Cheikh Boureima Abdou Daouda fut ancien étudiant à la faculté de médecine de l’Université de Niamey, diplômé de l’Université de Médine, il est Président de la Ligue des Oulémas, Prêcheurs et Imâms des Pays du Sahel et également Imâm de la Mosquée Almoustapha à l’Université Abdou Moumouni de Niamey. En tant que prédicateur, il décrypte ici le phénomène de la corruption du point de vue de l’islam. Auteur de « Les secrets de la richesse licite en islam », il donne ici un bref aperçu sur la perspective de l’éthique musulmane en matière de bonne gouvernance.

Préambule: les conséquences des péchés sur les créatures

Louanges à Allah Seigneur de l’Univers, que les prières d’Allah, Son salut, Ses miséricordes et Ses bénédictions soient sur notre Prophète et Bienaimé Mouhammad, sur sa Sainte Famille, ses Fidèles Compagnons et tous ceux qui emboîteront leurs pas dans le chemin du bien jusqu’au Jour de la Résurrection! Il est clair pour le musulman convaincu qu’Allah le Très Haut a établi des traditions stables, légiféré des lois sages, adéquates et sublimes. Il a fait de l’œuvre une condition pour obtenir soit le bien dans ce monde et dans l’autre soit le mal. Il a ainsi établi le principe de la réciprocité entre la nature de l’œuvre et celle de sa récompense: le bien est récompensé par le bien et le mal est récompensé par le mal:

* «Y a-t-il d’autre récompense pour le bien, que le bien?». Sourate 55, verset

* «Quiconque fait un mal sera rétribué pour cela, et ne trouvera en sa faveur, hormis Allah, ni allié ni secoureur». Sourate 4, verset 123.

Sachez que la bonne action ou la bonne œuvre a une bonne conséquence sur l’individu qui l’a accomplie, sur sa famille, sa société et sur la communauté tout entière ainsi que sur les autres créatures de l’Univers. Cela à cause de ce que la bonne œuvre attire comme bénédictions divines, miséricorde, joie et facilité de la part du Seigneur de l’Univers.

Au contraire, la mauvaise œuvre entraîne des conséquences fâcheuses et néfastes sur celui qui l’a accomplie, sur sa famille, sa société, l’Humanité et les autres créatures de l’Univers. Allah le Très Haut a dit: «La corruption (le mal sous toutes ses formes) est apparue sur terre et dans la mer à cause de ce que les gens ont accompli de leurs propres mains, afin qu’Allah leur fasse goûter une partie de ce qu’ils ont commis, afin qu’ils reviennent vers Allah». Sourate 30, verset 41.

Le Prophète prière et salut d’Allah sur lui a dit en voyant de gens passer avec une dépouille mortelle: «Tel est soulagé et tel on est soulagé de lui. Les compagnons demandèrent: « Qui est le soulagé et qui est celui dont on est soulagé? Il répondit: «Le soulagé est le serviteur croyant qui est soulagé de la peine de ce bas monde et celui dont on est soulagé est le serviteur pervers dont la mort est un soulagement pour les gens, les pays, les arbres et les animaux». Rapporté par Alboukhâry.

Evitez donc les péchés cachés et apparents car ils sont une source de destruction des individus, des familles, des sociétés et de l’humanité. Les péchés ont en effet une conséquence négative sur tout cela comme le poison en a sur le corps humain. Il n’y a pas de mal dans ce monde et dans l’autre dont le péché n’est pas à son origine. Qu’est-ce qui a fait sortir par exemple notre père Adam et notre mère Hawwâ du Paradis, demeure de délices, de joie, de bienfaits et de béatitude éternelle, pour les jeter dans cette demeure périssable, source continuelle de maux, de peines et de malheurs? Et qu’est-ce qui a fait sortir Satan -sur lui la malédiction divine- du royaume céleste en le maudissant, en l’éloignant à jamais de la proximité d’Allah et de Sa miséricorde et en lui échangeant l’amitié d’Allah contre Son courroux et le Paradis contre le feu?

La corruption ou le désordre est un mot général qui englobe tout ce qui est contraire à ce que l’Islam recommande. Les commentateurs du Saint Coran ont cité quelques aspects de sa manifestation notamment: la sécheresse, la fréquence de décès, la cherté de la vie, les maladies épidémiques, les malheurs qui touchent les personnes et leurs biens tels les incendies, la noyade, la faillite des commerçants, le manque de bénédiction, la domination des ennemis, l’insécurité… Ce désordre est donc le résultat des agissements humains comme l’a précisé le verset 41 de la Sourate 30, cité ci-haut. C’est donc une punition pour les hommes afin qu’ils se repentent et retournent à leur Seigneur Allah. Le désordre peut être aussi matériel et c’est ce qui frappe l’Homme et ce qui l’entoure comme les animaux, les plantes, les arbres, la mer, la nature, le cosmos… Parmi les exemples du désordre matériel, on peut citer: les accidents mortels des voitures, des avions, des bateaux, des usines…, les maladies et les fléaux sociaux jusque-là inconnus des prédécesseurs, la difficulté de la vie, la diminution des ressources naturelles et autres, la désunion, les divergences, la mésentente…, les tremblements de terre, les inondations, les guerres…, la pollution qui a atteint un degré effrayant (épouvantable) et dont les écologistes ne cessent d’en parler et de lui chercher des solutions. En outre, le désordre peut toucher l’homme même dans son moral et son esprit comme en témoignent l’extension des maladies mentales, l’angoisse qui touchent mêmes les enfants, l’obsession, la phobie, la dépression nerveuse, la consommation chronique de l’alcool et des drogues, le suicide… Il y a aussi l’extension des maladies du cœur tels la déviation de la voie droite, l’envie, la haine nourrie pour les autres, le mensonge, le vol, le détournement des biens d’autrui, la falsification, les jeux de hasard, la calomnie, la médisance, l’hypocrisie…

Malheureusement beaucoup de gens sont plongés dans ces péchés et ne se soucient point de leurs conséquences sur leur vie terrestre ou céleste ou sur la vie de leurs familles, de leurs sociétés. Il y a eu un changement presque total de tableau des valeurs: le bien est devenu comme un mal et le mal comme un bien si bien que bon de nombre de gens ne veulent entendre de licite ou de l’illicite. Chacun veut faire ce que bon lui semble au nom de la liberté de soi.

Ils oublient cependant que cet Univers a un Créateur qui le gère et qui y a fixé des lois qui ne souffrent pas de changement. Ainsi, ce que nous vivons aujourd’hui comme problèmes et malheurs n’est qu’une partie de ce que nos mains ont acquis comme mauvaises œuvres. Allah le Très Haut a en effet dit: «Tout malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont acquis. Et Il pardonne beaucoup. Vous ne pouvez pas échapper à la puissance d’Allah sur la terre; et vous n’avez en dehors d’Allah, ni Wali (maître) ni défenseur…». Sourate 42, versets 30 et 31.

Il a aussi dit: «Si Allah s’en prenait aux gens pour leurs méfaits, Il ne laisserait sur cette terre aucun être vivant. Mais Il les renvoie jusqu’à un terme fixé. Puis quand leur terme vient, ils ne peuvent ni le retarder d’une heure ni l’avancer». Sourate 16, verset 61.

Ainsi, tout ce qui sévit dans ce monde comme injustice, mal, pauvreté, désordre… provient de l’action des êtres humains et non d’Allah le Juste car Il a dit: «En vérité, Allah n’est point injuste à l’égard des gens, mais ce sont les gens qui font du tort à eux-mêmes». Sourate 10, verset 44.

Non seulement Allah pardonne beaucoup de nos méfaits mais aussi ne retire pas Ses bienfaits tant que les individus n’ont pas changé leurs comportements du bien au mal et du mal au pire c’est-à-dire de la foi à la mécréance et de l’obéissance aux péchés. C’est ainsi qu’Il l’explique dans Son Noble Livre: «C’est qu’en effet Allah ne modifie pas un bienfait dont Il a gratifié un peuple avant que celui-ci change ce qui est en lui-même. Et Allah est Audient et Omniscient». Sourate 8, verset 53.

«En vérité, Allah ne modifie point l’état d’un peuple, tant que les (individus qui le composent) ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. Et lorsqu’Allah veut (infliger) un mal à un peuple, nul ne peut le repousser: ils n’ont en dehors de Lui aucun protecteur». Sourate 13, verset 11.

Le changement du sort sera positif ou négatif selon que les hommes se penchent vers le bien ou vers le mal. Et le verset nous apprend aussi qu’il n’y a pas de voie de salut pour des gens atteints par les rigueurs d’Allah hormis par un retour sincère à Allah et par l’accomplissement de bonnes œuvres et l’éloignement de tout ce qui attire la malédiction et la colère d’Allah.

Telle est la corruption générale (Alfa-sâd) et ses conséquences néfastes sur les créatures. L’Islam nous apprend que c’est toujours au nom de la réforme que les gens créent cette corruption d’une façon ou d’une autre dans les différents domaines de la vie: «Et quand on leur dit: «Ne semez pas la corruption sur la terre», ils disent: «Au contraire, nous ne sommes que des réformateurs!». Certes, ce sont eux les véritables corrupteurs, mais ils ne s’en rendent pas compte». Sourate 2, versets 11 et 12.

La corruption transactionnelle et relationnelle (dans les transactions et les relations), fait partie des grands péchés en Islam, à effet immédiat et dont les conséquences destructrices s’exercent sur l’individu et son entourage; c’est pourquoi l’Islam l’a formellement interdite en prévoyant des sévères sanctions contre ses pratiquants. Malheureusement, elle semble être le péché le plus commis dans le monde jusque dans les sociétés islamiques en dépit de son interdiction et de la dure punition réservée à ses auteurs. En effet, malgré toutes les lois divines et humaines et malgré toutes les mesures et stratégies mises en place pour lutter contre ce fléau, la corruption continue d’être pratiquée presque dans toutes les sociétés et à tous les niveaux à des degrés variés, attirant ainsi les rigueurs divines sur les individus et leurs entourages, affaiblissant les régimes gouvernementaux et en entrainant la déchéance des individus et des sociétés.

  • Quelle est la définition de la corruption dans les transactions selon la vision de l’Islam?
  • Quel est son jugement?
  • Quelles sont ses différentes formes?
  • Quelle est la punition réservée à ses pratiquants?
  • Dans quelle situation peut-on corrompre?
  • Quelle est la différence entre le pourboire et la corruption?
  • Quelles sont les conséquences fâcheuses de sa pratique sur l’individu et la société?
  • Comment lutter efficacement contre la corruption sur le plan islamique?

Voilà quelques questions auxquelles nous allons répondre brièvement dans cet article tout en priant Allah d’ouvrir les cœurs, les yeux et les oreilles des musulmans pour qu’ils voient, entendent, comprennent et acceptent la vérité afin de préserver leur honneur et de bénéficier de l’assistance et de la bénédiction de Dieu dans leurs affaires et leurs vies.

La définition de la corruption selon la vision de l’Islam

Elle consiste à donner un bien en vue d’obtenir un droit que l’on ne mérite pas, d’usurper le droit d’autrui, d’annuler une vérité, de faire triompher une injustice, d’être favorisé par rapport à d’autres candidats ou d’être exonéré d’un devoir que l’on doit accomplir.


Le jugement de la corruption en Islam

La corruption sous toutes ses formes, est formellement interdite en Islam et son interdiction devient plus accentuée quand elle est pratiquée pour usurper le droit d’autrui, annuler une vérité, faire valoir une injustice ou esquiver un devoir que l’on doit accomplir.

Les différentes formes de la corruption

A propos de la définition de la corruption, de son jugement et de ses différentes formes, reprenons ici ce qui est dit dans l’argumentaire réalisé par l’Association des Oulémas et la Coalition Contre la Corruption en Mauritanie:

«La corruption est un phénomène d’ampleur planétaire. Le sens commun la perçoit comme «la perversion ou le détournement d’un processus ou d’une interaction avec une ou plusieurs personnes dans le dessein, pour le corrupteur, d’obtenir des avantages ou des prérogatives particulières ou, pour le corrompu, d’obtenir une rétribution en échange de sa complaisance». La corruption conduit en général à l’enrichissement de l’organisation corruptrice (groupe mafieux, entreprise, club, etc.). Elle peut concerner toute personne bénéficiant d’un pouvoir de décision, que ce soit une personnalité politique, un fonctionnaire, un cadre d’une entreprise privée, un médecin, un arbitre ou un sportif, un syndicaliste ou l’organisation à laquelle il appartient…

Quel que soit le domaine considéré, la corruption transgresse toujours la frontière de la religion, du droit et de la morale.

En Islam, la corruption, sous toutes ses formes, est formellement interdite. Le sens que lui confèrent les Ulémas se basant sur le Saint Coran et les Hadith (dits) du Prophète Mohamed (SAW) recouvrent tous les sens modernes répertoriés par les organismes et institutions internationales.

Ainsi, selon l’Islam, la corruption consiste à payer un service et/ou une prestation qui devraient être faits sans recours à une contrepartie.

Pour Transparency International, «la corruption consiste en l’abus d’un pouvoir reçu en délégation à des fins privées». Transparency utilise parfois cette définition: «Abus de pouvoir à finalité d’enrichissement personnel»…

Pour la Commission Européenne, «la corruption est liée à tout abus de pouvoir ou toute irrégularité, commis dans un processus de décision en échange d’une incitation ou d’un avantage indu».

SENS ET FORMES DE LA CORRUPTION

… Il reste que le sens le plus proche de celui évoqué par le Saint Coran, et consacré par la pratique courante, est celui livré par Al Jarjani: la corruption est ce qu’on donne pour spolier les droits d’autrui ou s’assurer des privilèges. Cette définition globalisante renvoie aux divers sens de la corruption tels que présentés par la Banque mondiale:

  • Les «dessous de tables»: ce sont des fonds versés à des responsables officiels afin qu’ils agissent plus vite, de façon plus souple et plus favorable».
  • La fraude: c’est la falsification de données, de factures, la collusion d’intérêts.
  • L’extorsion: c’est l’argent obtenu par la coercition ou la force.
  • Le favoritisme ou népotisme: c’est le fait de favoriser des proches.
  • Le détournement de fonds: c’est le vol de ressources publiques par des fonctionnaires». Fin de citation.

La punition réservée aux pratiquants de la corruption

En Islam, la corruption dans les transactions fait partie des péchés capitaux et par définition, un péché capital (grand) est tout péché qui attire à son auteur (celui qui le commet) l’une des quatre choses suivantes: l’annulation de la foi, la malédiction d’Allah, Son courroux (colère) ou la punition dans l’Enfer. Le Messager d’Allah prière et salut d’Allah sur lui a dit: «Allah a maudit le corrupteur, le corrompu et l’entremetteur». Rapporté par Ahmad.

La malédiction d’Allah sur un serviteur signifie l’exclusion de ce serviteur de la miséricorde particulière d’Allah ici-bas et dans l’au-delà; qu’Allah nous en préserve!

En tant que musulmans et croyants, ce récit prophétique doit nous suffire comme menace et avertissement pour nous éloigner de la pratique de la corruption et nous repentir de ce qui est déjà fait, afin de ne pas faire partie des gens maudits par Allah.

Dans quelle situation peut-on corrompre?

Les Oulémas ont stipulé que celui qui ne peut récupérer ses droits qu’en corrompant le responsable qui s’en occupe (gouverneur, juge, fonctionnaire) peut le faire avec deux conditions: épuiser toutes les voies de recours légales et signifier au responsable que c’est de la corruption qu’il prend.

Quelle est la différence entre le pourboire et la corruption?

Nous venons de voir la définition de la corruption, quant au pourboire, il s’agit d’un cadeau que l’on offre à quelqu’un pour un service rendu à condition qu’il ne soit pas payé pour le même service par l’Etat ou par une autre société et que ce cadeau ne soit pas une préparation morale à une future corruption. Le Prophète prière et salut d’Allah sur lui a dit: «… Et quiconque vous rend service, récompensez-le, si vous ne trouvez pas de quoi le récompenser, priez alors en sa faveur jusqu’à être convaincus que vous avez rendu son dû». Rapporté par Abou Dawoûd.

Par exemple Noroukoye est payeur dans une trésorerie où Maykouddi a des fonds mais il est convaincu qu’il ne pourra pas entrer dans ses droits sans verser des pots-de-vin à Noroukoye; il demande alors à Damakoye (un opérateur économique) d’intervenir en sa faveur. Si Alfari arrive à récupérer ses droits comme prévu, il peut alors donner un pourboire à Damakoye et non à Noroukoye.

Les conséquences fâcheuses de la corruption sur l’individu et la société

Certes, nous avons suffisamment détaillé dans le préambule les conséquences des péchés sur les créatures mais cela ne nous empêche pas de préciser ici que la pratique de la corruption entraîne la malédiction d’Allah sur le corrupteur, le corrompu et l’entremetteur (s’il y en a), soit trois personnes maudites dans une seule transaction et nous pouvons imaginer le nombre de dossiers (transactions et affaires) et de domaines dans lesquels intervient la corruption et par conséquent déduire le nombre des maudits dans la société. Or une société (un lieu ou un temps) est bénie en fonction de nombre des «bénis» et des facteurs de bénédiction qu’il y a dedans. Plus, il y a des gens bénis dans un lieu ou une époque, plus ce lieu ou cette époque est béni(e) et vice-versa. Les bénédictions d’Allah, Ses miséricordes, Ses faveurs, son assistance… ne sont pas accordées à des gens maudits et cela suffit largement comme conséquence fâcheuse de la pratique de la corruption dans la société sans compter que la corruption n’est pas le seul péché qui attire la malédiction divine sur les gens.

Le Prophète prière et salut d’Allah sur lui a bien précisé que tout corps qui grandit grâce au Harâm (l’illicite), le Feu de l’Enfer aura plus de droit sur ce corps (que le Paradis). Il a en outre souligné que tout peuple qui laisse sévir l’usure parmi eux, sera châtié par la famine et la sécheresse; et tout peuple qui laisse sévir les pots-de-vin (la corruption) parmi eux, sera châtié par la terreur. Un compagnon (Sa’d ibn Abi Waqâs) dit au Prophète: «O Messager d’Allah invoque Allah pour que mon invocation soit exaucée». Le Prophète prière et salut d’Allah sur lui, répondit: «O Sa’d, rends ta nourriture licite, ton invocation sera exaucée. Je jure par Celui (Allah) qui détient l’âme de Mouhammad, si le serviteur prend une bouchée de nourriture illicite, Allah n’acceptera pas un seul acte de lui pendant quarante jours, et tout serviteur ayant nourri sa chair de gain illicite, l’Enfer sera sa demeure». Rapporté par Attabarany.

Qu’Allah nous fasse miséricorde et nous aide à nous purifier intérieurement et extérieurement!

Comment lutter efficacement contre la corruption sur le plan islamique?

La lutte contre la corruption sur le plan islamique se fait par la sensibilisation des musulmans à travers les points suivants: leur apprendre que la corruption est un péché et à ce titre, elle est interdite en Islam; mettre en exergue les conséquences fâcheuses de la corruption sur l’individu et son entourage et leur enseigner que la richesse est un don d’Allah et les dons de Dieu ne s’obtiennent pas par la désobéissance et le péché…

Cependant, cette sensibilisation n’aura pas d’effet si elle n’est pas encouragée par les autorités politiques et épaulée par d’autres mesures et stratégies nationales en vue d’épurer la société de ce mal qui la gangrène et freine son plein épanouissement. Allah le Très Haut nous recommande: «Entraidez-vous dans l’accomplissement  des bonnes  œuvres et la recherche de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition!». Sourate 5, verset 2.

Qu’Allah le Très Haut aie pitié de nous et qu’Il ne nous tienne pas rigueur pour ce que font les insensés et les inconscients parmi nous! Qu’Il nous pardonne tous, nous bénisse, nous protège davantage et nous conforme à ce qu’Il aime et agrée! Qu’Il bénisse et protège notre cher pays le Niger ainsi que le reste de l’Humanité!

Cheikh Boureima Abdou Daouda