Une dizaine d’éléments du groupe terroriste Boko Haram ont été tués par l’armée nigérienne dans une attaque de leurs positions par la secte islamiste à Bosso, région de Diffa (extrême sud-est, proche de la frontière du Nigéria), a annoncé samedi le ministère nigérien de la Défense nationale.

Selon le porte-parole de l’armée, le colonel Moustapha Ledrux, dans un communiqué lu samedi sur la radio nationale, des assaillants du groupe Boko Haram ont attaqué vendredi soir le poste militaire de reconnaissance de Bosso.

« La réaction vigoureuse des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) nigériennes a mis l’ennemie en déroute. Une dizaine de terroristes ont été tués et plusieurs dizaines autres blessés, et emportés par les assaillants dans leur fuite », a précisé le communiqué.

On dénombre trois blessés légers dans les rangs des FDS, a ajouté la même source.

D’importants matériels de guerre composés de fusils mitrailleurs, RPG-7, grenades défensives, de chargeurs et de téléphones portables ont été pris sur les assaillants.

Des opérations de ratissage avec des moyens terrestres et aériens sont engagées dans le secteur pour rattraper et neutraliser ces terroristes.

Depuis février 2015, rappelle-t-on, les localités de la partie Est du Niger notamment Bosso et Diffa, toutes frontalières du Nigéria, subissent des attaques à répétition du groupe Boko Haram, à partir de ses positions nigérianes, qui ont fait des centaines de victimes civiles et militaires nigériens et des milliers de déplacés du Niger et Nigéria. Plus d’un millier de terroristes ont été tués autant ont été faits prisonniers, selon les statistiques de l’armée nigérienne.

Agence Xinhua