Incroyable mais vraie ! La victoire de Donald Trump  aux USA est-ce  une « éclipse de la raison » ? En d’autres termes, la raison a-t-elle déserté les consciences au pays de l’oncle Sam pour plonger le monde dans des ténèbres? Une nuit noire.

Le monde entier est plongé dans une peur panique tant l’incertitude subséquente à l’annonce de la victoire du populiste de Trump est ressentie comme un désenchantement par des grands de ce monde et les citoyens du monde. Les valeurs sont en crise car si malgré tout les américains ont préféré l’Autre d’Hillary Clinton,  celle qui est plus qualifiée selon l’expression d’Obama, cela traduit un renoncement aux valeurs et au bon sens aux USA.

Une chose est sûre les instituts de sondage et les spécialistes de la politique américaine viennent d’enregistrer un cinglant désaveu. Même si la politique internationale des Etats-Unis est constante sur l’essentiel à savoir les intérêts de ce pays, le profil de Donald Trump ne rassure pas. Prônant des antivaleurs (racisme, xénophophie, islamophophie, misogynie etc.), l’on se demande si le peuple américain ne s’est pas trompé. Souverainement.

Certes il faut du tout pour faire un monde, mais il y a de quoi inquiéter les autres peuples quand on sait que la décision du président américain engage le monde entier. Et très ‘’impulsif’’, si Donald Trump ne se reprend pas alors ce serait assez tard qu’on réalisera l’intuition (féminine) d’Hillary Clinton à savoir que son adversaire pourrait enclencher une guerre juste pour une histoire d’égo. On voudrait bien qu’à l’épreuve des faits que Madame Clinton ait tort pour le bien du monde qui aspire plus que jamais à la paix et à la prise en compte des valeurs de toutes les civilisations.

En se considérant comme président de tous les américains et disposé à travailler avec le reste du monde dans son speech inaugural, peut être que D. Trump a résolument renoncé au populisme pour être à la hauteur de ses fonctions of The  President Of United States. Ainsi seulement l’on saisira la teneur de son propos : ‘’Le monde de la politique est difficile et cruel’’.

EMS