«C’est un honneur pour le Maroc, pays africain, d’accueillir la COP22. Le Maroc va représenter dignement l’Afrique en organisant ce grand événement dans de bonnes conditions », a indiqué, le 6 septembre à Rabat, le ministre marocain délégué auprès du ministre de l’Intérieur, M. Charki Draiss, devant une cinquantaine de journalistes africains participant à un voyage de presse en prélude à la COP22.  »Depuis la clôture de la COP21 de Paris, le Maroc a pris le relai et toutes les dispositions ont été prises très tôt, avec la mise en place d’un comité chargé de l’organisation de la COP22 de Marrackech », a ajouté M. Charki Draiss.  »Nous sommes dans le délai, et à la mi-octobre, nous livrerons le site », a-t-il assuré. Du côté de Marrackech aussi, les autorités régionales redoublent d’efforts sur les derniers détails des préparatifs. M. A. Bekrate, wali et maire de Marrakech, qui a fait visiter aux journalistes le site devant accueillir l’événement, se veut rassurant. Le Maroc avait déjà accueilli la COP7 en 2001 à Marrackech. C’est donc pour la 2ème fois que la ville de Marrakech va accueillir la Conférence des Parties à la Convention sur les Changements Climatiques. Des raisons supplémentaires pour le ministre marocain délégué auprès du ministre de l’Intérieur, M. Charki Draiss, qui assure que le Maroc est suffisamment préparé pour l’organisation de l’événement, même si le contexte sécuritaire à travers le monde est maintenant des plus préoccupants avec les menaces terroristes qui pèsent sur le monde.  »Tous les services de sécurité sont dans les préparatifs, et nous pouvons dire que nous sommes bien outillés pour garantir un bon déroulement de l’événement  », a ajouté M. Charki Draiss.  »Cela dit, le risque zéro n’existe pas, et il faut être vigilant et renforcer davantage la coopération avec les autres pays », a relevé le ministre marocain délégué auprès du ministre de l’Intérieur. Par ailleurs a-t-il rappelé, le Maroc entretient un vaste réseau de coopération avec les pays du monde, et pour les autres pays africains, les relations avec le Royaume chérifien sont de plus en plus intenses et fructueuses.
Au quartier général du Bureau Central d’Investigation Judicaire, les préparatifs de la COP22 ont été inscrits en bonne place parmi les activités de ce service stratégique en matière de questions sécuritaires au Maroc. Lors de la rencontre avec la presse africaine le 6 septembre, le directeur de ce service de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire, M. Abdelhak El Khayam, a assuré que tout est mis en œuvre pour un bon déroulement de la conférence. Aussi, il a saisi l’occasion pour présenter à la presse africaine un exposé de l’expérience marocaine en matière de lutte contre le terrorisme et le bilan des activités du BCIJ ces dix dernières années.  »Le Maroc s’érige en leader régional dans la lutte contre l’insécurité dans un milieu marqué par des troubles », a-t-il indiqué, tout en soulignant la nécessité d’une synergie entre les Etats. La démarche anticipative dans laquelle le Maroc est engagé en matière de lutte contre le terrorisme est concluante a dit M. Abdelhak El Khayam.
Souley Moutari, envoyé spécial
www.lesahel.org