À la veille du second tour des élections présidentielles, le Mouvement Démocratique pour le Renouveau, MDR TARNA, avait décidé de soutenir Monsieur Mahamadou Issoufou. Ce soutien qui n’a jamais été inconditionnel, compte tenu du contexte du moment, s’expliquait par le souci du MDR TARNA d’apaiser les tensions sociopolitiques qui avaient failli conduire notre pays vers la rupture communautaire et l’implosion sociale. Ce soutien était également guidé, par l’espoir qu’un second et dernier mandat serait l’occasion pour le Président de la République, d’engager des réformes allant dans le sens de l’assainissement des finances publiques. Débarrassé de toute pesanteur politicienne et de tout calcul électoraliste, il mettrait ainsi à profit, cette deuxième chance pour engager une véritable lutte contre la corruption et l’impunité qui ont été un véritable obstacle à l’émergence d’une gouvernance démocratique responsable. Le moment était pourtant opportun pour le Président de la République, au regard des manquements constatés durant son premier mandat, de tirer les leçons de ses erreurs et de travailler à rendre, à la fin de son dernier mandat, un Niger assaini et uni aux générations futures.

Cependant, au lieu d’honorer les engagements pris devant le peuple, les nouvelles autorités ont pris, une succession de décisions politiques, qui ne sont pas de nature à consolider l’État de droit et le sentiment d’une justice indépendante, seuls gages d’une stabilité et d’une quiétude sociale au Niger. On peut entres autres évoquer les affaires de corruption d’une extrême gravité, dans lesquelles des personnalités proches du Président semblent notoirement impliquées, sans que celles-ci fassent l’objet d’une quelconque investigation de la part des autorités judiciaires. On ne peut que constater et déplorer cette culture d’une justice sélective qui s’acharne contre les exécutants, les plus faibles et épargne les commanditaires proches voire au sein du pouvoir. Le seul message ainsi adressé aux nigériens, par les agissements et les comportements de ces personnalités est, l’instauration d’une culture de la corruption et de l’impunité.

Par ailleurs, l’autorisation donnée aux forces étrangères de s’installer sur notre territoire et ce, sans aucun respect des dispositions constitutionnelles, est un acte que le MDR TARNA, condamne. Cette autorisation sans précédant historique, aux conséquences graves pour notre souveraineté et notre indépendance, aura pour effet direct de transformer notre territoire en champs de batailles dans une guerre par procuration. Aux vues de l’importance de l’enjeu, l’installation de bases militaires étrangères au Niger, aurait pu être discutée objectivement avec le peuple à travers ses représentants à l’Assemblée Nationale. Mais prendre dans l’urgence la décision aussi capitale de les accueillir, n’est pas de nature à instaurer un climat de confiance entre notre peuple si fier de son indépendance et les dites forces fussent-elles amies.

De plus, nos Forces de défense et de sécurité, malgré le courage dont elles font preuve, face à l’ennemi asymétrique terroriste, ne disposent pas de moyens matériels et techniques nécessaires et suffisants à l’accomplissement de leur mission, malgré les milliards qui seraient investis dans ce secteur. En réalité des personnalités connues de tous ont détourné sans scrupules ces fonds et seraient à la tête du palmarès des nouveaux milliardaires du Niger.

Le MDR TARNA a également été intrigué par la volonté du Président Mahamadou Issoufou de former coûte que vaille un gouvernement d’union nationale, alors même que les résultats des dernières élections, proclamées par la CENI, l’avaient déclaré vainqueur avec plus de 92 pour cent des voix et qu’il jouit déjà d’une majorité parlementaire plus que confortable. Cela nous interpelle d’autant plus que lorsqu’ il était dans l’opposition le Président Mahamadou Issoufou avait refusé systématiquement toute idée d’un gouvernement d’union nationale, qu’il qualifia « d’escroquerie sur le dos du peuple ». Le prétendu argument d’union sacrée dans la lutte contre le terrorisme est donc fallacieux et ne saurait être en contradiction avec l’existence d’une opposition, source de vitalité pour toute démocratie qui se respecte.

Nous constatons objectivement que la nouvelle majorité présidentielle possède arithmétiquement les moyens de modifier certains articles de la loi fondamentale, à savoir la Constitution. Est-ce le but de la manœuvre du gouvernement d’union nationale ? Il est absolument naturel et légitime de se poser cette question. Et comme pour ne pas dissiper les doutes, quelques jours après la mise en place, par arrêté du Ministre de l’intérieur, d’un Comité de révision des lois électorales incluant la constitution, un séminaire sur le régime semi-présidentiel, pratiqué au Niger, est organisé avec la participation de la présidence qui dans ses conclusions en appelle au régime présidentiel. Ces deux événements, à quelques jours d’intervalle, qui viennent se greffer à la mise en place du gouvernement d’union nationale, nous interpellent et nous inquiètent sur les réelles motivations du Président de la République, Monsieur Mahamadou Issoufou.

Avec un tel faisceau de coïncidences voire d’indices, il est légitime de se poser la question sur l’intention du Président de la République Mahamadou Issoufou à se maintenir ou non au pouvoir au delà son mandat légal. Il est important aussi de constater que le Président Mahamadou Issoufou s’est présentement fait entourer de la plupart des artisans du « Tazartché » de l’ancien Président Tanja Mamadou, ceux-là mêmes qui l’avaient poussé à violer la constitution. Cela est un très mauvais présage car les mêmes causes entrainent toujours les mêmes effets.

Mais nous restons toutefois attachés à l’espoir, que le Président aura la sagesse nécessaire pour ne pas entreprendre une telle action, qui sera nous sommes sûrs, combattue par toutes les forces vives de la nation dont le Mouvement Démocratique pour le Renouveau MDR TARNA le premier. Cette aventure suicidaire, chuchotée à son oreille par d’obscurs conseillers sera invariablement vouée a l’échec. Elle sera une monumentale perte de temps et d’énergie et un recul démocratique sévère pour notre pays déjà meurtri. Elle sera par ailleurs l’occasion rêvée pour d’autres forces obscures, tapies dans l’ombre, de tenter d renverser l’ordre démocratique si douloureusement acquis.

Au moment où le Niger fait face à une crise économique sévère, à des tensions sociales graves, aux attaques terroristes régulières sur plusieurs frontières, à une situation scolaire précaire, toute l’énergie du Président semble se diriger vers la satisfaction des appétits toujours insatiables des courtisans et autres amis de circonstance. Sinon comment justifier d’une part, la reconduite d’un gouvernement pléthorique à un moment où il fallait réduire les dépenses publiques, et d’autre part, la création de poste taillé sur mesure , avec tout ce que cela traduit comme charges pour les contribuables nigériens, auxquels on demande de « se serrer la ceinture ». Pour preuve, les étudiants, la relève et l’avenir de notre pays, encore en grève pour non paiement des bourses et aides sociales, n’ont toujours pas pu effectuer leur rentrée universitaire. Nous sommes convaincus que tel qu’il est gouverné, le Niger fait fausse route. Il n’est pas sérieux d’ériger la corruption, l’impunité et les passe-droits en système de gestion et attendre des résultats positifs de bonne gouvernance et/ou de développement.

Avec un souci constant de servir l’intérêt général et d’être au plus près des préoccupations du peuple nigérien, le Mouvement Démocratique pour le Renouveau MDR TARNA, à travers la voix de son Président a toujours formulé des suggestions, émis des réserves quand c’est nécessaire sur des questions d’intérêt national. Le MDR TARNA a également toujours analysé et critiqué objectivement et de manière constructive les actions politiques. Nous avons joué constamment ce rôle avec responsabilité et retenue, afin que la voix amie que nous sommes soit la plus audible possible. Malheureusement toutes ces démarches ont été régulièrement ignorées.

Pour toutes les raisons sus-énumérées, le Bureau Exécutif National du Mouvement Démocratique pour le Renouveau MDR TARNA porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale, que le MDR TARNA ne saurait être comptable d’une gestion politique et économique aux antipodes des ses idéaux et de ses principes. Par conséquent, le MDR TARNA déclare officiellement retirer sa confiance et son soutien au Président Issoufou Mahamadou.

Le Mouvement Démocratique pour le Renouveau MDR TARNA lance un appel à toutes les forces vives de notre nation pour constituer un nouveau front politique qui définira les grandes orientations d’une nouvelle voie politique, qui se démarquerait définitivement des comportements prébendiers auxquels nous ont habitués une grande partie de la classe politique depuis la conférence nationale. Il est temps que des hommes libres, indépendamment de leur coloration politique, sortent pour dire la vérité et exiger la justice.

Vive le Mouvement Démocratique pour le Renouveau MDR TARNA,

Vive le Niger Uni et prospère !!!

Niamey le 25 Novembre 2016