Les choses se précisent. En dehors des voix discordantes d’Ali Sabo (sur RFI Hausa) et Ibrahim Hamidou (sur TV Labari) – manipulés apprend-on par un leader politique – on peut affirmer sans risque de se tromper que la cause du Président Issoufou à savoir son obsesssion de former un gouvernement d’union nationale est en passe d’être entendue. 

Même si côté PNDS Tarayya l’on garde le silence, au MNSD l’heure est à la concertation. Et le processus est irréversible selon des sources bien informées en ce sens qu’au niveau du bureau politique du MNSD composé de plus de 200 membres seulement une dizaine attend d’être convaincue de la justesse de ce choix pour répondre à l’appel du Président Issoufou. L’on apprend également dans cette perspective, le gouvernement pléthorique actuel sera réduit à une trentaine de membres.

La question qui taraude l’esprit des militants de tout bord c’est de savoir pourquoi cette venue tardive du MNSD ? Pourquoi tant de gâchis après avoir divisé le grand baobab malgré l’activisme du Sg du MNSD de l’époque Sieur Albadé Abouba et ses compagnons du MPR Jamahuriya ? Qu’est-ce qui a piqué Seini Oumarou pour une seconde capitulation après la débâcle électorale de la COPA 2016 ? Selon des sources, dont Niger Inter détient l’exclusivité, Seini Oumarou doit s’assumer au risque d’être une nième fois le dindon de la farce tant la duplicité de certains de ses alliés est criarde. Le président du MNSD a appris à ses dépens que la politique n’est pas la religion. Il faut savoir prendre des risques mesurés autrement l’on sera victime d’une mort politique certaine face aux alliés sans foi ni loi qui se moquent éperdument de son intelligence. La seule explication rationnelle à ce revirement ou changement de perspective du MNSD de Seini Oumarou tiendrait aux coups bas sans cesse répétés de ceux qui voudraient abuser de sa bonne foi.

Au finish, l’homme qui voudrait incarner la colombe sur le terrain politique se trouve contrarier par le machiavélisme pur et dur de quelques-uns à savoir qu’en politique seuls les intérêts et les circonstances déterminent les actions des hommes. Et pour le reste, à la guerre comme à la guerre, il y a bien des raisons pour se convaincre ou convaincre les autres de l’impérieuse nécessité d’aller…dans un sens ou dans un autre.

EMS