Depuis un certain temps et après la publication précipitée par Jeune Afrique de la nomination de M. Sani Mahamadou en qualité de Conseiller Spécial en Communication à la Présidence de la République, des commentaires plus ou moins tendancieux fusent de partout sur les réseaux sociaux.

Certains ont vite fait de parler de favoritisme, tandis que d’autres ont vu une volonté sans cesse réaffirmée du Président de la République Issoufou Mahamadou de mettre en exergue, les compétences et le savoir-faire de la jeune génération.

Dès son premier mandat, le Président Issoufou avait donné le ton en responsabilisant des jeunes. Aujourd’hui, à l’entame de son second mandat, il a décidé de donner un coup d’accélérateur à la promotion de la jeunesse nigérienne, qui constitue la base de l’élite de demain.

C’est ainsi qu’il faut comprendre et apprécier la nomination, à seulement 36 ans, du jeune Ministre en charge du Budget Mr Jidoud Ahamat, un Docteur en Economie et qui travaillait déjà au sein du FMI.

Il faut mettre à l’actif du Président Issoufou les nominations de trois Directeurs de Cabinet des Ministères, le DGA de la Soraz et le haut-commissaire de Niamey Nyala, tous des jeunes en dessous de la quarantaine.

Pour revenir au cas de la nomination de M. Sani Mahamadou en qualité de Conseiller Spécial à la Présidence, il serait judicieux de préciser, qu’au-delà d’être le fils du Chef de l’Etat, l’excellence académique du jeune Abba lui a permis d’intégrer successivement les très prestigieuses Purdue University une des meilleures écoles d’ingénieurs aux USA, et University of Birmingham en Angleterre où il etudia l’economie du developpement.
A une époque ou la conception numérique de sites web était encore inconnue au Niger, Sani, de retour de ses études, créa Nova Technologies, une startup pionnière en nouvelles technologies de l’information et de la communication – NTIC qui souffla un vent de renouveau ayant abouti à la mise en place d’un mouvement entrepreneurial toujours en forte croissance au Niger.

Cette expertise en communication numérique lui a permis très tôt de prendre en charge et conseiller les équipes de campagne 2011 puis 2016 du candidat Issoufou Mahamadou.

Alors que plusieurs personnes auraient choisi de tirer profit du statut d’un père président, il est surprenant de constater que Sani opta, durant la majeure partie du premier mandat, d’élargir ses horizons en allant poursuivre ses études dans la meilleure université au monde, qui chaque année n’accepte que 5% des candidatures: Harvard.

D’après nos investigations, il serait parmi les tout premiers nigériens à être diplômés de cette école, une fierté nationale car il aurait suivi le même programme que Ban Ki Moon, SG de l’ONU et l’ancien Président de la Banque Mondiale Robert Zoellick.

Souhaitons bonne chance à un jeune qui a la lourde responsabilité, au-delà de ses fonctions, de prouver par son succès que la jeunesse nigérienne, dynamique et compétente mérite la confiance placée en elle.

À propos de l’Auteur

Ibrahim Aghali (Web Contributeur) Tamtam Info News