Après le Qatar, où il a participé au 16ème forum de Doha 2016, le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, est arrivé dimanche soir, 22 mai 2016, à Istanbul, en Turquie, où il prend part au Sommet Humanitaire Mondial. Ce Sommet Humanitaire Mondial, convoqué par le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon, a débuté, hier matin, sous la Présidence du Président turc SEM Recep Tayyip Erdogan, en présence notamment du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou.

Outre les dirigeants étatiques, ce sommet rassemblera les acteurs de l’aide d’urgence notamment les agences onusiennes, les bailleurs de fonds, les ONG et le secteur privé. Les discussions portent, entre autres, sur la réforme du système humanitaire mondial actuel.

Ce Sommet, qui rassemble des dirigeants du monde entier, vise à « améliorer la manière globale de répondre aux crises humanitaires provoquées par les conflits et le changement climatique». Il est attendu de cette première rencontre humanitaire mondiale une série « d’actions et d’engagements concrets » pour aider les pays à mieux se préparer à affronter les crises, définir une nouvelle approche pour gérer les déplacements forcés et garantir des sources de financement fiables pour y répondre.»

Placée sous le thème « comment pouvons-nous agir ensemble pour créer un monde plus sûr et plus humain ? », cette rencontre marquera « un tournant majeur dans la manière dont la communauté internationale prévient la souffrance humaine. »

Deux jours durant, les participants à cette rencontre de haut niveau examineront des questions liées à l’action humanitaire dans le monde à travers notamment sept Tables rondes dont les thèmes sont : faire preuve de volonté politique pour prévenir et faire cesser les conflits ; améliorer les conditions de vie-fournir une aide ne suffit plus, il faut mettre fin au dénuement ; ne laisser personne de côté, trouver une solution au problème des déplacements forcés ; financement de l’action humanitaire, investir dans l’Humanité ; faire respecter les normes qui protègent l’humanité ; catastrophes naturelles et changements climatiques, pour un scénario de gestion modifié des risques et des crises ; femmes et filles, mobilisation de l’action en faveur de l’égalité des sexes.

Outre ces tables rondes, l’ordre du jour de ce Sommet comprend quinze sessions extraordinaires et deux événements spéciaux, portant sur la crise sécuritaire dans les pays du Bassin du Lac Tchad, et sur l’extrémisme violent-Mali.

Après la cérémonie d’ouverture, plusieurs Chefs d’Etat, dont SEM Issoufou Mahamadou, ont prononcé des discours. Dans sa Déclaration, le Président de la République a mis l’accent sur le renforcement de la coordination de l’aide humanitaire d’urgence fournie par la communauté internationale.

Le Chef de l’Etat a souligné la nécessité pour la communauté internationale et les Nations unies « de réfléchir sur les meilleurs moyens de rendre plus effectifs les mécanismes existants dans la prise en charge des situations humanitaires.» Le cas échéant, a-t-il ajouté, la communauté internationale et les Nations unies se doivent « d’imaginer de nouvelles approches pour des réponses plus adaptées à ces situations notamment à travers l’identification et la mise en place de financements innovants. »

SEM. Issoufou Mahamadou est d’avis, entre autres solutions aux disfonctionnements et insuffisances liés aux questions humanitaires, « que les nouveaux mécanismes à mettre en place doivent mettre l’accent sur la rapidité d’intervention, la détection précoce des situations potentielles de crise humanitaire, l’implication des acteurs locaux, la prévention et la résilience des populations affectées. »

Abdourahmane Alilou AP/PRN