Votre mot de passe vous sera envoyé.

144 voix pour le Pr Khalid Ikhiri,  88 voix pour Karim Mamoudou et  25 voix pour Yahaya Abdou du ROSEN. Tel est le résultat du scrutin du samedi dernier à la Cour d’appel de l’élection du représentant de la société civile à la CNDH.

Autant dire que la démocratie vient de triompher de nouveau au sein des Organisations de la société civile (OSC)  nigérienne. En effet, Comme au barreau en septembre dernier où le bâtonnier Me Yayé Mounkaila a été élu démocratiquement, le Pr Khalid Ikhiri vient d’être réélu représentant la société civile à la Commission nationale des droits humains.

Depuis l’ouverture de la campagne par le ministre de la justice pour la désignation du représentant de la société civile au sein de la CNDH, les différentes obédiences des OSC étaient à la manœuvre pour le contrôle de cette institution de la République.

La pluralité des candidatures (5 candidats enregistrés) atteste de  la convoitise et la machination pour la conquête ou la conservation de ce poste. L’enjeu était de taille au regard de la pluralité voire même la politisation de certaines structures de la société civile.

Mais comme qui dirait, on ne change pas une équipe qui gagne. Le Pr Khalid Ikhiri avec un bilan assez reluisant vient d’avoir le quitus pour améliorer ce que lui et son équipe ont réalisé pour l’image de marque du Niger. Pour ce faire, il a encore besoin de la confiance de ses autres collègues (9) élus pour présider cette institution pour un second mandat.

C’est sous la houlette du Pr Khalid Ikhiri et son staff que la Commission Nationale des Droits Humains du Niger (CNDH) vient de reconquérir son statut A et réaliser ainsi une prouesse en inscrivant notre pays dans les normes internationales en matière de la défense et de la protection des droits de l’homme. L’équipe du Pr Khalid Ikhiri a abattu sans complaisance un travail énorme pour rétablir le Niger dans sa position perdue en 2010. Bon vent au sage Pr Khalid et à la CNDH… pour le bien du Niger !

EMS