C’est désormais un secret de polichinelle : un ‘’new deal’’, une nouvelle alliance politique est en perspective au Niger. Le MNSD Nassara, le parti de l’ancien président Tandja Mamadou et le PNDS Tarayya au pouvoir sont en passe de conclure une nouvelle alliance. Mais contre toute, apprend-on, Hama Amadou est en train de tout faire pour devancer Seini Oumarou.

Feu Moumouni Adamou Djermakoye avait légué à la postérité la leçon politique de tous les temps : le terme jamais n’existe pas en politique. En effet, ces derniers jours au Niger nous allons vivre plus que jamais cette sagesse qui met en évidence le principe selon lequel la gestion d’un Etat ne s’accommode pas de l’état d’âme ou de notre ego. Dans cet ordre d’idée l’on comprend pourquoi un homme politique bien constitué doit se prémunir de la précaution de l’humilité, le sens du compromis et de l’empathie. Lorsqu’on se comporte en ‘’jusqu’au boutiste’’ politiquement, on court le risque d’humiliation et de compromission et par conséquent poser soi-même les jalons de son propre discrédit.

Dans l’imbroglio actuel subséquent à la déconfiture de la Copa 2016 nous sommes à mesure de partager avec vous, chers lecteurs,  au moins trois certitudes : 1) Seini Oumarou viendra avec Mahamane, 2)Hama Amadou s’active à reconquérir sa place d’allié principal à Issoufou, 3)l’obstacle majeur pour Seini Oumarou et ses compagnons.

Seini Oumarou viendra avec Mahamane Ousmane…

Selon nos sources, nul doute que Seini Oumarou viendra avec son fidèle ami l’ancien président de la République Mahamane Ousmane ou il ne vient pas du tout. Les rapports ou disons la complicité entre les deux hommes sont tels que l’on peut affirmer sans risque de se tromper que Seini Oumarou et Mahamane Ousmane sont alliés pour le bien et pour le pire. Autant à la première tentative du gouvernement d’union nationale on prête à Mahamane Ousmane d’avoir cassé l’ardeur de Seini, autant cette fois ci sans Mahamane Ousmane l’arrivée de Seini Oumarou serait improbable. Mais selon nos informations cette il permis d’espérer enfin que Seini Oumarou puisse convaincre son allié en ce sens que le président Issoufou ne s’oppose à cette condition de Seini, apprend-on. D’ailleurs certains observateurs disent que la réconciliation entre Mahamane Ousmane et le sultan de Zinder Son Altesse Aboubacar Sanda est une sorte de dégel, un signe précurseur de nature à permettre à Ousmane de se faire bonne conscience. On le se sait, ce dignitaire a connu la disgrâce par la volonté de puissance de Hama Amadou et Ousmane sous le règne de Tandja.

L’activisme de Hama Amadou pour dribler Seini

Aussi incroyable que cela puisse paraître, de sources sûres le leader de Lumana a engagé un intense activisme diplomatique pour se réconcilier avec Issoufou avec en toile de fond la reconquête de son statut d’allié principal. Ce ballet diplomatique tant à l’extérieur qu’à l’intérieur vise une seule chose : après la débâcle électorale, Hama Amadou voudrait faire profil bas en négociant simplement une vie paisible à Niamey. Il a multiplié des contacts auprès des chefs d’Etats de la sous-région et aussi des amis politiques au pays pour qu’Issoufou accepte un new deal avec lui. Mais, apprend-on, non seulement Issoufou a rappelé à ses émissaires qu’il a un problème avec la justice mais aussi selon nos sources la carte de Seini Oumarou est plus jouable pour le PNDS. Les dirigeants de ce parti savent que Hama est mu par sa phobie de l’isolement politique qui le guette avec l’arrivée du MNSD dans la majorité au pouvoir. L’on apprend d’ailleurs, la fin de non-recevoir à la médiation d’Alassane Dramane Ouattara pour réconcilier Hama et Issoufou avait semé une sorte de froid dans les relations Issoufou/Ouattara. Mais dans tous les cas le comportement du président Issoufou tout comme celui de son parti est inhérent à l’attitude déloyale de l’alliance avec Hama Amadou. Ce dernier n’a pas laissé de bons souvenirs aux roses au pouvoir. C’est comme un mariage avec une femme avec des mauvaises attitudes, elle peut regretter ses actes mais une fois reprise elle fera montre  des mêmes tares en pire.

L’obstacle majeur à Seini et ses alliés et compagnons

L’on se souveint qu’au sortir du processus électoral, la Copa 2016 n’avait pas reconnu les résultats. Les leaders de la Copa avaient considéré par conséquent que les autorités et les institutions en place sont illégitimes. C’est dire qu’en principe l’opinion s’attend au préalable de la part de Seini Oumarou et de ses alliés à une déclaration qui reconnaitrait les élections passées. Une question de logique puisque tisser une alliance avec un régime qu’on ne reconnait pas pose une troublante question de cohérence de la part de Seini et sa coalition. Et dans ce sens également l’on apprend que contre toute attente Amadou Boubacar Cissé tient à venir avec Seini Oumarou. Selon une source pour le PNDS, Cissé serait indésirable. Seini Oumarou a encore là un autre allié à négocier les modalités de son arrivée. Les nigériens ont en mémoire les hauts faits d’Amadou Boubacar Cissé au sein de la Copa. Son appel à la violence voire à la guerre civile à peine voilé n’était pas de nature à arranger les choses. Mais puisque qu’on parle de deal politique tout est possible. Alors si  tous les autres viennent dans la nouvelle alliance, la question qui taraude l’esprit c’est de savoir comment Hama Amadou dont le retour au bercail est assez problématique pourrait-il assurer une opposition digne de ce nom ? Les jours à venir nous édifierons davantage.

Tiemago Bizo