Le Conseil des Nigériens de France, CONIF, a organisé le 17 Avril 2016, une journée culturelle parrainée par l’Ambassade du Niger en France, en partenariat avec l’Association PAN Projet africain, la ville de Sucy- en- brie et le soutien du Conseil Départemental du Val-de-Marne, et avec le Tchad comme invité d’honneur. La manifestation, placée sous le thème  »La culture, l’éducation, la santé de la femme et de l’enfant », a été présidée par le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, M. Assoumana Malam Issa.
On notait la présence du président de la Cour des Comptes, de l’ambassadeur du Niger en France, des maires d’Agadez et de Téra, de l’ambassadeur de la Paix de l’Unesco, du styliste Alphadi et d’une forte délégation tchadienne.

De mémoire des membres de la diaspora nigérienne en France, jamais une manifestation de ce genre n’a drainé autant de monde. Et jamais l’organisation d’un évènement de cette nature n’a enregistré un succès aussi éclatant, au regard du nombre de participants et de la qualité des invités qui ont pris part à la manifestation ou qui l’ont animée.

La première partie de cette mémorable journée culturelle a été celui des messages et des discours dont notamment celui du ministre de la Renaissance Culturelle, spécialement dépêché par le Président de la République qui, comme l’a dit le ministre Assoumana Malam Issa, accorde désormais une priorité absolue à la culture nigérienne dont la richesse et la diversité sont universellement reconnues. C’est d’ailleurs a-t-il dit,  »la raison de la création d’un portefeuille ministériel transversal qui lui est dédié, et qui se veut un support structurel de promotion de nos valeurs socioculturelles et même économiques ».

C’est, a-t-il poursuivi,  »un support pour une valorisation de nos us et coutumes, pour un changement des mentalités et des comportements, et, en définitive, un support pour une révolution qui doit être le lit de notre devenir et de notre avenir, en tant que communauté tout court ».

La diaspora nigérienne, qui bénéficie de toute l’attention du Président de la République, doit se mobiliser pour s’ériger en actrice de ce changement afin de faire du Niger, dans un proche avenir, un pays émergent », a souligné le Ministre de la Renaissance Culturelle, M. Assoumana Malam Issa.

Comme pour donner un écho particulier à cet appel, l’ambassadeur du Niger en France, Ado El Hadj Abou, a pour sa part affirmé dans son discours que  »l’Ambassade ne ménagera aucun effort pour encourager les activités des associations des Nigériens. Elle le fera davantage avec le Conif qui est un cadre fédérateur et qui mobilise la communauté dans son ensemble, afin que l’action de la diaspora nigérienne en France soit plus porteuse, plus visible et plus cohérente ».
Après avoir rappelé le contexte sécuritaire et politique qui prévaut dans notre pays aux lendemains des différents scrutins présidentiels et législatifs qui se sont déroulés dans le calme et la quiétude, il s’est félicité du thème choisi pour cette journée culturelle, un thème dédié justement à la concorde nationale.

C’est  »un choix judicieux d’autant plus que la culture, l’éducation et la santé de la femme et l’enfant ont, de tout temps, été des socles, et le restent encore, de nos politiques nationales de développement », a-t-il indiqué.

En outre, il y a eu le message du représentant de l’Ambassade du Tchad en France qui a s’est félicité du fait que son pays ait été choisi comme invité d’honneur de cette journée.
 »Nous ne sommes pas des voisins, nous sommes des frères, avec une culture et des similitudes linguistiques » a-t-il dit, affirmant que  »le Niger aujourd’hui est en marche ».
Les conférences-débats ont constitué le deuxième temps fort de cette journée culturelle organisée par le Conseil des Nigériens de France.

 »La problématique de l’éducation des filles et de l’alphabétisation des femmes au Niger » et  »Les enjeux et défis de la santé maternelle et infantile au Niger », animés respectivement par Mme Hatchabi Kajima et Mme Abdoulaye Mamadou, ont constitué les thèmes de ces deux conférences-débats.

Le troisième temps fort a été le spectacle animé par des artistes nigériens vivant en France, (Dias Criss et Rabiou Band), et ceux venus de

Niamey, à l’image de Safiah et Phéno de Kaydan Gaskya, Mali Yaro, Idi Sarki, MDM CREW.
Ce spectacle a été suivi d’un défilé de mode présenté par Melle Hadiza Maïga, une jeune styliste nigérienne vivant dans l’hexagone, et la projection du film  »Courir à Agadez » de Agdal Waissan et du réalisateur Thomas Fisch. Il faut préciser que Agdal Waissan est l’organisateur du Grand Marathon du Ténéré.

Rappelons qu’au cours de cette journée culturelle, il y a également eu des contes et des expositions de produits artisanaux nigériens.

Moussa Hamani, attaché de presse,Ambassade du Niger en France
www.lesahel.org