Les autorités nigériennes ont décidé de retirer le 21 Juin dernier l’accréditation et le titre de Correspondant de presse de la journaliste française Nathalie Prevost, Correspondante de TV5 au Niger et qui travaille également pour le journal français Le Monde, au motif du “Non respect de l’esprit et de la lettre des textes régissant la Presse”

“A ce compter de ce jour, vous n’êtes plus autorisées à couvrir actualité au Niger en tant que Correspondante de TV5” écrit Mme Aminata Mounoumi, la ministre de la Communication, dans une correspondance adressée à Nathalie Prevost et dont Kakaniger.net a reçu une copie.

LettreMCSAprès l’attaque sanglante de Boko Haram  à Bosso en debut du mois, attaque qui avait coûté la vie à 26 soldats nigériens, Nathalie Prevost avait écrit dans le journal le Monde (en ligne) un article intitulé“Au Niger, l’attaque de Bosso révèle la faiblesse de l’armée et fait débat”, un article qui a fait beaucoup polémique à Niamey et jugé de nature à saper le moral des forces armées nigériennes, tout en créant un psychose de peur et panique au sein de la population vivant dans la région du Manga.

« Les aérogares sont noirs de monde, notamment des femmes et des enfants qui veulent à tout prix quitter la zone », a témoigné mercredi à l’AFP un chauffeur d’une compagnie de transport de Diffa” écrivait-elle notamment.

“Cependant, le recours à l’armée tchadienne, tout comme la gravité des pertes subies vendredi à Bosso, met cruellement en lumière les difficultés dans lesquelles se débat l’armée nationale. Une polémique a rapidement enflammé les réseaux sociaux, critiquant l’armée, sa gestion ou carrément le régime du président” ajoutait-il.

Trop c’est trop estime Niamey qui a donc décidé de retirer l’accréditation de la journaliste francaise qui vit au Niger depuis plusieurs années. Elle dispose notamment d’un site internet dénommé: nathalie-prevost-niger.net/

Dans son ensemble, la presse nationale a bien accueilli cette décision, estimant que “C’est une très bonne chose pour le secret défense.”“Peut-on imaginer un journaliste nigérien résidant en France faire l’apologie du Daesh après l’attentat du Bataclan, jeter l’opprobre sur les forces de défense françaises et semer une psychose au sein de la population sans être inquiété ? NON ! Il sera le même jour arrêté et expulsé hors du territoire français” souligne notre confrère Ibrahim Aghali de Tamtaminfo.com.

Maaroupi Elhadji Sani

Kakakiniger.net