En mai dernier,  le ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé, M. Alma Oumarou avait procédé à l’annonce officielle des prix du Hadj, édition 2016. Le montant fixé par le comité mis en place à cet effet a été arrêté à la somme de deux millions soixante-seize mille deux cent cinquante francs (2.076.250 F). Depuis lors l’on avait pensé que les pèlerins pourraient dormir tranquillement et notamment avec les mesures innovantes préconisées par le Commissariat à l’Organisation du Hadj et de la Oumra (COHO).

Mais contre toute attente, l’on apprend que tout n’est pas rose dans l’organisation du Hadj 2016. Des rumeurs des plus fantaisistes ont fait croire que le gouvernement aurait utilisé l’argent des pèlerins pour payer des salaires ! D’autres encore plus démotivantes disent qu’il n’y aura pas de transporteur pour nos pèlerins du fait de la mauvaise gestion du COHO. Et l’on a suivi le jeu de ping pong entre le commissaire Cheikh Bello Garba et Boubacar Zilly par medias interposés dire des choses de nature à perturber la sérénité des pèlerins.

Certes le COHO a rassuré les nigériens avec preuve à l’appui que l’argent des pèlerins est en sécurité mais le parallèle avec la communication du député Zilly a semé le doute quant à la possibilité de transporter tous nos pèlerins dans les délais requis des rites du Hadj. Le moins qu’on puisse dire, les allégations de Zilly viennent conforter les accusations des agences de voyage Hadj et Oumra à l’encontre du COHO notamment son président.

En effet, ces Agences avaient  demandé purement et simplement la démission du Commissaire Bello Garba en l’accablant de tous les noms d’oiseaux d’oiseaux d’Israël. Dans une déclaration lue le 27 Mai dernier par M. Kalla Moussa, Sécrétaire général de l’Association nigérienne des agences pour le pèlerinage et la Oumra (ANAP), à l’unamité la corporation des agences de voyage Hadj et Oumra avaient demandé la démission de Cheikh Bello Garba car, estime-elle, le COHO est responsable de tout ce qui adviendrait et aussi constituerait « un frein au professionnalisme » de l’organisation du Hadj et la Oumra au Niger.

Et le ton accusateur du député Zilly, s’il n’est pas intéressé (Zilly étant le représentant de la compagnie Max Air de Mangal), doit être pris très au sérieux par les autorités compétentes pour savoir dans quelles conditions la saoudienne Fly Nass Air a pu bénéficier du transport des pèlerins ? Ce contrôle de la régularité de cette offre est d’autant pertinent que selon Zilly, le Commissaire Bello Garba serait le ‘’représentant’’ de Fly Nass Air au Niger.

A l’épreuve des faits, il s’avère que la vraie pomme de discorde dans l’organisation du Hadj au Niger c’est bel et bien le transport des pèlerins. C’est aussi un domaine de souveraineté et tant que le Niger ne disposera pas de ses propres avions ou du moins des partenaires sûrs, il y aura toujours des ratés dans l’organisation du Hadj. C’est récurrent, le plus souvent l’échec ou le succès du Hadj au Niger dépend du transport.

Une encadreuse aguerrie dans l’organisation du hadj et la Oumra estime que l’Etat du Niger doit investir dans le domaine du Hadj. A l’en croire,  certains pays disposent non seulement de leurs propres moyens de transport mais aussi des logements pour héberger leurs pèlerins en toute quiétude. Et la doyenne d’ajouter que l’Etat du Niger a intérêt à chercher les voies et moyens pour une résolution de la question du Hadj de manière structurelle.

Elh. M. Souleymane