Hier à partir de 21h, le président de la République Issoufou Mahamadou était l’invité de la ‘’ Grande Interview’’ de la chaîne panafricaine Africable. Face au journaliste, le chef de l’Etat avait abordé plusieurs questions nationales et internationales.

A l’entame de l’entretien le journaliste a ouvert le débat sur l’immigration. Le président a dit sa vision sur cette question d’actualité. Selon lui depuis le sommet de la Valette, il est question de combattre l’immigration clandestine tout en encourageant l’immigration formelle à savoir dans les domaines scientifique, commercial et culturel. Parlant des relations du Niger avec les autres nations du monde, le président avait exprimé toute sa satisfaction du fait que le Niger ait retrouvé sa crédibilité internationale.

Sur la reddition des ex combattants de Boko haram, le journaliste a demandé au PR pourquoi pas la repentance avant la reddition ? Et le PR de répondre en disant que la ‘’la reddition est en soi une repentance’’. Pour le président Issoufou : « C’est toujours mieux de faire la paix que de poursuivre la guerre ». C’est pourquoi il appelle les combattants de Boko Haram de revenir pour s’inscrire dans la République et œuvrer au développement du pays. Une autre question d’actualité au président de la République, c’est le fameux ‘’Ta yi tawri’’ (tout est dur). Le président Issoufou qui a attribué cette boutade à ses adversaires politiques rappelle un adage populaire du terroir qui dit que ‘’même si vous marchez sur l’eau, votre adversaire trouverait que vous soulevez de la poussière’’ ! Cependant, le président de la République a eu le sens de la répartie en parlant de l’opposition en disant : « Nous apprécions leurs critiques parce qu’elles nous permettent de ne pas nous assoupir». Il considère que c’est un débat démocratique normal puisque ses partisans répondent par ‘’ta yi tapchi’’ (tout est rose).

S’agissant de la question d’arriérés des pécules, le président a mis en évidence les efforts de son gouvernement par rapport à la gestion antérieur de ses opposants. Pour le président de la République la question des arriérés des pécules est présentement derrière nous.

Le dernier aspect de l’entretien avait porté sur le défi démographique. Le président Issoufou a observé que la population du Niger qui doublait avant tous les 25 ans, double désormais tous les 18 ans. Sa vision face à ce défi consiste à ‘’créer les conditions d’une transition démographique’’ comme certains pays musulmans ont réussi à relever le défi démographique. En guise de dernier mot, le président de la république demande aux Nigériens de ‘’garder l’espoir, nous tiendrons nos promesses… ‘’.

EMS et Abdoul Aziz Moussa