Nommé à la tête de l’ambassade de France au Niger en septembre 2015, Marcel Escure a bien retenu la leçon asséné à son prédécesseur, Antoine Anfré. Ce dernier avait été soudainement rappelé par Paris en juillet 2015 à la demande du président nigérien Mahamadou Issoufou qui lui reprochait de prêter une oreille trop attentive aux opposants. A l’inverse, depuis son arrivée à Niamey, Marcel Escure redouble de complaisance à l’égard du président nigérien au grand dam des opposants qui l’accusent de faire de faire de la propagande pro-régime. Lors d’une réunion organisée par l’Union européenne à Niamey, plusieurs opposants ont ainsi manifesté leur mécontentement lors de l’intervention de l’ambassadeur de France en quittant la salle.

Par La redaction de Mondafrique