La Première Dame, Docteur Lala Malika Issoufou, a effectué hier matin une visite à l’unité d’oncologie des enfants de la Pédiatrie B de l’Hôpital National de Niamey. Cette visite vise à sensibiliser et à informer la population de l’aménagement d’une nouvelle unité spécialement dédiée à la prise en charge des cancers de l’enfant, mais aussi de faire auprès des partenaires un plaidoyer pour l’amélioration des conditions de vie des enfants vivant avec le cancer. La première Dame était accompagnée, au cours de cette visite, par les ministres en charge de la Santé Publique, de la Population, de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, ainsi que par les cadres des différents ministères concernés, le directeur général de l’Hôpital National de Niamey et ses collaborateurs.

La pédiatrie B de l’Hôpital national de Niamey prend en charge les enfants de 2 à 15 ans. Elle compte 40 lits, y compris ceux affectés à l’unité d’oncologie pédiatrique initialement dotée de 6 lits, mais réduits à 5 compte tenu de l’exigüité du lieu. La prise en charge des patients est assurée par cinq pédiatres dont une pédiatre oncologue ; 17 infirmiers dont une missionnaire; une anesthésiste réanimateur; une assistante sociale et 6 personnels d’appui.

Selon les explications de la responsable du service oncologie, Mme Labo Saadatou Adamou, ce service, créé en 2015, prend en charge toutes formes de cancers des enfants de 0 à 15 ans. Cependant, le service est confronté à un problème d’exigüité du local et de non disponibilité des médicaments. A cela s’ajoutent les conditions difficiles de travail du personnel de soin. Au cours de l’année 2015, ce service a enregistré 257 malades et déjà 20 cas au cours de l’année 2016.

La Première Dame, Docteur Lala Malika Issoufou, a saisi l’occasion de cette visite pour encourager le personnel soignant et réconforter le moral des malades et des accompagnants.
Au terme de sa visite, la Première Dame a indiqué que le cancer n’est pas seulement une maladie des adultes, les enfants aussi sont concernés par diverses formes de cancers. Aussi a-t-elle encouragé la population à faire dépister leurs enfants, car cette maladie guérissable si l’alerte est donnée dès l’apparition des premiers signes. Elle a évoqué la nécessité de la création d’un nouveau local pour les personnes accompagnantes. Dr Lala Malika Issoufou a par ailleurs sollicité les partenaires pour venir en aide aux enfants malades du cancer, à travers notamment la construction et l’aménagement d’un endroit plus agréable pour les patients, mais aussi en assurant l’accessibilité et la disponibilité des médicaments contre le cancer.

Pour sa part, le ministre de la Santé Publique, M. Kalla Moutari, a assuré que des mesures provisoires seront prises pour améliorer la situation de ce service en augmentant le nombre de places et, à long terme, en construisant un local convenable pour les enfants souffrant du cancer et pour le personnel soignant.

Quant à la ministre de la Population, Mme Kaffa Rakiatou Christelle Jackou, elle a exhorté les populations à venir faire dépister les enfants le plus tôt possible. Elle a aussi encouragé le lobbying auprès des partenaires pour rendre accessibles les médicaments.

Enfin, la ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, Mme Amadou Aissata, a estimé que la création de cette unité d’oncologie pédiatrique s’inscrit dans le cadre de la volonté de nos plus hautes autorités de lutter contre le cancer de l’enfant.

Mamane Abdoulaye(onep)
www.lesahel.org