Le président de la République Issoufou Mahamadou était récemment en visite officielle au royaume d’Arabie Saoudite. Une visite qui a connu un succès éclatant au regard du nombre de projets et accords paraphés par les autorités du royaume d’Arabie et du Niger. Au-delà des retombées de cette visite, il y a cet important projet  de création d’un complexe Agro-Industriel dans la région de Diffa. Projet dont le protocole d’entente entre le Conseil Régional de Diffa et  ‘’la société Fleuve Niger’’ a été signé depuis Novembre 2014. Un véritable chantier qui rime bien avec les 3N. Décrypatge.

C’est ce titanesque projet qui a bien suscité cette curiosité de notre confrère La Tribune Afrique qui se demande : « Que cache le nouveau deal entre le Niger et le Royaume d’Arabie Saoudite ? C’est la grosse interrogation de l’heure au Niger à la suite des nouveaux accords signés par les deux pays à l’occasion de la visite officielle de 5 jours que vient d’effectuer le chef d’Etat nigérien Mahamadou Issoufou en terre sainte. » Mais parlant du projet  de la création du complexe Agro-Industriel dans la région de Diffa, La Tribune Afrique informe :  « La mise en œuvre du projet devrait mobiliser des investissements de plus de 1000 milliards FCFA et le retour sur investissements sur près de vingt ans selon les estimations des initiateurs du projet en plus de la création de plus 13 000 emplois permanents et 5 000 emplois saisonniers. Selon la même source, les retombées fiscales pour la région et l’Etat du Niger se chiffreront en milliards en plus de  sa « contribution à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à la lutte contre la pauvreté et la balance commerciale du pays ». Pour les populations locales, des incitations seront consenties notamment la construction de 15 000 logements au profit des travailleurs et de leurs familles, la création des écoles et centres de santé ouverts aux populations environnante ainsi que l’ installation d’un système d’adduction d’eau potable et d’éclairage solaire au niveau de plusieurs villages de la zone concernée par le projet. »

Cette information est confirmée par  Raymond Sawadogo membre du bureau d’étude du projet qui explique que ce projet consiste à mettre en valeur 100 000 hectares dans le bassin du Lac Tchad et la Komadougou yobé. 50 000 hectares dans un premier temps pour 10 ans et 20 ans après 50 000 autres hectares. Avec la mise en place d’usine de transformation de tous les produits et ensuite la mise en exportation ou en consommation. C’est un des  plus grands projets agricoles du Niger, soutient Raymond Sawadogo. Ce sera peut-être le plus grand pourvoyeur au Niger avec 18000 emplois et en vitesse de croisière le projet versera 20 milliards de salaires par an.

Et selon les experts, la raffinerie de sucre qui sera mise en place va permettre au Niger de ne plus importer les 70 000 milles tonnes du sucre parce que la production estimée après l’étude, c’est justement 75 000 tonnes de sucre raffiné par an à partir de la 5ème année sans compter la contribution en termes de production céréalière, la production de la patate douce, des pommes de terre. Toute cette production c’est  d’abord la consommation des populations du Niger et s’il y a un surplus on exporte après transformation.

Pour Mallam MAHIROU Ligari, Président du conseil régional de Diffa : « Le projet est d’une utilité certaine et constitue une réponse appropriée aux préoccupations de la région de Diffa dans la recherche de l’autosuffisance alimentaire dans toutes ses dimensions. L’initiative 3N est un vaste programme qu’a accueilli l’adhésion de tous les partenaires du Niger et c’est dans ce cadre que le Conseil régional de développement(CRD) a cherché des partenaires  dans le cadre de l’agriculture. C’est un investissement très important pour la région, nous avons identifié avec la chefferie traditionnelle et les populations les sites potentiels qui peuvent accueillir ce genre d’infrastructures et ce projet aura un impact important sur l’économie régionale et même sur l’économie nationale. Nous pensons que c’est une bonne contribution du CRD pour l’initiative 3N ».

Tels sont les contours du projet de la création du complexe Agro-Industriel dans la région de Diffa. Certes en démocratie toutes les critiques sont les bienvenues quelles qu’elles soient. Mais on n’arrête pas le progrès, dit-on. Les faits sont sacrés, les commentaires sont libres. La visite officielle en Arabie Saoudite du président de la République a été on ne peut plus fructueuse. Mais le projet agro-industriel financé par la ‘’Société Fleuve Niger’’ en partenariat avec le Conseil régional de Diffa et par ricochet l’Etat du Niger remonte bel et bien avant la dernière visite du chef de l’Etat au royaume d’Arabie. Et de là à insinuer que le président Issoufou est allé brader les terres arables de la région de Diffa, cela dénote un charivari  qui relèverait de l’imagination et de la spéculation de quelques-uns.

Tiemago Bizo