La jeunesse pour l’alternance (JEPA) a rendu une déclaration hier. Dans cette déclaration diffusée sur les medias dont Télésahel, la jeunesse de l’opposition appelle au respect de la constitution et à une lutte responsable.

Tout en valorisant la justesse de leur cause et en saluant la vision de leurs leaders, les jeunes de la COPA saluent la libération des activistes arrêtés dans leur rang. La JEPA considère que c’est par la lutte et la persévérance qu’on peut faire triompher les principes démocratiques.

Dans cette déclaration mi-figue mi-raisin, la JEPA exerce une certaine modération à l’endroit des leaders de la COPA et du pouvoir pour tenir compte de l’essentiel. D’une certaine manière, on pourrait dire que la JEPA rappelle à l’ordre et ses leaders qui ont fait montre d’extrémisme dans la gestion du processus électoral.
C’est une autre façon de damer le pion aux leaders de la COPA qui, depuis l’investiture du président Issoufou sont presque en hibernation. Situation de nature à désorienter leurs militants.

Dans leur déclaration assez équilibriste, les jeunes de la COPA interpellent tout le monde. C’est assez responsable de rappeler les principes du vivre ensemble notamment quand il s’agit du pays car nous sommes condamnés à vivre ensemble.

Et on ne le dira jamais assez, ce qui nous unit est de loin plus important que ce qui nous divise. Dans cette dynamique, l’on peut dire sans risque de se tromper que la JEPA a été très sensible à l’appel du président de la République lorsqu’il dit : « Il faut qu’on se parle ».

Disons tout simplement mention spéciale à la JEPA pour ce geste qui la place au-dessus de la mêlée. Et ce qui est rassurant au regard de la qualité de certains membres présents à cet appel à la raison, il n’y a aucun doute que ce n’est pas de la contre-façon. Il s’agit bel et bien des jeunes de l’opposition. Qui plus est, des jeunes leaders détenant des pouvoirs réels en termes de mobilisation. Gageons simplement que cette clameur soit accueillie de tout bord comme un retour à la raison qui semble être en vacance… depuis quelques temps dans notre pays.

EMS