Votre mot de passe vous sera envoyé.

C’est ce vendredi 3 décembre  que la première Session ordinaire 2017 de l’Assemblée Nationale a été ouverte au Palais des Congrès de Niamey. A cette occasion le président du parlement nigérien S.E.M Ousseini Tinni a prononcé une importante allocution dont Niger Inter restitue ici les points saillants.

Dès l’entame de son discours, le  président Ousseini Tinni a abordé la situation mondiale. « Nous démarrons cette session alors que de par le monde, les inquiétudes dont je faisais naguère état restent encore assez vivaces. En effet, çà et là, l’histoire semble bégayer et certaines des antivaleurs que l’humanité pense avoir réussies à refouler refont surface ! Nous assistons ainsi, dans certains pays d’Afrique et du reste du monde, à la banalisation progressive des sentiments et attitudes ouvertement racistes, à l’intolérance religieuse ou à la négation de l’autre sur des bases subjectives. Bref, c’est le siècle des lumières que l’on commence à enterrer, c’est toutes les avancées patiemment engrangées en matière de respect des droits humains qui sont remises en cause. »

Pour y remédier, Ousseini Tinni a dit : « A mon sens, il devient urgent de réagir, urgent pour nous autres pays dont le chemin qui conduit au développement passe par un compagnonnage nécessaire avec la Communauté internationale. » Faisant de l’approche dialogique son  cheval de bataille, le PAN soutient que : « …toute tentative de négation des acquis de l’humanité en matière de tolérance et d’acceptation de l’autre, dans sa différence, ne peut qu’être source de conflit car, le mépris de l’autre et l’intolérance sont parfois le prétexte dont se servent les fanatiques de tout bord pour déclencher la terreur aveugle et meurtrière qui n’épargne aujourd’hui aucune partie du monde ! »

Saluant les prouesses diplomatiques du Niger sous Issoufou, le président Ousseini Tinni a martelé que : « …fort heureusement, de l’extérieur, il ne nous vient pas que des doutes et des inquiétudes ; il y arrive aussi de grandes satisfactions. Je voudrais d’abord rappeler pour m’en réjouir, avec mes compatriotes, les progrès certains de notre diplomatie grâce aux efforts inlassables du président de la République S.E.M Issoufou Mahamadou. Aujourd’hui, en effet, le Niger connait un rayonnement sans précédent sur la scène internationale. »

pan1Le PAN a rappelé les distinctions et les promotions de nos compatriotes dans les domaines diplomatique, sportif et culturel. Dans ce sens, O. Tinni a dit : « C’est, l’occasion de rappeler à nos compatriotes que les relations internationales du Niger, à l’instar de celles des autres pays démocratiques, constituent un domaine hors du champ politique interne ! Vis-à-vis de l’extérieur, nous devons être unanimes à défendre les intérêts de notre pays, unanimes à soutenir la promotion de nos compatriotes. Pour cela, nous devons en toute circonstance nous entendre sur l’essentiel.» Et d’ajouter : « Pour y parvenir, je pense que nous devons, tous ensemble travailler à définir les mécanismes d’une démocratie apaisée où chacun joue sa participation, dans le respect des textes fondamentaux, sans confusion de rôles, en reconnaissant, à l’autre son droit à exercer les prérogatives qui sont les siennes. »

Parlant de la lutte contre la corruption le vœu du PAN est : « Que donc la HALCIA et tous les organes de contrôle conduisent, en toute sérénité, la mission qui leur est confiée, sans haine et sans crainte pour la sauvegarde de l’intérêt général, pour la protection de notre économie et l’enracinement de l’Etat de droit. »

 A propos de l’école nigérienne, le PAN a déclaré : « …il faut inviter nos compatriotes à laisser la politique aux portes de l’école : la question scolaire va au-delà des clivages d’opinion pour concerner la communauté nationale tout entière. »

Le président O. Tinni a également salué les efforts du gouvernement au niveau de la santé publique, les finances et la sécurité. Il a également prôné une redynamisation de la diplomatie parlementaire.

A cette cérémonie, il faut noter la présence de S.E.M Abdullah Ibn Muhammad Al ASH-Sheikh du Majlis El Choura, président du parlement Saoudien.

Abdoul Aziz Moussa