La mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN), la majorité présidentielle a administré une véritable démonstration de force ce dimanche 8 janvier 2017 à travers une mémorable marche suivie de meeting à la place de la concertation.  Hier déjà les régions d’Agadez, Tahoua et Dosso à l’intérieur du pays avaient manifesté leur soutien au président de la République Issoufou Mahamadou victime d’une campagne de dénigrement par l’opposition de connivence avec  une certaine société civile selon les leaders de la MRN.

 Le but de cette manifestation d’une cinquantaine de partis politiques composant la MRN était de prouver à l’opinion publique que le chef de l’Etat Issoufou Mahamadou n’est pas seul. La marche qui a commencé de la place Toumo à la place de la concertation a drainé un monde fou. La mobilisation était telle que Mamane Mamadou Zarami DG de Dounia TV alias ‘’reporter à vie’’ du haut de ses 45 ans de carrière journalistique dit n’avoir jamais vu une telle marée humaine. Hommes, femmes, jeunes, leaders ou simples militants de base, les partisans du président Issoufou avaient marché la main dans la main pour manifester leur adhésion totale au programme de la Renaissance sur la base duquel ils ont élu le président Issoufou aux dernières élections.

Pour une démonstration de la force à l’encontre de la manif du 21 décembre organisée par une faction de la société civile, la Mouvance pour le Renaissance du Niger a bel et bien relevé le défi. Il n’y a aucune mesure entre les deux manifestations. Le constat est établi : la mobilisation des militants de la MRN a été un succès éclatant. L’on a vu également les principaux leaders de la mouvance présents à cette action citoyenne qui a pour but de dénoncer les visées insurrectionnelles de l’opposition.

Le clou de cette manif était sans conteste le discours ou disons le message des leaders de la MRN lu par M. Bazoum Mohamed. Dans ce discours, avec des chiffres à l’appui, le président du PNDS a mis en lumière la ligne de démarcation entre le régime de la 7ème République et la gestion du leader de Lumana M. Hama Amadou. Dans ce réquisitoire sans complaisance, la MRN a démontré secteur par secteur la rupture totale entre la vision socialiste du président Issoufou et la politique anti sociale de son adversaire politique et chef de file de l’opposition. «Notre marche d’aujourd’hui se veut une protestation contre la banalisation de l’injure et du verbe violent en politique. Elle vise à dire à ces personnes que la démocratie assigne à ceux qui veulent en jouir une certaine éthique fondée sur le respect de l’autre et sur l’impératif de la cohésion au sein de la communauté », a déclaré M. Bazoum.  Selon ce dernier, toute l’agitation autour de la société civile serait un plan ourdi par le parti Lumana depuis son forum de la diaspora d’Abidjan. « Cette recrudescence du discours radical porté par la haine comme à la fois son principal vecteur et son carburant procède de l’application des décisions arrêtées à l’issue du Forum du parti MODEN- FA- LUMANA tenu à Abidjan à la mi novembre 2016. A l’occasion de cette rencontre ce parti a, en effet, décidé de mettre en œuvre une stratégie de subversion basée sur des manifestations de rue à Niamey censées déboucher sur une insurrection populaire.

Pour mettre en œuvre sa stratégie aux objectifs chimériques ce parti a cru bon d’exploiter un certain nombre de thèmes et de se servir d’une certaine société civile comme cheval de Troie. Cette soi-disant société civile animée pour l’essentiel par des militants de ce parti a pensé exploiter des revendications d’un certain nombre de couches de la société. Elle a aussi pensé exploiter la situation de difficultés économiques à laquelle le pays est confronté ainsi que ses effets sur la situation financière de l’Etat et sur le quotidien des citoyens. Elle a enfin voulu surexploiter le mécontentement des commerçants frappés par les mesures de déguerpissement à Niamey », a affirmé le président du PNDS Tarayya. Mais c’est sans tenir compte de la détermination et à l’attachement des militants et militantes de la MRN pour le respect des institutions qu’ils ont mis en place et le respect de la forme républicaine de l’Etat.

Très satisfait de cette mobilisation, les leaders de la MRN avaient au bilan de cette manif le sentiment d’une mission accomplie : « Notre objectif est atteint. Nous avons remis les pendules à l’heure. Nous avons démontré que le Président de la République jouit d’un soutien populaire très fort et solide sur l’ensemble du territoire national. Nous sommes en cela en phase avec la communauté internationale qui tient le Président Issoufou en très haute estime et qui soutient notre pays comme jamais elle ne l’avait fait auparavant. Le président Issoufou récolte de nombreuses distinctions prestigieuses de la part de divers acteurs internationaux en reconnaissance de son leadership régional et du rôle éminent qu’il joue, surtout pour la sécurité et la lutte contre le terrorisme », a conclu M. Bazoum.

Tiemago Bizo