Le vernissage du livre de l’économiste du développement Kiari Liman-Tinguiri a eu lieu le mardi dernier au Centre Cultruel Franco-nigérien Jean Rouch en présence du ministre de la Renaissance culturelle et de hautes personnalités du monde littéraire. Publié aux éditions L’ Harmattan : ‘’La démocratie dans des Etats fragiles : une illusion africaine de développement ?’’ c’est le tire de l’ouvrage.

Au début de notre processus démocratique Liman-Tinguiri était un des rares intellectuels à soutenir publiquement la nécessité des réformes économiques (Programme d’ajustement structurel) envisagées par les institutions de Breton-Woods  à l’endroit du Tiers monde. C’est en grand témoin de la démocratisation à l’échelle du continent africain qu’il vient de contribuer à la réflexion sur le dysfonctionnement de la démocratie en Afrique.

 « Il y a de moins en moins de président à vie et de président ‘’fondateur’’. Les présidents africains, une fois élus, deviennent bien plus des ‘’chefs’’ tout court que des chefs d’Etat. Souvent faute d’un Etat tout court. Et en tant que chefs d’Etat, ils sont au-dessus de tous et même de la loi », a constaté l’intellectuel nigérien. C’est plus en homme pragmatique qu’en académicien que l’auteur a mené un débat attachant en survolant des préoccupations essentielles des africains car ‘’j’ai quitté l’académie depuis 20 ans’’, a-t-il prévenu.

« La lecture de l’ouvrage vous conduira au pays le plus riche du continent par tête d’habitant, la Guinée équatoriale, mais dont la population est parmi les plus pauvres de la région. Il faut être passé par Malabo, pour réaliser pleinement qu’un indicateur macroéconomique peut informer, mais aussi désinformer sur le développement d’un pays, quelle que soit l’acception que l’on choisit de ce terme ».L’auteur nous amène également à méditer la réalité de la République démocratique du Congo, cet autre « géant aux pieds d’argile, pitoyable par la majesté impuissante de son territoire et l’ingéniosité et l’ingéniosité stérile de ceux qui ont eu l’honneur de le diriger » .

Liman-Tinguiri brosse également une sorte d’état des lieux de la démocratie dans son pays natal, le Niger classé de manière chronique par le PNUD comme dernier de la planète en Indice de Développement Humain (IDH). En citoyen du monde, la lecture du livre de Liman-Tinguiri provoque chez le lecteur une tension intellectuelle en vous faisant revivre l’histoire et les leçons de nos démocraties. Son message essentiel : démocratie et développement ne sont pas intimement liés.  A preuve : il y a des pays développés sans démocratie et des pays dits démocratiques sans développement ! Il aborde de manière assez originale la question de la femme au Niger et en Afrique. Son point de vue se démarque  du prisme des autres chercheurs non africains sur la condition de la femme africaine. L’ouvrage (280 pages) est composé de trois grandes parties indépendantes. Première partie : gouvernance des Etats africains et malentendus résiduels sur le projet démocratique, la deuxième partie : Niger, la démocratisation sans développement d’un Etat en quête de légitimité et la troisième partie : la fragilité de l’Etat, principal obstacle au développement en Afrique centrale.

 A propos de l’auteur

Kiari Liman-Tinguiri est économiste du développement et ancien fonctionnaire de l’ONU. Il est Docteur en sciences économiques et HDR (habilité à diriger les recherches) en économie du développement de l’Université de Nancy (France). Il a enseigné aux Universités de Nancy et de Niamey avant d’entrer aux Nations-Unies comme économiste régional de l’Unicef pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Il a ensuite servi comme économiste principal en Afrique du Sud puis comme représentant de l’Unicef en Algérie et en Syrie avant de rejoindre le PNUD (Programme des Nations-Unies pour le Développement) comme Coordonnateur  résident des Nations-Unies en Guinée équatoriale puis à Guyana en Amérique du Sud. Il a créé en 2012 et dirige actuellement un bureau de conseils en économie du développement basé à Ottawa au Canada.

EMS