Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale Porte-parole du gouvernement, M. Assoumana Malam Issa, a présidé, samedi dernier au Centre Culturel Oumarou Gandou de Niamey, une rencontre d’information et d’internalisation autour des nouveaux concepts clés composant l’intitulé de ce département ministériel, en l’occurrence la Renaissance culturelle, les Arts et la Modernisation sociale. Cette rencontre qui a regroupé aussi bien les cadres centraux du ministère que les directeurs régionaux, se veut un cadre de retrouvailles, d’échanges et de réflexions sur ces nouveaux concepts afin que les responsables du ministère aient une compréhension commune de ces mots sur lesquels ils sont désormais appelés à travailler.

En ouvrant les travaux de cette rencontre, le ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement, a informé les cadres et agents du ministère, du rôle et de l’importance que le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E Issoufou Mahamadou, accorde à la culture de manière générale et à la renaissance culturelle et la modernisation sociale de façon spécifique.  »C’est dire qu’il n’est point besoin de rappeler aux cadres que vous êtes, la lourde tâche qui vous attend. Être en charge de changer les hommes, de changer les mentalités et les attitudes des individus en étant qu’acteur du développement n’est pas tâche aisée. Mais je sais que vous avez les moyens intellectuels et la volonté de répondre positivement à cette confiance du Président de la République et du Premier ministre, de faire de notre ministère, le principal outil de préparation pour le développement du Niger » a-t-il affirmé.

En effet, rappelle M. Assoumana Malam Issa, malgré les innombrables efforts déployés par l’Etat à l’échelle nationale et son offensive diplomatique pour redorer l’image du Niger à l’extérieur à l’issue du premier quinquennat, il reste encore fossé.  »J’allais dire un décalage énorme entre le comportement du peuple, la compréhension du citoyen et ces résultats palpables. Nous devons rectifier cela afin qu’on puisse effectivement s’acheminer et avoir droit au développement et au bien être souhaité. Et c’est exactement cela que le Président de la République voulait corriger en créant un ministère en charge de la Renaissance culturelle qui se voit doter de toute la responsabilité de faire de l’instruction civique ; la citoyenneté, l’honnêteté ; bref la responsabilité tout court, l’instrument et l’arme du développement du Niger », a précisé le ministre.

Pour lui, la culture nigérienne constitue la principale arme et la source de valeur pour porter le changement prôné par le Président de la République à travers le ministère de la Renaissance Culturelle.  »Nous devons comprendre que nous sommes mis à l’expérience pour que tout ce que doit être le comportement d’un agent public ou d’un citoyen au Niger, puisse s’inspirer de ce que nous allons nous imposer comme comportement en tant que ministre, cadres ou agents du Ministère de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale. Mais, il fallait commencer par s’entendre sur les concepts. C’est le lieu pour moi de rendre hommage au ministre sortant M. Gambo Habou qui avait mis déjà en place un comité chargé de réfléchir sur le contenu de la Renaissance culturelle », a indiqué M. Assoumana Malam Issa.

Ce comité a produit un document enrichissant qui servira de base aux participants à cette rencontre pour la réflexion vers la standardisation de compréhension et de sens des concepts de Modernisation sociale et Renaissance culturelle. Les participants à la rencontre sont appelés à enrichir le document produit par le comité afin de contribuer au développement du Niger, au rayonnement de la culture et surtout à l’ancrage et à l’internalisation de la renaissance culturelle. Le ministre Assoumana Malam Issa a par ailleurs réaffirmé aux agents de son département ministériel la détermination et la volonté du Président de la République et du Premier ministre, Chef du gouvernement d’accorder l’attention nécessaire à ce ministère pour qu’il puisse répondre à l’attente des autorités et des citoyens du Niger.

C’est pourquoi, il a demandé aux agents d’avoir déjà à l’esprit qu’aussitôt la Déclaration de Politique Générale adoptée, qu’il sera élaboré un plan stratégique propre au ministère de la Renaissance Culturelle.  »Nous devons être plus que jamais déterminés à lutter contre les tares tels que le laxisme ; le retard au travail ; l’absentéisme ; la corruption ; la gabegie et l’utilisation abusive des biens publics. Toutes ces tares freinent le développement du Niger », a souligné le ministre Assoumana Malam Issa.

Aussitôt après l’ouverture de la rencontre, le ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement, a procédé à la remise officielle d’un lot de matériels informatiques aux différentes directions régionales du ministère. Ce matériel a été acquis grâce à la coopération marocaine.

Au cours de cette rencontre, deux exposés ont été présentés aux participants dont l’un par M. Inoussa Ousseini, ambassadeur et délégué permanent du Niger auprès de l’UNESCO et l’autre par M. Oumarou Moussa, directeur général de l’Agence de Promotion des entreprises et Industries Culturelles du Niger. Le premier exposé a porté sur les concepts de Renaissance culturelle ; Arts et Modernisation sociale, tandis que le second était relatif à la réflexion sur le projet d’organisation, attribution et fonctionnement du ministère en charge de la Renaissance Culturelle.

Hassane Daouda(onep)
www.lesahel.org

(Le titre est de la rédaction de Niger Inter)