Depuis quelques jours et 7 ans après la rébellion du Mouvement des nigériens pour la justice, Adam Tchakey, un ex-lieutenant du célèbre Barka Wardougou est en train d’agiter le spectre d’une nouvelle rébellion dite Toubou au Niger. Cet homme âgé de plus de 70 ans et qui se trouverait actuellement dans le sud libyen semble ramé à contre-courant de l’histoire du Niger comme le prouve la vidéo qu’il a fait diffuser à travers les réseaux sociaux et qui le montre entouré de 4 hommes armés munis de fusils et annonçant le retour d’une ancienne rébellion qui a sévit en 2008 dénommé Mouvement pour la justice et la réhabilitation du Niger (MJRN), fondé en 2008. Des sources sécuritaires jointes par Jeune Afrique qualifient Adam Tchakey d’hurluberlu qui ne constitue aucunement pas une menace pour le Niger.

La question essentielle aujourd’hui est de savoir si ce nouveau « mouvement » doit inquiéter les nigériens ou pas. Les autorités nigériennes relativisent cette annonce et décrédibilisent le personnage qui est considéré comme fantasque et sans aucune envergure. Il faut dire que selon nos sources, l’aventure de Adam Tchakey fait face au rejet de sa propre communauté qui ne se reconnait pas dans son combat. En effet selon nos sources, un des chefs de tribus de la communauté toubou Téda basé dans le Tibesti a averti que Tchakey endosserait la responsabilité de la mort de tout Toubou dans le cadre de ses actions. Une menace à peine voilée qui traduit l’isolement de ce prétendu nouveau mouvement. Du reste, comment Adam Tchakey peut-il se réclamer de Barka Wardougou qui dans les dernières années de sa vie avait œuvré pour la paix et la stabilité du Niger. Selon toujours nos sources, Wardougou malade et mourant aurait appelé à la paix entre les communautés toubous et les communautés avec lesquelles elles sont en conflit notamment en territoire libyen.  Wardougou faisait allusion à la guerre fratricide entre les Ouled Slimane et les toubous en territoire libyen et qui a endeuillé des familles des deux côtés.

Selon nos sources, un ex candidat à la députation au titre d’un parti politique de l’opposition au Niger aurait déjà été arrêté relativement à cette affaire. Il reste qu’Adam Tchakey devra faire face à deux fronts à savoir celui de sa propre communauté qui rejette déjà ses actions, et les forces de défense et de sécurité qui donneront la réponse appropriée à son mouvement. Mais déjà certains s’interrogent pour savoir si Adam Tchakey  ne serait pas téléguidé par le groupe Etat islamique en Libye afin de créer une base arrière de repli en territoire nigérien. Les prochains jours nous édifierons sur cette probable connexion entre les djihadistes libyens en perte de vitesse à Syrte et le « mouvement » armé d’Adam Tchakey.

Ibrahim B. (Le Républicain no 2094)