La justice nigérienne devrait poursuivre dans les mois qui viennent l’examen du dossier concernant Hama Amadou, soupçonné dans une affaire de supposition d’enfants. De sources gouvernementales, la procédure reprendrait sans même attendre l’hypothétique retour du principal intéressé au Niger. Mis en liberté provisoire le 29 mars, Amadou avait été incarcéré en novembre 2015 avant d’être évacué pour raisons sanitaires à Paris entre les deux tours de la présidentielle de février-mars, à laquelle il était candidat.

Battu par le chef de l’État, Mahamadou Issoufou, l’ex-président de l’Assemblée nationale n’a pas été revu au Niger depuis, mais il a récemment été aperçu en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, selon un proche.

jeuneafrique.com