Que de spéculations sur une éventuelle alliance PNDS/MNSD !  Des analystes ont affirmé de manière péremptoire l’imminence d’une telle alliance. Des confrères ont osé des descriptions du processus et le rôle joué par certains activistes et militants du MNSD à cette fin. Le silence du PNDS tout comme du MNSD est-ce un consentement, une complicité ? Il y a à notre sens désormais des signes avant-coureurs de l’arrivée   du MNSD de Seini Oumarou à la majorité déjà très confortable.

« De toutes les façons, si une telle démarche est en cours nous attendons d’être saisis à cet effet par le bureau politique national. La section MNSD des USA tout comme les autres sections ne peuvent aller à l’encontre de la décision du bureau politique national ». Ce sont les propos du Président de la Section du Mouvement National pour la Société de Développement (MNSD-Nassara) des Etats Unis d’Amérique et du Canada, Mahamadou Moctar Sabo répondant à la question de notre confrère Le Temps sur l’éventualité de l’alliance MNSD/PNDS. C’est un signe précurseur quand sait non seulement l’activisme frondeur de cette section contre le Guri système et aussi et surtout son statut de grand bailleur de fonds du MNSD.

Un autre signe annonciateur de l’efflorescence du deal MNSD/PNDS c’est en soi l’analyse du journal Le Temps dont le promoteur est réputé être le communicateur fieffé du MNSd et notamment très proche de Seini Oumarou et de Moctar Sabo cité plus haut. Que dit notre confrère Souley Zabeirou ? « Eh bien, qu’ils se disent une seule chose : le jour où le bureau politique national du MNSD décidera de conclure un quelconque accord avec le PNDS, il le fera librement et sans la moindre pression. Dès lors, le président du MNSD Nassara n’a pas à notre sens le moindre souci à se faire. Il s’agit du terrain politique et surtout d’un engagement à travailler pour son pays. Que faudra-t-il alors y voir que le rôle ou même la mission dévolue à toute formation politique ? Autant le dire tout de suite, les militants et militantes convaincus du MNSD Nassara continuent d’avoir une grande confiance en Seyni Oumarou, puis sont même déterminés à l’accompagner dans toutes les œuvres d’intérêt national auquel il voudra bien les inviter. Qu’importe alors les mauvaises langues et autres marchands d’illusions. Le MNSD, le grand  » baobab  » ne se laissera orienter dans ses choix par quiconque.

De même qu’il n’a besoin de qui que ce soit pour choisir la direction dans laquelle il partira. Par conséquent, d’ici au début du mois d’août prochain, les observateurs seront témoins de ce que sera le choix de Seyni Oumarou et du MNSD Nassara. Il ne sert donc à rien de mettre la charrue avant les bœufs ! »

 Il faut dire qu’en amont, notre confrère a dû recourir à la stratégie de Tamboura Issoufou qui, pour étouffer des rumeurs qui annonçaient très tôt les tractations d’alliances entre le MNSD et le PNDS avait profité pour blâmer des alliés notamment le LUMANA. En effet, on a entendu M. Tamboura reprocher au LUMANA d’avoir volé aux élections passées. Mais à la vérité, selon certains observateurs, c’était une façon de noyer le poisson. Le MNSD n’a pas gobé l’entêtement de Hama Amadou de ne pas désister en faveur de Seini Oumarou au second tour de la présidentielle. Et ceci expliquant cela, l’on se souvient de la bourde Seini Oumarou himself à l’occasion de leur retour au parlement.

En effet, interrogé par des confrères curieux de savoir un peu plus sur le retour tardif au parlement de Seini Oumarou et Mahamane Ousmane, Seini Oumarou après avoir avoué que les élections sont passées a fait une bévue en disant que « seuls les imbéciles ne changent pas ».

Est-ce un aveu que la COPA 2016 s’est éperdument trompée ? Ou bien une façon de se démarquer de leur décision d’agir « hors la loi » comme étant inopérante. Une chose est sûre en disant cela, Seini Oumarou a soit voulu désapprouver l’option de recourir à la violence soit il s’est démarqué de cette perspective comme une injonction à lui imposée.

L’on comprend aisément aujourd’hui que tout cela obéissait à une seule et même logique : le choix du MNSD de rejoindre la majorité. Et d’aucuns pensent que les marges de manœuvres de Seini Oumarou sont réduites tant il est acculé par sa base qui n’a pas du tout envisagé d’aller à l’opposition, apprend-on.

Le désamour du MNSD à l’encontre du LUMANA s’est illustré au grand jour au parlement lorsque Seini et Ousmane ont damé le pion au LUMANA à l’occasion de la mise en place du bureau de l’institution. Cette action a bousculé le positionnement du parti de Hama Amadou du point de vue protocolaire. Et aussi the last but not the least, la mise en place du bureau de la Haute Cour de justice a été un autre signe avant-coureur  des  accointances MNSD/PNDS. En effet apprend-on, le MNSD a pesé de tout son poids pour empêcher au LUMANA d’aller à la Haute Cour de justice. Et finalement c’est le député du MNSD qui était élu juge auprès de cette auguste institution.

C’est dire que de proche en proche, l’attitude du MNSD ne laisse aucun doute sur leur ralliement à la majorité présidentielle. Juste une question de temps. Mais le plus important c’est de savoir à quel prix ou sous quelles conditions. Et le  message à la Nation du président la République Issoufou Mahamadou conforte la position du MNSD : «C ’est pourquoi depuis 1999 et surtout durant mon 1er quinquennat, j’ai à plusieurs reprises, appelé à la formation d’un gouvernement d’union nationale. J’ai encore la ferme conviction que seul le rassemblement de tous les Nigériens peut permettre de faire face aux défis notamment sécuritaires auxquels notre pays est confronté.

Je renouvelle donc ma main tendue à tous, dans l’espoir que nous pourrons ensemble, bâtir un Niger stable et prospère, ce Niger que des générations successives ont eu pour ambition de construire. »

Le mois d’Aout annonce des pluies abondantes pour le Niger et mêmes des inondations alertent les experts. Qu’apportera l’atmosphère politique en ce mois ? Nul ne saurait le dire présentement. Time will tell.

Elh. Mahamadou Souleymane