Une capitaine nigérienne, Aichatou Ousmane Issaka, ayant servi au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), a reçu le Prix de l’ONU pour le défenseur militaire du genre de l’année.

« La Capitaine Issaka s’est démarquée de ses pairs en ayant constamment cherché à intégrer les principes de la résolution 1325 dans le travail quotidien de ses troupes et au quartier général de son secteur », a déclaré mercredi, le Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) des Nations Unies dans un communiqué de presse.

C’est la première fois que ce prix est remis. Il reconnaît le dévouement et les efforts d’un membre des forces de maintien de la paix pour promouvoir les principes énoncés dans la résolution 1325 du Conseil de sécurité portant sur le rôle important joué par les femmes dans la promotion de la paix et de la sécurité.

Le processus de sélection du lauréat a commencé en 2015 lorsque le Bureau des affaires militaires, qui se trouve au sein du DOMP, a demandé aux commandants et chefs de toutes les missions de maintien de la paix de l’ONU de nominer un Casque bleu qui, selon eux, avait le mieux intégré la perspective du genre dans les activités de maintien de la paix.

« Nous espérons que le prix aidera à rehausser le profil et la compréhension de ce que l’intégration d’une perspective de genre représente, dans un contexte militaire, pour les missions de maintien de la paix des Nations Unies », a indiqué le DOMP.

Pendant son affectation à la MINUSMA, la Capitaine Issaka a travaillé au sein de la cellule de coopération civile-militaire dans la ville de Gao, dans le nord du Mali. Une grande partie de son temps a été consacrée à l’élaboration de projets ayant un impact rapide sur la population locale. Elle a passé beaucoup de temps à la formation d’autres officiers et à sensibiliser les femmes au niveau local, renforçant ainsi les liens entre l’ONU et la communauté d’accueil.

La Capitaine Issaka a également accompagné des patrouilles qui, sans elle, auraient été uniquement masculines, les rendant ainsi plus abordables et accessibles aux femmes et aux enfants de Gao.

Agée de 42 ans, le Major Issaka est diplômée en affaires sociales de l’Académie militaire du Niger. Elle est mariée avec trois enfants et vit à Niamey, la capitale du Niger.

Source : http://www.un.org