DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A LA REUNION DES CHEFS D’ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT SUR LES DÉPLACEMENTS MASSIFS DES REFUGIES ET DES MIGRANTS.

New York (USA), le 19 Septembre 2016
Mesdames, Messieurs

C’est un honneur pour mon pays de participer à cette réunion de haut niveau pour discuter de la gestion des mouvements massifs des réfugiés et des migrants avec pour objectif fondamental de fédérer les pays autour d’une approche plus humaine et mieux coordonnée.

L’année qui vient de s’écouler et l’année en cours ont enregistré plusieurs réunions sur cette question préoccupante : le sommet de La Valette sur la migration tenu les 11 et 12 Novembre 2015 à Malte , la réunion de haut niveau de la 21eme conférence des parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques tenue à Paris, le 30 Novembre 2015, le premier sommet mondial sur l’Action Humanitaire d’Istanbul, les 23 et 24 Mai 2016 et la réunion d’aujourd’hui.

A l’occasion de toutes ces rencontres le Niger a mis l’accent sur les causes profondes des mouvements massifs des réfugiés et des migrants. Ces causes sont principalement la pauvreté, les inégalités, l’insécurité, le déficit démocratique et les effets néfastes des changements climatiques.

La communauté internationale doit par conséquent s’attaquer à ces causes profondes, lutter contre le trafic des migrants, encourager la migration régulière, protéger les migrants et, si nécessaire, assurer leur retour, leur réadmission et leur réinsertion dans leurs pays d’origine dans le respect des droits humains.
C’est dans cette perspective que je salue la proposition du Secrétaire Général des Nations Unies relative à l’élaboration de deux pactes mondiaux : l’un sur le partage des responsabilités concernant les réfugiés et les migrants et l’autre sur les migrations sures, coordonnées et régulières.

Mesdames, Messieurs

Mon pays, le Niger fait partie des pays qui sont les théâtres de ces mouvements massifs des réfugiés et des migrants. En effet, le Niger subit les conséquences de la crise Libyenne, de la crise Malienne et du terrorisme de Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad. Du fait de ces crises, il a dû accueillir des milliers de réfugiés Maliens, Nigérians et des nigériens retournés de Libye. Il doit également faire face au déplacement interne des populations dans la région du Lac Tchad.

Le Niger est aussi un pays de transit des migrants vers l’Europe. Environ 100 000 migrants ont traversé le Niger en 2015. Le Niger subit enfin les effets des changements climatiques avec des phénomènes extrêmes d’inondation et de sécheresse rendant vulnérables chaque année, des centaines de milliers de ses citoyens.
Face à tous ces défis, le Niger souhaite une mobilisation conséquente de la communauté internationale. Aussi souhaitons-nous un règlement rapide de la crise libyenne. Cela doit passer nécessairement par le rassemblement et la réconciliation de tous les Libyens dans le cadre d’un Gouvernement d’ Union National Inclusif.

Le Niger souhaite également une stabilisation de la situation au Mali. Pour ce faire un renforcement du mandat de la mission des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) est indispensable car la situation que vit ce pays n’est pas une situation classique de maintien de la paix.
Le Niger se félicite des actions menées par la force mixte multinationale contre Boko Haram et invite la communauté internationale à soutenir les pays du bassin du lac Tchad qui font face à une crise humanitaire sans précédent.
S’agissant des questions de migration, le Niger a proposé un plan d’action au sommet Europe-Afrique de la Valette. Le financement de ce plan d’action permettra au Niger de contribuer à mettre fin au drame des migrants à travers le Sahara.

Mesdames, Messieurs

La question des mouvements massifs des réfugiés et des migrants nécessite des réponses de fond sur les plans politique, économique, et social. Cela nécessite un changement de la gouvernance politique et économique non seulement au niveau de chacun de nos pays respectifs mais aussi au niveau mondial. J’ose espérer que la communauté internationale saura concevoir et mettre en œuvre ces solutions qui permettront de construire un monde plus juste et plus humain.

Je vous remercie.