La Commission Nationale des Droits Humains du Niger (CNDH) vient de réaliser une prouesse en inscrivant notre pays dans les normes internationales en matière de la défense et de la protection des droits de l’homme. L’équipe du Pr Khalid Ikhiri a abattu sans complaisance un travail énorme pour rétablir le Niger dans position perdue en 2010. Niger Inter reprend ici la déclaration de la CNDH rendue par Pr Moussa Hamidou Talibi, rapporteur général de cette institution de la République.

Suite au dépôt de candidature de la Commission Nationale des Droits Humains du Niger (CNDH) au niveau du sous-comité d’accréditation de l’Alliance Mondiale des INDH à Genève en Suisse, j’ai l’honneur et l’immense joie de vous annoncer que la CNDH-Niger vient de conquérir son Statut A perdu en 2010.

Pour rappel, le classement défini pour les INDH est A, B, C :

A : conformité aux Principes de Paris
B : Moyennement Conforme
C : Non conforme

S’agissant des Principes de Paris, adoptés en 1993 par l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies, ils portent sur une série de règles relatives au statut juridique des INDH :

– l’indépendance
– la garantie de leur pluralisme
– la disponibilité des ressources permettant de s’acquitter de leurs missions quotidiennes de promotion et de protection des droits humains

Dans une correspondance qui nous a été adressée hier après-midi, le Sous -Comité à l’Accréditation (SCA) des INDH a  »recommandé que la CNDH soit accréditée avec le statut A ». Il a également  »accueilli avec satisfaction l’établissement de la CNDH, et a salué le travail de promotion et de protection des droits de l’Homme effectué par la CNDH, malgré le contexte difficile dans lequel elle opère », telle est la substance de la lettre.

Le succès remporté par la CNDH est le fruit d’un travail laborieux, professionnel, impartial mené en quatre ans par une équipe de Commissaires et Cadres Techniques engagés et déterminés en collaboration avec la société civile et de l’appui de l’État ainsi que des partenaires techniques et financiers de la Commission.

C’est par conséquent une page importante de l’histoire qui est en train de s’écrire en Lettres d’Or pour la CNDH et au-delà pour tout un peuple, celui du Niger.

Les avantages du « statut A » sont nombreux pour une INDH. On peut citer, entre autres, la possibilité pour la CNDH d’être en interaction avec tous les mécanismes des Droits Humain, la possibilité de faire des rapports alternatifs devant les Nations Unies, la participation à toutes les rencontres des Nations Unies sur les questions liées aux Droits de l’Homme, la faculté d’être membre du Bureau de GANHRI et du Réseau des Institutions Nationales Africaines des Droits de l’Homme (RINADH), la possibilité d’être membre affilié de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), au plan national, l’attestation de la crédibilité de l’État du Niger en matières de Droits humains et la consolidation de la crédibilité de la CNDH auprès partenaires internationaux .

Il convient à présent de relever les défis formulés à travers les recommandations du Sous-comité d’Accréditation qui se résument comme suit :

 1. Encourager la ratification et l’adhésion et aux instruments internationaux de droits de l’homme;
 2. Favoriser le Pluralisme et la représentation des femmes;
 3. Améliorer la Sélection et la désignation des Commissaires;
 4. Minimiser la participation des Représentants politiques au sein des INDH;
 5. Donner un Financement adéquat et une autonomie financière aux INDH.

La CNDH tient à féliciter et à encourager tous les acteurs ayant contribué directement ou indirectement à ce succès éclatant de notre Commission.
Vive le Niger, tous unis pour la promotion et la protection des droits humains.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Source : CNDH