entre  les  candidats.  Ceux  ci  ne  n’intéressent  pas à   ce  qui  se  passe dans  leur  pays.  Ce  qui  ne  leur  fait « ni chaud ni  froid »

Enfin , on  retrouve  aussi  ceux  qui  ne  jugent  pas    nécessaie  de  se  déplacer  et  observent  avec  indifférence  ce  qui  se  passe.  II y  a  ceux  qui  partent  et  qui  n’éffectuent  aucune  opération  électorale Pour  eux  c’est  un  jour  comme  les  autres. C’est  un  « non  évènement »

 Dans  un  cas  comme  dans  l’autre,  nous  avons  à  faire  également  le  plus  souvent  à  des  consignes  de  vote  décrêtés   par  les  Etats  Majors  des  partis  politiques  qui  trouvent  leur  compte  au  cours  de  la  campagne  électorale  En  vue  des  positionnements  et  des  futures  alliances .  Pour  se  partager  « le  gâteau » . Mais  le  plus  souvent,  les  consignes  sont  rarement  suivies  d’effets  en  Afrique  où  on  vote  par  affinité  personnelle  que    pour un  Programme  électoral  On  s’attache  plus  à  une  pesonne,  à  un  candidat  qu’à  la  République  ou à  l’Etat   D’ailleus  tous  les  Prorammes  sont  similaires :  créer  les  conditions  qui  concourrent  au  bien  être   du  citoyen  et  de  la  citoyenne.  Santé,  Education,  droit  de l’homme,  paix,  tranquillité,  stabilité . Assurer à  chaque  personne  les  trois  repas  quotidien,  dévélopper  l’agriculture  et  l’élevage ect….. Des  promesses  aussitôt  rangées  dans  les  tiroirs  parce  qu’entre  les  programmes  alléchants  et  la  réalité il y  a  une  grande  différence .

Mais,     tous  ces  cas  de  figures  que  nous  venons  de  décrire ,  sont  consignés  dans  toutes  les  Constitutions  du  monde ; Ne  pas  aller et  aller  voter  comme  on  l’entend , sont  des  droits inaliénables  dont  le  citoyen  ou la  citoyenne  peut  en  user. II  n’ y a  aucun  problème   Chaqque  citoyen  étant  libre  de  ses  pensées et  de  ses  gestes  Cependant , de  mon  point  de  vue , il  est  plus  préférable  d’aller  exprimer  ses  sentiments  et  ses  choix   en  allant  voter. Et  en  votant    sans  aucune  pression  ni  contrainte,  ni  chantage. Parce  que  celui  qui  sea  élu  sera  le  Président  de  tous  les  citoyens  et  de  toutes  les  citoyennes  dont  il  aura  la  charge.  Toutes ces situations  s’imposent  du  fait que  le  citoyen  et la  citoyenne ont  besoin d’une  solide  formation  et d’une  sensibilisation . De  la  même  manière  que  les militants  des  partis  politiques  sont   délaissés et laissés  à eux  mêmes par  les responsables de  ces  partis. Comment  voulez  vous  que   nous  puissions  exrcer  correctement  notre  devoir  républicain  dans  ces  conditions ? Or,  l’Etat  et les  partis  politiques  ont  l’obligation  de  former le  citoyen  et  le  militant .Mais,  on  préfère  avoir  un  citoyen  ignorant  et  un  militant  qui  ne  comprend  rien .  Afin  qu’on  parle  à  leur  nom et  qu’on  décide  aussi à  leur place. Les  formations politiques  dans tous les pays  dumonde n’approchent  l’électeur  qu’au  moment  des  consultations  électorales. Pour  les  soudoyer,  en   leur  promettant  Monts  et merveilles  , pour  leur  soutirer  leurs  voix.   Beaucoup   de partis disparaissent  après  les  élections  pour  ne  renaitre  que  lors  de  compétitions  électorales.  Ainsi  va la politique  dans  nos  Etats  dits  démocratiques,  malheurement.

C’est  d’ailleurs , le  lieu  et  l’occasion  de  demander  à  nos  compatriotes  nigériens  et  à  nos  frères  africains  qui  iront  accomplir  leur  devoir  républicain,  de  voter  dans  le  calme  et  dans  la  sérenité  Dans  l’intérêt  de  nous  tous.  Parce  que  le  jour  des  élections  doit  être  un  jour  exceptionnel,  un  tournant  dans  la  vie  de  nos  Etats. Nous  y  incrivons  une  nouvelle   page  de  notre  histoire  politique  au profit  de  tout le  monde. Parce  que  seul  le  choix  démocratique  est  sinonyme  de  liberté,    de  la  libre  expression .  Des  conditions   «  sine quoi none »  pour  avancer  dans  la  construction  de  nos  Etats  et  de  l’édification  de  notre  continent  africain.    Nous  y  croyons  encore  et  toujours  .  Parce  que  si  le  Dimanche  2O Mars  2016  est le  jour  fatidique  du  choix  de  notre  futur  Président de  la  République  au  Niger  et  ailleurs  en  Afique,  le  lendemain  devrait  être  un  jour  de  repos,  de  félicitations   en nous  tendant la  main  .Parce  que  le  pays  a  besoins  de  tous  ses  fils  et  de  toutes  ses  filles  pour   sa  contruction.   Courage  et  surtout  bonne  chance  et  que  le  meilleur  gagne !

                                                                                                                                                               Dr  Abdoulaye  HASSANE  DIALLO    Politologue  et  Journaliste