Votre mot de passe vous sera envoyé.

L’Assemblée nationale a clôturé les travaux de sa 2ème Session ordinaire au titre de l’année 2016 dite session budgétaire. La cérémonie qui s’est déroulée au Palais des Congrès sous la présidence de SEM. Ousseini Tinni, président de l’Institution, a enregistré la présence de plusieurs personnalités nationales et des membres du Corps diplomatique invités.

Avant la séance de clôture, la plénière a sacrifié à une exigence constitutionnelle qui est celle d’entendre le président de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) présenté à l’Assemblée nationale le Rapport annuel de l’Institution qu’il dirige. C’est ainsi que M. Khalid Ikhiri, président de la CNDH a lu un volumineux Rapport contenant des recommandations sur la situation des Droits de l’Homme au Niger. La présentation solennelle du Rapport annuel de la CNDH, selon la loi, ne donne pas lieu à débat.

Quant à la séance plénière de la veille, vendredi, les députés l’ont consacrée à l’adoption du projet de loi habilitant le Gouvernement à prendre des Ordonnances. Par ce texte, le Gouvernement sollicite de l’Assemblée nationale l’habilitation à prendre des actes relevant du domaine de la loi au cours de l’intercession parlementaire allant du 5 décembre 2016 au 7 février 2017.

Il s’agit, entre autres, de la ratification des Accords de prêts et des Protocoles comportant des commissions et des intérêts, des textes de forme législative nécessaires à la mise en œuvre du volet sécuritaire du Programme du Gouvernement, notamment la prorogation de l’état d’urgence et d’autres mesures qui pourraient être rendues indispensables pour faire face à des menaces terroristes, à l’exception de ceux relatifs aux matières visées aux articles 104 et 105 de la Constitution.

Le projet de loi habilitant le Gouvernement à prendre des Ordonnances dans l’intercession a été adopté par 139 voix pour, 0 voix contre et 0 abstention.
Nous publions dans son intégralité le discours de clôture de la session budgétaire prononcé par SEM. Ousseini Tinni.

M. Bako
www.lesahel.org